Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

26/02/2020

Graves interférences et ingérences dans la lutte antiterroriste


LUTTE ANTITERRORISTE ET INGERENCE SECURITAIRE

Les représentants des sept pays du Sahel réunis à Alger, mardi 16 Mars

Les représentants des sept pays du Sahel réunis à Alger, mardi 16 marsAuteur: Souleiman (LVO) Si la conférence ministérielle du 16 mars d’Alger était destiné à coordonner la lutte antiterroriste entre les différents pays en combattant ce fléau et de conjuguer les efforts de tous autour d’un seul et même objectif, il n’en ressort pas moins qu’elle a aussi condamné toute ingérence étrangère, tout paiement de rançon aux groupes terroristes et s’est échiné à éloigner toute ingérence dans la région du sahel. Cette conférence a souligné expressément qu’il fallait rejeter toute idée d’intervention extrarégionale brandie, ces derniers jours par certaines capitales occidentales qui n’osent pas évoquer ou invoquer leur ingérence pour un tout autre motif autre que celui de combattre le terrorisme. L’ironie est à son comble quand PARIS et son ministre des Affaires étrangères attendent du concret de la réunion alors que l’Elysée est entièrement responsable de favoriser la libération des groupes terroristes sous le motif de voir leurs ressortissants libérés des griffes de ces groupes, des ressortissants qui s’avèrent être la plupart du temps des espions à la solde de puissances occidentales.

Conférence ministérielle d'Alger contre le terrorisme : Éloigner toute ingérence dans la région du SahelLes pays ayant pris part à cette conférence ont unanimement condamné le chantage et les concessions de coulisse, appelant au respect des résolutions du conseil de sécurité criminalisant le versement de rançons aux terroristes. Il est patent de constater que l’attitude ambiguë affichée par la France traduit la volonté de ce pays de ne pas lâcher sa mainmise sur le Sahel en totale contradiction avec les discours des officiels mettant constamment l’accent de vouloir éradiquer le terrorisme. Ce qui peut paraître intrigant et pour le moins surprenant dans les déclarations à l’emporte pièce du quai d’Orsay, est le fait de souhaiter « des actions concrètes », alors que ce même pays a mis la pression à de multiples reprises sur le Mali pour se plier devant le chantage des groupes armées qui ont revendiqué la libération de quatre terroristes, dont deux recherchés par l’Algérie, en échange de l’«otage » français Pierre Camatte. On se souvient que Bamako avait fini par "obtempérer" en libérant les terroristes. Désolante contradiction de PARIS qui souhaite d’une part des actions concrètes et d’autre part, négocie la libération des terroristes !!! N’est-il jamais venu à l’esprit de l’Elysée et à son locataire aux idées versatiles qui souffle tantôt le chaud et le froid qu’il est hautement souhaitable et préférable de se montrer solidaire avec les pays de la région en refusant d’abdiquer au chantage des islamistes armés.

Les pays du Sahel s’expliquent

Les pays engagés dans la lutte antiterroriste doivent faire face à un défi et chantage orchestrés par la nébuleuse terroriste et doivent se prévaloir de tous les moyens afin d’avoir le dessus alors que la France, de par ses interférences et ingérences nuisibles se préoccupe davantage de ses propres ressortissants, y compris des espions se faisant passer pour des humanitaires qui foisonnent dans la région du sahel et ne s’embarrasse d’aucun scrupule pour les faire libérer au péril de la priorité absolue affichée fermement par les pays résolus à combattre ce fléau. Ce faisant, la France qui ne peut se prévaloir de lutter contre les groupes terroristes  sape tout au contraire les efforts et les moyens   draconiens mis en œuvre pour éradiquer le terrorisme dans la zone sahélo-sahélienne.Le succès de la lutte antiterroriste qui est tributaire de la participation de bon nombre de pays qui ont adhéré et souscrit à l’idée d’éradiquer ce fléau dévastateur doit être sans complaisance, sans concession, sans compromis, sans arrangement possible car dans le cas échéant, primo, il discréditerait tous les efforts entrepris depuis des lustres par des pays en proie à cette gangrène qu’ils s’évertuent à terrasser et secundo, une recrudescence des actes terroristes ne seraient pas à écarter. Le combat contre le terrorisme auquel même des pays nordiques qui ne devraient pas rechigner à s’associer doit être implacable afin d’être en adéquation avec les objectifs pour lesquels ils ont vu le jour.

La lutte contre le terrorisme est un travail titanesque, d’investigations, de coordination et de collecte de renseignements susceptible d’être partagés par tous les pays qui devraient engranger une nouvelle mouture de la lutte antiterroriste et ce, afin de faire face à des inférences inadmissibles de certains pays identifiés et identifiables qui créent des dysfonctionnements, via des ingérences et de sordides nuisances afin de privilégier leurs intérêts au détriment du but ultime convergent, soit un but commun recherché, éradiquer le terrorisme.

