Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

15/11/2019

Au mondialistes qui prônent la Démocratie Maçonnique


Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Introduction :

Nombre d’intellectuels ignorent qui est René Guénon (Abd Al-Wâhid Yahyâ Guénon), de même que ceux qui lui étaient contemporains, ne comprenaient pas d’où il puisait ses connaissances . Gaston Georgel déclarait :

« Mais ici, une autre question se pose encore, d’où René Guénon tenait-il le texte qu’il a publié ? Certainement pas de la doctrine hindoue qui ne parle pas des Grandes Années et donne, pour les différents Yugas des chiffres bien différents. On peut certes faire à ce sujet des hypothèses, mais ce ne seront jamais que des hypothèses. Il y avait des énigmes dans la vie intellectuelle de René Guénon ! En voilà une de plus ».

L’explication est pourtant simple, René Guénon était un Saint d’Allah (awj), un Wali au sens islamique du terme.

Malheureusement, quand on dit à certains musulmans, ou autres croyants, que Satan inspire ses saints, ils acquiescent, mais quand on leur dit que Dieu inspire Ses Saints, ils disent parfois : ça c’est du koufr (ici mécréance dans le sens d’hérésie), ou autres choses pour réfuter cette vérité. Ce n’est pas par manque de sincérité, mais par incompréhension.

Donc ce que Guénon dit dans ses livres, n’a rien à voir avec la philosophie, c’est de la pure métaphysique, quoiqu’exprimée dans une langue qui n’est pas sacrée, selon le niveau intellectuel de l’époque moderne.
Celui qui a compris ceci, sait que l’œuvre de Guénon est l’une des dernières bouées de sauvetage intellectuel que Dieu a donné à l’Occident, une œuvre incontournable pour celui qui ne veut pas continuer à nager dans les marécages de l’ignorance du monde moderne lobotomisé, le monde des égarés.

René Guénon a dit : « Il existe encore actuellement, même en Occident, des hommes qui, par leur « constitution intérieure », ne sont pas des « hommes modernes », qui sont capables de comprendre ce qu’est essentiellement la tradition, et qui n’acceptent pas de considérer l’erreur profane comme un fait accompli ; et c’est à ceux-là que nous avons toujours entendu nous adresser exclusivement. »
La majorité des pseudo intellectuels du monde profane, parfois même croyants, prônent, sur tous les toits, la Démocratie en se référant à ce genre de définition :

« La démocratie est le régime politique dans lequel le peuple est souverain. La formule d’Abraham Lincoln : la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », est l’une des définitions canoniques couramment reprise, ainsi qu’en témoigne son introduction dans la Constitution de 1958 de la Cinquième République française. (Wikipedia) »

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie

 

Ils ne comprennent même pas qu’elle est d’inspiration satanique, et par là-même incompatible avec n’importe quelle Tradition Divine, dont l’Islam, exactement comme la vérité l’est avec l’erreur.

Voici un texte, sur la démocratie, de ce maitre incontestable et incontesté même par ceux qui ne veulent pas accepter la vérité, car ce qu’il dit est irréfutable.

Exemple :

En 1951, André Gide écrivait : «
« Si Guénon a raison, eh bien toute mon œuvre tombe »

« Je n’ai absolument rien à objecter à ce que Guénon a écrit, c’est irréfutable. »

«  Les jeux sont faits, je suis trop vieux…. Et puis j’aime trop la vie, la vie multiple. Je ne consens pas à priver la mienne du plaisir qu’elle prend à la diversité merveilleuse du monde, et POURQUOI ? Pour sacrifier à une abstraction : à l’Unité, l’Unité indéfinissable. Les êtres limités, les créatures périssables, seules,  m’intéressent et suscitent mon amour, mais non pas l’ETRE, l’Etre Eternel, l’Etre illimité.  »   »

Remarque : il peut y avoir de petites erreurs (coquilles) insignifiantes dans le texte suivant, car il a été numérisé par OCR. Si le lecteur n’est pas familiarisé avec les notions énoncées ci-dessous, et n’arrive pas à comprendre certains passages, je lui conseille quand même de le lire entièrement, quitte à le relire une deuxième fois.

