Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

27/05/2020

L’Irlande et la Dernière Croisade britannique pour reconquérir la Palestine


Pour que l’arbre ne cache pas la forêt

L’Irlande et la Dernière Croisade britannique pour reconquérir la Palestine

AUTEUR:  Pat WALSH

Traduit par  IAY. Édité par Fausto Giudice

L’article ci-dessous est un rappel historique intéressant permettant de garder une vision globale sur la question du sionisme en Palestine, pour que l’arbre, aussi grand soit-il, ne cache pas la forêt.

C’est un rappel qu’il fut une époque, il y a moins d’un siècle, où les juifs sionistes ne pesaient pas très lourd, mais furent plutôt des pions dans les plans de l’Empire britannique en concurrence avec d’autres empires européens pour la domination du monde, et que la situation de la planète n’était pas alors bien meilleure que de nos jours, en prenant en compte l’évolution des moyens de destruction des plus puissants.

Aujourd’hui les USA ont repris le relais del’Empire britannique, et la nouvelle administration US donne des signes qu’elle veut rétablir « la paix » en Palestine et dans le monde, notamment dans les ex-colonies de cet empire britannique qui sont aujourd’hui le terrain de grandes opérations de tuerie, de déplacement, et de destruction.

Cependant ceux qui croient à cette volonté « pacifique », s’inquiètent du poids du lobby sioniste et ses alliés aux USA, et se rappellent une déclaration attribuée à Ariel Sharon en octobre 2001, où il aurait dit à Shimon Pérès : « À chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela… Je veux vous dire une chose très claire: ne vous inquiétez pas des pressions américaines sur Israël. Nous, le peuple juif, contrôlons l’Amérique, et les Américains le savent. »

L’a-t-il dit ou pas ? Et si oui, croyait-il à ce qu’il disait ou est-ce n’était-ce qu’une déclaration arrogante de conditionnement ? Cela n’a pas vraiment d’importance. Car le résultat est là, qui est de renforcer le sentiment que les juifs sionistes sont des gens à part, presque des extraterrestres surpuissants contre qui personne ne peut résister, un « peuple élu » soutenu par une « puissance divine » !

Ne soyons pas naïfs ! Les juifs sionistes existent parce que les puissances impérialistes occidentales, qu’elles portent une soutane ou costume-cravate, veulent bien d’eux. Ces sionistes ont certes pris du poids et sont plus forts et plus nombreux aujourd’hui, mais ce sont toujours ces puissances impérialistes qui les irriguent et les dopent. La seule chose qui a peut-être changé, c’est qu’ils participent désormais comme partenaires égaux à l’élaboration et à la mise en œuvre de leurs plans communs.

"Palestine-Irlande: une seule lutte": le mouvement républicain irlandais s’identifie naturellement à la résistance palestinienne depuis les années 1960

De Bush et sa « Croisade » et son ami Blair, à Obama et son ami Sarkozy, nous avons entendu tous ces chefs s’adresser aux mondes arabe et musulman, pour nous affirmer que toutes ces grandes opérations de désolation sont destinées à combattre le « terrorisme », à réaliser la « paix », et à promouvoir la « démocratie », qu’ils ont du respect profond pour l’islam et qu’ils sont les amis des musulmans, que ces musulmans soient des Afghans, des Pakistanais, des Irakiens, des Palestiniens, des Somaliens etc., voire même de simples habitants de HLM…

N’applaudissons pas, car ces nouveaux chefs n’ont rien inventé, et ils doivent cette stratégie de beaux discours aux anciens maîtres en l’art. Ainsi nous pouvons lire la notice privée et confidentielle que le gouvernement britannique adressait à la presse le 15 novembre 1917, notice citée dans un article du « Journal of Contemporary History » en janvier 2001 :

« Nous attirons l’attention de la presse sur le caractère indésirable de la publication du moindre article, paragraphe ou image qui pourraient suggérer que les opérations militaires contre la Turquie aient un quelconque sens de Guerre Sainte, de Croisade moderne, ou ayant quoi que ce soit à faire avec les questions religieuses. L’Empire britannique est supposé contenir cent millions de Mahométans, sujets du Roi, et il est manifestement nuisible de faire allusion au fait que notre conflit avec la Turquie soit un conflit entre la Chrétienté et l’Islam ».

Un peu plus haut, nous lisons que quelques semaines plus tard, quand Jérusalem fut tombée entre les mains des Britanniques, la gazette londonienne « Punch » publia une illustration mémorable sous-titrée « La Dernière Croisade » montrant Richard Cœur de Lion regardant Jérusalem et exprimant sa joie en disant : « Mon rêve se réalise » !