 

La Démocratie par  René Guénon :

LA CRISE DU MONDE MODERNE

Edition GALLIMARD, 1989

Chapitre VI, LE CHAOS SOCIAL

Pages 87 à 95

L’argument le plus décisif contre la « démocratie » se résume en quelques mots : le supérieur ne peut émaner de l’inférieur, parce que le « plus » ne peut pas sortir du « moins » ; cela est d’une rigueur mathématique absolue, contre laquelle rien ne saurait prévaloir. Il importe de remarquer que c’est précisément le même argument qui, appliqué dans un autre ordre, vaut aussi contre le « matérialisme » ; il n’y a rien de fortuit dans cette concordance, et les deux choses sont beaucoup plus étroitement solidaires qu’il ne pourrait le sembler au premier abord. Il est trop évident que le peuple ne peut conférer un pouvoir qu’il ne possède pas lui-même; le pou­voir véritable ne peut venir que d’en haut, et c’est pourquoi, disons-le en passant, il ne peut être légitimé que par la sanction de quelque chose de supérieur à l’ordre social, c’est-à-dire d’une autorité spirituelle; s’il en est autrement, ce n’est plus qu’une contrefaçon de pouvoir, un état de fait qui est injustifiable par défaut de principe, et où, il ne peut y avoir que désordre et confusion. Ce renversement de toute hiérarchie commence dès que le pouvoir temporel veut se rendre indépendant de l’autorité spirituelle, puis se la subordonner en prétendant la faire servir à des fins politiques ; il y a là une première usurpation qui ouvre la voie à toutes les autres, et l’on pourrait ainsi montrer que, par exemple, la royauté française, depuis le XIVe siècle, a travaillé elle-même inconsciemment à préparer la Révolution qui devait la renverser ; Peut-être aurons-nous quelque jour l’occasion de développer comme il le mériterait ce point de vue que, pour le moment, nous ne pouvons qu’indiquer d’une façon très sommaire.

Si l’on définit la « démocratie » comme le gouvernement du peuple par lui-même, c’est là une véritable impossibilité, une chose qui ne peut pas même avoir une simple existence de fait, pas plus à notre époque qu’à n’importe quelle autre; il ne faut pas se laisser duper par les mots, et il est contradictoire d’admettre que les mêmes hommes puissent être à la fois gouvernants et gouvernés, parce que, pour employer le langage aristotélicien, un même être ne peut être « en acte » et « en puissance » en même temps et sous le même rapport. Il y a là une relation qui suppose nécessairement deux termes en présence : il ne pourrait y avoir de gouvernés s’il n’y avait aussi des gouvernants, fussent-ils illégitimes et sans autre droit au pouvoir que celui qu’ils se sont attribué eux-mêmes; mais la grande habileté des dirigeants, dans le monde moderne, est de faire croire au peuple qu’il se gouverne lui-même ; et le peuple se laisse persuader d’autant plus volontiers qu’il en est flatté et que d’ailleurs il est incapable de réfléchir assez pour voir ce qu’il y a là d’impossible. C’est pour créer cette illusion qu’on a inventé le « suffrage universel » : c’est l’opinion de la majorité qui est supposée faire la loi; mais ce dont on ne s’aperçoit pas, c’est que l’opinion est quelque chose que l’on peut très facilement diriger et modifier; on peut toujours, à l’aide de suggestions appropriées, y provoquer des courants allant dans tel ou tel sens déterminé; nous ne savons plus qui a parlé de « fabriquer l’opinion », et cette expression est tout à fait juste, bien qu’il faille dire, d’ailleurs, que ce ne sont pas toujours les dirigeants apparents qui ont en réalité à leur dispo­sition les moyens nécessaires pour obtenir ce résultat. Cette dernière remarque donne sans doute la raison pour laquelle l’incompétence des politiciens les plus « en vue » semble n’avoir qu’une importance très relative; mais, comme il ne s’agit pas ici de démonter les rouages de ce qu’on pourrait appeler la « machine à gouverner », nous nous bornerons à signaler que cette incompétence même offre l’avantage d’entretenir l’illusion dont nous venons de parler : c’est seulement dans ces conditions, en effet, que les politiciens en question peuvent apparaître comme l’émanation de la majorité, étant ainsi à son image, car la majorité, sur n’importe quel sujet qu’elle soit appelée à donner son avis, est toujours constituée par les incompétents, dont le nombre est incomparablement plus grand que celui des hommes qui sont capables de se prononcer en parfaite connaissance de cause.
Ceci nous amène immédiatement à dire en quoi l’idée que la majorité doit faire la loi est essentiellement erronée, car, même si cette idée, par la force des choses, est surtout théorique et ne peut correspondre à une réalité effective, il reste pourtant à expliquer comment elle a pu s’implanter dans l’esprit moderne, quelles sont les tendances de celui-ci auxquelles elle correspond et qu’elle satisfait au moins en apparence. Le défaut le plus visible, c’est celui-là même que nous indiquions à l’instant : l’avis de la majorité ne peut être que l’expression de l’incompétence, que celle-ci résulte d’ailleurs du manque d’intelligence ou de l’ignorance pure et simple ; on pourrait faire intervenir à ce propos certaines observations de « psychologie collective », et rappeler notamment ce fait assez connu que, dans une foule, l’ensemble des réactions mentales qui se produisent entre les individus composants aboutit à la formation d’une sorte de résultante qui est, non pas même au niveau de la moyenne, mais à celui des éléments les plus inférieurs. Il y aurait lieu aussi de faire remarquer, d’autre part, comment certains philosophes modernes ont voulu transporter dans l’ordre intellectuel la théorie « démocratique» qui fait prévaloir l’avis de la majorité, en faisant de ce qu’ils appellent le « consentement universel » un prétendu « critérium de la vérité » : en supposant même qu’il y ait effectivement une question sur laquelle tous les hommes soient d’accord, cet accord ne prouverait rien par lui-même; mais, en outre, si cette unanimité existait vraiment, ce qui est d’autant plus douteux qu’il y a toujours beaucoup d’hommes qui n’ont aucune opinion sur une question quelconque et qui ne se la sont même jamais posée, il serait en tout cas impossible de la constater en fait, de sorte que ce qu’on invoque en faveur d’une opinion et comme signe de sa vérité se réduit à n’être que le consentement du plus grand nombre, et encore en se bornant à un milieu forcément très limité dans l’espace et dans le temps. Dans ce domaine, il apparaît encore plus clairement que la théorie manque de base, parce qu’il est plus facile de s’y soustraire à l’influence du sentiment, qui au contraire entre en jeu presque inévitablement lorsqu’il s’agit du domaine politique; et c’est cette influence qui est un des principaux obstacles à la compréhension de certaines choses, même chez ceux qui auraient par ailleurs une capacité intellectuelle très largement suffisante pour parvenir sans peine à cette compréhension ; les impulsions émotives empêchent la réflexion, et c’est une des plus vulgaires habiletés de la politique que celle qui consiste à tirer parti de cette incompatibilité.