IAY, 26 juillet 2009

 

 

L’Irlande et la Dernière Croisade britannique

Le 9 décembre 1917, il y a quatre-vingt dix ans ce mois ci, Jérusalem fut reprise par la Grande-Bretagne pour le compte de la chrétienté. Ceci fut considéré en Angleterre comme l’événement majeur de la guerre. Lloyd George imposa un embargo sur les informations pour reporters de presse, jusqu’à ce qu’il ait pu annoncer la nouvelle à la Chambre des Communes (à l’époque, le parlement était encore important). Pour fêter la « libération » de la ville sainte des Musulmans, après 730 ans [Salâh-uddîne, Saladin, avait libéré Jérusalem des Croisés en 1187, NdT], les cloches de l’Abbaye de Westminster sonnèrent pour la première fois depuis trois ans et elles furent suivies par des milliers d’autres dans toute l’Angleterre.

Le Général Allenby, le libérateur (l’occupant, NdT) de Jérusalem, et un descendant de Cromwell, déclara à Jérusalem que les croisades étaient terminées. Après l’avoir entendu, les Arabes, qui avaient été encouragés à combattre pour la Grande-Bretagne (en déclenchant la Révolution Arabe de juin 1916 contre les Turcs, NdT) et qui avaient vu les Britanniques comme des libérateurs, commencèrent à fuir. Et depuis ils ne cessent de fuir.

Le grand élan de triomphalisme chrétien produit par la prise de Jérusalem ne se limita pas à l’Angleterre. Voici comment The Irish News à Belfast présentait l’apothéose de la dernière Croisade, dans son éditorial du 11 Décembre 1917 :

« ‘Ton trône est tombé, ô Israël !’* Le pouvoir des Musulmans sur la « Terre Promise » est enfin tombé : nous pouvons supposer qu’avec l’entrée des troupes du Général Allenby à Jérusalem, on a pratiquement mis un terme au règne des Turcs sur la Palestine … Quand la Terre Sainte aura été entièrement sauvée de la domination turque, qui la possèdera et l’administrera ?

Des déclarations officielles concernant la recolonisation du pays par la race juive (sic !) dispersée ont été faites. Les observateurs peuvent constater l’absence de traces d’enthousiasme pour le projet parmi les Hébreux eux-mêmes. En tant qu’idée, rien ne pourrait être plus attrayant sentimentalement ; comme une proposition concrète, nous croyons que tout enfant d’Abraham donnerait sa bénédiction à son frère qui migrerait de la terre des Gentils sur les rives du lac de Galilée, et les pentes du mont des Oliviers. Ainsi, ce petit territoire chargé d’histoire pourrait devenir de nouveau « une terre où coulent le lait et le miel » – essentiellement pour le bonheur de la descendance d’Abraham, d’Isaac et de Jacob qui sont restés là où ils étaient.

Mais un État juif ne peut pas être établi tout de suite, même si tous les Rothschild mènent l’ensemble de leurs compatriotes [resic, il voulait dire coreligionnaires, NdT] vers Jérusalem. Le pays doit être « protégé » – en clair, annexé : un synonyme utile dans le traitement des affaires orientales pourrait être « égyptianisé ». Et les vainqueurs sont, bien entendu, les « protecteurs » naturels du territoire gagné par la force des armes. Telle a été la règle et la pratique depuis avant l’époque de Moïse et de Josué. Nous en savons tous quelque chose en Irlande. Quand les objectifs de la campagne en Palestine et en Mésopotamie auront été entièrement atteints, il y aura un « bloc » solide de territoires asiatiques entre les Allemands et l’Océan Indien. Les Turcs ont donné aux gens du Kaiser un libre passage de Constantinople au Golfe Persique. Les nouveaux occupants de la Palestine et de la Mésopotamie ne seront pas tout
 aussi accommodants.

Personne n’a encore pensé au sort à réserver au Constantinople elle-même : elle aurait dû être la propriété du Tsar, mais le pauvre Nicolas se contenterait de beaucoup moins par les temps qui courent. Il s’avère que l’Angleterre est en train de construire soigneusement un mur contre l’« agression » allemande le long d’une ligne que les Allemands ont convoitée avec cupidité il y a de nombreuses années… Il y a vraiment des arguments contre une divulgation précipitée des « objectifs de guerre » des Alliés : une excellente raison pour se taire, est que les Alliés ne connaissent pas l’ampleur des objectifs qu’ils ils peuvent viser avec la perspective de pouvoir les atteindre. »

Il semble qu’à l’époque l’Irlande fut totalement en phase avec les ambitions impérialistes britanniques dans le monde, et tout à fait en harmonie avec le fondamentalisme chrétien paroissial qui les accompagnait.