Mais allons plus au fond de la question : qu’est ce exactement que cette loi du plus grand nombre qu’invoquent les gouvernements modernes et dont ils prétendent tirer leur seule justification ? C’est tout simplement la loi de la matière et de la force brutale, la loi même en vertu de laquelle une masse entraînée par son poids écrase tout ce qui se rencontre sur son passage ; c’est là que se trouve précisément le point de jonction entre la conception « démocratique » et le « matérialisme », et c’est aussi ce qui fait que cette même conception est si étroitement liée à la mentalité actuelle. C’est le renversement complet de l’ordre normal, puisque c’est la proclamation de la suprématie de la multiplicité comme telle, supré­matie qui, en fait, n’existe que dans le monde matériel (1); au contraire, dans le monde spirituel, et plus simplement encore dans l’ordre universel, c’est l’unité qui est au sommet de la hiérarchie, car c’est elle qui est le principe dont sort toute Multiplicité (2); Mais, lorsque le principe est nié ou perdu de vue, il ne reste plus que la multiplicité pure, qui s’identifie à la matière elle-même. D’autre part, l’allusion que nous venons de faire à la pesanteur implique plus qu’une simple comparaison, car la pesanteur représente effectivement, dans le domaine des forces physiques au sens le plus ordinaire de ce mot, la tendance descendante et compressive, qui entraîne pour l’être une limitation de plus en plus étroite, et qui va en même temps dans le sens de la multiplicité, figurée ici par une densité de plus en plus grande (3) ; et cette tendance est celle-là même qui marque la direction suivant laquelle l’activité humaine s’est développée depuis le début de l’époque moderne. En outre, il y a lieu de remarquer que la ratière, par son pouvoir de division et de limitation tout à la fois, est ce que la doctrine scolastique appelle le « principe d’individuation », et ceci rattache les considérations que nous exposons maintenant à ce que nous avons dit précédemment au sujet de l’individualisme : cette même tendance dont il vient d’être question est aussi, pourrait-on dire, la tendance « individualisante », celle selon laquelle s’effectue ce que la tradition judéo-chrétienne désigne comme la « chute » des des êtres qui se sont séparés de l’unité originelle La multiplicité envisagée en dehors de son principe, et qui ainsi ne peut plus être ramenée à l’unité, c’est, dans l’ordre social, la collectivité conçue comme étant simplement la somme arithmétique des individus qui la composent, et qui n’est en effet que cela dès lors qu’elle n’est rattachée à aucun principe supérieur aux individus ; et la loi de la collectivité, sous ce rapport, c’est bien cette loi du plus grand nombre sur laquelle se fonde l’idée « démocratique».

Ici, il faut nous arrêter un instant pour dissiper une confusion possible : en parlant de l’individualisme moderne, nous avons considéré à peu près exclusivement ses manifestations dans l’ordre intellectuel; on pourrait croire que, pour ce qui est de l’ordre social, le cas est tout différent. En effet, si l’on prenait ce mot d’ « individualisme » dans son acception la plus étroite, on pourrait être tenté d’opposer la collectivité à l’individu, et de penser que des faits tels que le rôle de plus en plus envahissant de l’État et la complexité croissante des institutions sociales sont la marque d’une tendance contraire à l’individualisme. En réalité, il n’en est rien, car la collectivité, n’étant pas autre chose que la somme des individus, ne peut être opposée à ceux-ci, pas plus d’ailleurs que l’État lui-même conçu à la façon moderne, c’est-à-dire comme simple représentation de la masse, où ne se reflète aucun principe supérieur; or c’est précisément dans la négation de tout principe supra-individuel que consiste véritablement l’individualisme tel que nous l’avons défini. Donc, s’il y a dans le domaine social des conflits entre diverses tendances qui toutes appartiennent également à l’esprit moderne, ces conflits ne sont pas entre l’individualisme et quelque chose d’autre, mais simplement entre les variétés multiples dont l’individualisme lui-même est susceptible; et il est facile de se rendre compte que, en l’absence de tout principe capable d’unifier réellement la multiplicité, de tels conflits doivent être plus nombreux et plus graves à notre époque qu’ils ne l’ont jamais été, car qui dit individualisme dit nécessairement division ; et cette division, avec l’état chaotique qu’elle engendre, est la conséquence fatale d’une civilisation toute matérielle, puisque c’est la matière elle-même qui est proprement la racine de la division et de la multiplicité.