L’une des principales raisons pour lesquelles la Grande-Bretagne est entrée dans la guerre européenne en août 1914 fut de profiter de la possibilité de prendre la Mésopotamie et la Palestine aux Turcs. Bien sûr, il y avait un problème – la Turquie n’était pas partie prenante à cette guerre à ce moment-là. Il fallut deux mois à la Grande-Bretagne pour trouver un casus belli. Ve qui arriva le 5 novembre avec un obscur incident dans la mer Noire, et la conquête des territoires de l’Empire Ottoman fut enclenchée.

Avec la conquête des territoires de l’Empire Ottoman il y avait un autre projet, qui tenait au cœur de l’Angleterre libérale. C’était le projet de planter une colonie juive en Palestine pour des fins impérialistes britanniques. Il y avait bien entendu un mouvement sioniste qui avait le même objectif de création d’un État national. Mais les nationalistes juifs n’avaient pas le pouvoir de le réaliser eux-mêmes dans la région.

Au cours du dix-neuvième siècle, un courant chrétien sioniste se développa au sein de la branche non-conformiste du protestantisme en Angleterre [ceux qui refusaient la doctrine de l’Eglise anglicane, comme les Presbytériens et les Puritains qui furent à l’origine des Chrétiens sionistes, NdT]. Leur lecture de la Bible engendra une familiarité, et induira un fort intérêt, avec et pour l’idée d’une renaissance de la Terre Sainte et la création d’une nouvelle Jérusalem. Il y avait une croyance encouragée par la lecture de l’Ancien Testament selon laquelle le retour du Christ dépendait du retour des Juifs dispersés à la terre de leurs ancêtres. Aussi, ce qui arrivait à la Terre Sainte était important pour l’Angleterre chrétienne fondamentaliste, car beaucoup de promesses messianiques et de prédictions millénaristes en dépendaient.

Il n’y avait rien de ridicule dans la croyance et le désir que la puissance impériale pourrait être utilisée pour provoquer la fin de l’histoire et le Retour du Christ. D’ailleurs, des catholiques irlandais comme Tom Kettle et Francis Ledwidge, commencèrent à voir les choses de la même façon alors qu’ils se sacrifiaient pour la cause [irlandaise, NdE].

Il y avait un autre facteur qui exerçait une attraction gravitationnelle sur l’Angleterre depuis la Terre Sainte. Depuis la rupture avec Rome, l’Eglise de l’Angleterre manquait d’un foyer spirituel. L’Eglise catholique avait rebâti le foyer spirituel de la chrétienté à Rome, mais lorsque Henry VIII se proclama Pape des Anglais, il dut se contenter de Canterbury [ville au sud-est de l’Angleterre qui est depuis le XVIe siècle le siège du chef spirituel de l’Eglise d’Angleterre et de la Communion anglicane, NdT].

Plus les Protestants anglais lisaient leurs bibles, plus ils aspiraient à leur propre foyer spirituel – dans les Lieux Saints originels en Judée et Samarie. Et quelle meilleure riposte à Rome que de démontrer son inauthenticité spirituelle en s’emparant de son atout principal [Jérusalem, NdT)].

Le sionisme chrétien fit son chemin dans les classes politiques de l’État britannique quand les Non-conformistes arrivèrent au pouvoir politique, et il devint une partie de la culture politique de l’Angleterre libérale malgré le fait que le darwinisme semblait saper l’impulsion religieuse vers la fin du siècle.

Sous l’influence d’Herbert Sidebotham, un éminent journaliste libéral, et de Charles Prestwich Scott, l’influent rédacteur en chef du Manchester Guardian, on créa une école de Manchester du sionisme chrétien. Les chefs du nationalisme juif en Angleterre, le Dr. Weizmann et Harry Sacher, étaient eux-mêmes originaires de Manchester, et la ville devint le centre d’un projet sioniste impérial.

La colonie juive proposée en Palestine était une construction britannique conçue comme une fondation de l’hégémonie impériale, et comme un État tampon de plus entre l’Inde et les ennemis potentiels de lAngleterre. Cette colonie mettrait un terme, à tout jamais, à l’idée d’une ligne ferroviaire de Berlin à Bagdad, et freinerait toute ambition que le nouveau rival potentiel, la France, pourrait avoir dans la région.

La déclaration Balfour fut publiée en 1917 alors que Jérusalem était sur le point de tomber aux mains de l’Empire. Lloyd George, le Premier Ministre qui l’autorisa, avait été élevé par un oncle, un prédicateur laïc dans l’Eglise baptiste millénariste, et « fut éduqué dans une école où l’on enseigna beaucoup plus l’histoire des Juifs que l’histoire de ma propre patrie ».