Cela dit, il nous faut encore insister sur une conséquence immédiate de l’idée « démocratique », qui est la négation de l’élite entendue dans sa seule acception légitime ; ce n’est pas pour rien que « démocratie » s’oppose à « aristocratie », ce dernier mot désignant précisément, du moins lorsqu’il est pris dans son sens étymologique, le pouvoir de l’élite. Celle-ci, par définition en quelque sorte, ne peut être que le petit nombre, et son pouvoir, son autorité plutôt, qui ne vient que de sa supériorité intellectuelle, n’a rien de commun avec la force numérique sur laquelle repose la « démocratie », dont le caractère essentiel est de sacrifier la minorité à la majorité, et aussi, par là même, comme nous le disions plus haut, la qualité à la quantité, donc l’élite’ à la masse. Ainsi, le rôle directeur d’une véritable élite et son existence même, car elle joue forcément ce rôle dès lors qu’elle existe, sont radica­lement incompatibles avec la « démocratie», qui est intimement liée à la conception « égalitaire », c’est-à-dire à la négation de toute hiérarchie : le fond même de l’idée « démocratique » c’est qu’un individu quelconque en vaut un autre, parce qu’ils sont égaux numériquement, et bien qu’ils ne puissent jamais l’être que numériquement. Une élite véritable, nous l’avons déjà dit, ne peut être qu’intellectuelle; c’est pourquoi la « démocratie » ne peut s’instaurer que là où la pure intellectualité n’existe plus, ce qui est effectivement le cas du monde moderne. Seulement, comme l’égalité est impossible en fait, et comme on ne peut supprimer pratiquement toute différence entre les hommes, en dépit de tous les efforts de nivel­lement, on en arrive, par un`curieux illogisme, à inventer de fausses élites, d’ailleurs multiples, qui prétendent se substituer à la seule élite réelle ; et ces fausses élites sont basées sur la considération de supériorités quelconques, éminemment relatives et contingentes, et toujours d’ordre purement matériel. On peut s’en apercevoir aisément en remarquant que la distinction sociale qui compte le plus, dans le présent état de choses, est celle qui se fonde sur la fortune, c’est-à-dire sur une supériorité tout extérieure et d’ordre exclusivement quantitatif, la seule en somme qui soit conciliable avec la « démocratie », parce qu’elle procède du même point de vue, Nous ajouterons du reste que ceux mêmes qui se posent actuellement en adversaires de cet état de choses, ne faisant intervenir non plus aucun principe d’ordre supérieur, sont incapables de remédier efficacement à un tel désordre, si même ils ne risquent de l’aggraver encore en allant toujours plus,loin dans le même sens ; la lutte est seulement entre des variétés de la « démocratie », accentuant plus ou moins la tendance « égalitaire », comme elle est, ainsi que nous l’avons dit, entre des variétés de l’individualisme, ce qui, d’ailleurs, revient exactement au même.

Ces quelques réflexions nous paraissent suffisantes pour caractériser l’état social du monde contemporain, et pour montrer en même temps que, dans ce domaine aussi bien que dans tous les autres, il ne peut y avoir qu’un seul moyen de sortir du chaos : la restauration de l’intellectualité et, par suite, la reconstitution d’une élite, qui, actuellement, doit être regardée comme inexistante en Occident, car on ne peut donner ce nom à quelques éléments isolés et sans cohésion, qui ne représentent en quelque sorte que des possibilités non développées. En effet, ces éléments n’ont en général que des tendances ou des aspirations, qui les portent sans doute à réagir contre l’esprit moderne, mais sans que leur influence puisse s’exercer d’une façon effective ; ce qui leur manque, c’est la véritable connaissance, ce sont les données traditionnelles qui ne s’improvisent pas, et auxquelles une intelligence livrée à elle-même, surtout dans des circonstances aussi défavorables à tous égards, ne peut suppléer que très imparfaitement et dans une bien faible mesure. Il n’y a donc que des efforts dispersés et qui souvent s’égarent, faute de principes et de direction doctrinale ; on pourrait dire que le monde moderne se défend par sa propre dispersion, à laquelle ses adversaires eux-mêmes ne parviennent pas à se soustraire. II en sera ainsi tant que ceux-ci se tiendront sur le terrain « profane », où l’esprit moderne a un avantage évident, puisque c’est là son domaine propre et exclusif; et, d’ailleurs, s’ils s’y tiennent, c’est que cet esprit a encore sur eux, malgré tout, une très forte emprise. C’est pourquoi tant de gens, animés cependant d’une incontestable bonne volonté, sont incapables de comprendre qu’il faut nécessairement commencer par les principes, et s’obstinent à gaspiller leurs forces dans tel ou tel domaine relatif, social ou autre, où rien de réel ni de durable ne peut être accompli dans ces conditions. L’élite véritable, au contraire, n’aurait pas à intervenir directement dans ces domaines ni à se mêler à l’action extérieure ; elle dirigerait tout par une influence insaisissable au vulgaire, et d’autant plus profonde qu’elle serait moins apparente. Si l’on songe à la puissance des suggestions dont nous parlions plus haut, et qui pourtant ne supposent aucune intellectualité véritable, on peut soupçonner ce que serait, à plus forte raison, la puissance d’une influence comme celle-là, s’exerçant d’une façon encore plus cachée en raison de sa nature même, et prenant sa source dans l’intellectualité pure, puissance qui d’ailleurs, au lieu d’être amoindrie par la division inhérente à la multiplicité et par la faiblesse que comporte tout ce qui est mensonge ou illusion, serait au contraire intensifiée par la concentration dans l’unité principielle et s’identifierait à la force même de la vérité.

 

Notes :

(1) C’est pourquoi Dante place le séjour symbolique de Lucifer au centre de la terre, c’est‑à‑dire au point où convergent de toutes parts les forces de la pesanteur; c’est, à ce point de vue, l’inverse du centre de l’attraction spiri­tuelle ou « céleste », qui est symbolisé par le soleil dans la plupart des doc­trines traditionnelles.

René Guénon

Abd Al-Wâhid Yahyâ Guénon

LA CRISE DU MONDE MODERNE

Edition GALLIMARD, 1989

Chapitre VI, LE CHAOS SOCIAL

Pages 87 à 95

Wa Assalam

Otman 

A lire aussi
Message de Kadhafi Aicha, 3 Septembre 2011
Libye: Message de Kadhafi Aicha, 3 Septembre 2011 : «Même si mon père et mes frères devenaient martyres, je continuerais mon combat contre les terroristes islamistes en Libye. Bientôt, je vais apparaître dans ...
Lire la suite...
Discours de Mouammar Al-Kadhafi [08. Septembre 2011.]
"A notre brave peuple libyen qui résiste : la terre de Libye est votre propriété et votre droit historique hérité de vos pères et grands-pères. Ceux qui tentent de vous en spolier, ...
Lire la suite...
Alqaida possede 7 à 12 mille systèmes portables MANPADS
Le monde doit savoir que 7 à 12 mille systèmes de missiles portables (MANPADS) sont entre les mains d’” Al-Qaïda au Maghreb" ...
Lire la suite...
Selon un document confidentiel révélé par un journal britannique(sic), le Qatar a essayé d’assassiner Seif El Islam Kadhafi à Londres
Le gouvernement britannique et ses services de renseignements font un scandale sans précédent suite à des fuites sur une coopération entre les services de renseignements britanniques et libyens, mais également ...
Lire la suite...
Derrière la révolte arabe, un mot que nous n’osons pas prononcer
Derrière la révolte arabe, un mot que nous n’osons pas prononcer (Truth Out) Par John PILGER -  Dimanche 11 septembre 2011 Peu après l’invasion de l’Irak en 2003, j’ai interviewé Ray McGOvern, ...
Lire la suite...
URGENT : Appel humanitaire      Bonjour madame, monsieur    Je vous écris pour vous demander votre aide et soutien pour assister une région de mon pays, la Libye, qui vit sous des ...
Lire la suite...
L’Afrique du Nord des régions et les nouveaux apôtres du Mondialisme ont la mémoire courte
Lalla Fadhma N’Sumer, la Jeanne d’Arc du DJurdjura Avant de lire le présent article, je souhaite que vous regardiez cette vidéo, que j’intitule « Pour ne pas oublier », car certains ...
Lire la suite...
Message de Kadhafi Aicha, 3 Septembre 2011
Discours de Mouammar Al-Kadhafi [08. Septembre 2011.]
Alqaida possede 7 à 12 mille systèmes portables
Selon un document confidentiel révélé par un journal
Derrière la révolte arabe, un mot que nous
Situation humanitaire catastrophique
L’Afrique du Nord des régions et les nouveaux

Mots clés: , ,

Plus d’histoires deMonde

About LVO