En 1903, alors qu’il était un simple député du Parlement, il avait conçu un plan de colonisation juive (« Jewish Colonisation Scheme ») pour Théodore Herzl, le fondateur du mouvement sioniste. La colonie prévue devait se situer en Afrique orientale britannique, mais en 1917, le vrai projet devint possible.

Le Premier ministre n’était pas seul. Sur les dix hommes qui faisaient partie de son cabinet de guerre à un moment ou à un autre, il y en avait sept qui venaient des familles Non-conformistes. Trois étaient les fils ou petits-fils des prédicateurs évangélistes. Ils avaient tous une connaissance intime de l’Ancien Testament et des gens du livre.

Les mémoires du Commandant Vivian Gilbert furent publiées en 1923 sous le titre de « La Romance de la Dernière Croisade – Avec Allenby à Jérusalem » (« The Romance of the Last Crusade – With Allenby to Jerusalem »). Elles commençaient par un passage sur le roi Richard Cœur de Lion et Sir Brian de Gurnay s’éloignant à cheval de Jérusalem, après leur échec à s’emparer de la ville :

«  Dans le cœur de Sir Brian de Gurnay, il y avait l’idée d’une autre et une dernière Croisade qui arracherait pour toujours les Lieux Saints aux mains des infidèles » (page 1)

Le titre du chapitre XII du livre du Commandant Gilbert est « Quand les prophéties se réalisent » et il est consacré à la prise de la Ville Sainte :

«  Enfin, Jérusalem était entre nos mains ! Dans les dix Croisades organisées et équipées pour libérer la Ville Sainte, deux seulement furent vraiment un succès, – la première menée par Godefroy de Bouillon, et la dernière par Edmund Allenby… puis voilà, nous nous sommes retrouvés à l’intérieur des murs eux-mêmes – les premières troupes britanniques à marcher dans la Ville Sainte !… Je me suis rappelé un vieil hymne que j’ai lu il y a plusieurs années. Il fut écrit par Saint Augustin, ou à partir de ses paroles, et fut transmis de bouche à oreille au Moyen âge afin d’encourager le recrutement pour les Croisades… Alors que je parcourais Jérusalem, ses mots étaient sur mes lèvres … Nous étions fiers que Jérusalem, après avoir langui pendant plus de quatre cents ans sous le joug turc, allait enfin être libre… Mais par-dessus tout, nous avions une grande foi inébranlable en Dieu, dont la miséricorde nous a
 accordé cette victoire… pour libérer la Terre Sainte pour toujours, pour ramener la paix et le bonheur à un peuple longtemps opprimé ! » (pages 171-177)

Avec la progression des Britanniques vers Jérusalem, beaucoup d’entre eux commencèrent à se voir comme des participants à la dernière Croisade. Tout le fondamentalisme chrétien absorbé par les gentlemen anglais dans leur éducation biblique dans les écoles publiques jaillit à grands jets. Ils venaient de reconquérir la Terre Sainte pour la chrétienté, après 700 ans d’occupation musulmane. Et que serait la Ville Sainte, lla Nouvelle Jérusalem sans les Juifs ?

Le nationalisme irlandais établit une alliance politique avec les Non-conformistes dans le mouvement libéral pour le Home Rule [un régime politique créant un parlement irlandais et accordant une autonomie à l’Irlande au sein du Royaume-Uni, NdT], et les Irlandais entrèrent en alliance militaire avec eux en 1914. En 1917, les Redmondites [les fidèles de John Edward Redmond qui fut député irlandais et chef du Parti Irlandais Parlementaire, couramment appelé Home Rule Party,  de 1900 à 1918, NdT] devinrent des simples porte-paroles des intérêts impériaux britanniques, et ne formulèrent aucune critique sur ce qui leur arrivait à eux-mêmes. Et, bien sûr, John Dillon était un ami personnel et un confident du chef sioniste libéral Charles Prestwich Scott [1846-1932, patron du Manchester Guardian pendant 57 ans, NdE]. Ainsi, l’Irish News de Joseph Devlin ne voyait rien de mal dans la colonisation, le nettoyage ethnique et la partition qui
 fut planifiée pour la Palestine, malgré le fait « d’en savoir quelque chose en Irlande ».

* Premier vers d’un poème du poète irlandais  Thomas Moore (1780-1852). Lire le poème ici (Note de Tlaxcala)

La Palestine a sa place sur le Mur International de Belfast, en Irlande du Nord

Source : Irish Political Review – Ireland and the Last British Crusade to Recapture Palestine

Article original publié en décembre 2007

Sur l’auteur

IAY est un auteur et traducteur associé àTlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique, dont Fausto Giudice est membre. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d’en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8484&lg=fr

Plus d’histoires de

About