La lutte contre le terrorisme doit être totale, durable et ne pas s’accommoder d’interférences étrangères de nature à freiner l’essence même de cette lutte qui compromettrait les années de travail acharné des états confrontés à ce fléau qu’il n’est point besoin de banaliser .

Il est patent de constater que la lutte contre le terrorisme face à l’ingérence étrangère ne peut avoir de résultats escomptés probants en raison de l’immixtion étrangère et c’est sans doute pour cette raison cruciale que les ministres des affaires étrangères du Niger, du tchad, de la Lybie, du Burkina Faso et du Mali ont pris part le mardi, à l’hôtel Sheraton d’Alger, à une conférence ministérielle de coordination des pays de la région sahèlo-saharienne. La conférence des chefs de la diplomatie des pays du sahel, tenue ce même jour à l’hôtel Sheraton, a été une occasion pour se dire les choses en face, en collaboration avec les différents pays engagés dans la lutte antiterroriste afin de gagner cette bataille de la sécurité et du développement  dans cette sous-région africaine. Cette conférence aura aussi été l’occasion  de mettre en place un front commun afin de résister aux ingérences étrangères de certains, en particulier la FRANCE qui instrumentaliserait les groupes terroristes afin de faire libérer avec un engouement particulier des ressortissants dont plusieurs se révéleraient être des espions et agents de la DGSE. Les derniers développements liés à la libération d’otages occidentaux et le rôle d’intermédiaire joué par certains États de la région qui agissent à contre courant de la lutte antiterroriste n’auront conduit finalement à faire libérer des groupes terroristes et à créer des crises en raison des pressions exercés par le chantre de l’ingérence, le sieur KOUCNER. De même, les intrusions multiples ainsi que les velléités interventionnistes de certaines puissances occidentales dans la région, notamment la France, ont jeté un froid sur les relations diplomatiques entre les pays de la région, mettant en danger le long et laborieux processus de coopération entamé par ces pays. Les Etats-Unis qui ont exprimé leur satisfaction de la tenue à Alger mardi d’une conférence régionale sur le terrorisme au Sahel, avec la participation des pays concernés ont une attitude biscornue qui contraste très mal avec l’inscription de l’Algérie sur la liste des états terroristes alors qu’il est clair que ce pays à des leçons à revendre en matière de lutte antiterroriste. Les représentants des sept pays ont condamné vigoureusement et sans équivoque le paiement de rançons et la prise d’otages et ont rappelé l’obligation de chaque Etat d’appliquer intégralement les résolutions de l’ONU à ce sujet", a affirmé le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines Abdelkader Messahel à l’issue d’une conférence réunissant Algérie, Burkina Faso, Tchad, Libye, Mali, Mauritanie et Niger.


Le rôle de puissance régionale, reconnu à l’Algérie, commence à être remis en cause ces derniers temps par les interventions de certaines puissances occidentales, dont la France, qui voudrait avoir une présence militaire dans la région. La France qui se servirait du prétexte de la lutte antiterroriste chercherait en fin de compte à s’implanter dans la région via un forcing exercé par les diplomaties occidentales en direction des pays du Sahel. Il est vrai que les ressources naturelles, notamment les gisements d’uranium, intéressent de plus près ces puissances qui feraient tout pour ne pas perdre pied dans la région, quitte à traiter et négocier avec des groupes terroristes tout en mettant la pression sur certaines capitales africaines.

En réalité, il est attendu des pays dont les ressortissants sont de la monnaie d’échange pour les groupes terroristes qui écument la zone sahélo-sahélienne, qu’ils s’adaptent à la stratégie mise en place par les pays de la région pour combattre le terrorisme, les assister et leur fournir l’aide nécessaire, au lieu de gérer eux-mêmes par une intolérable ingérence une situation de crise en faisant d’inadmissibles concessions financières aux groupes terroristes.

Combattre l’ingérence des pays occidentaux dans la gestion des affaires de terrorisme est devenu pour les pays qui font face au fléau une pénible punition, car, selon un spécialiste algérien, cette ingérence étrangère «complique l’équation sécuritaire». Les données du problème sont simples : comment faire comprendre aux pays du Nord de cesser leurs ingérences et collaborer plus efficacement avec les pays en lutte contre le terrorisme. Pour qu’il n’y ait plus de rançons à payer, plus d’otages à libérer et plus de groupes terroristes à combattre.

Et, à ce niveau, le message délivré à Alger est on ne peut plus clair : la guerre contre cette gangrène qui mange beaucoup de régions du monde ne saurait se concevoir avec des ingérences dangereuses et intempestives de nations plus soucieuses de la vie de leurs ressortissants que de celle de milliers de personnes, voire de la sécurité et de la stabilité de régions entières.

 Les exemples de cette déviance dans la lutte contre le terrorisme sont proches dans le temps et dans l’espace pour marquer les lignes rouges à ne pas franchir par certains Etats, eux-mêmes menacés et en prise avec le danger terroriste. Le conclave d’Alger sur la lutte contre le terrorisme dans la bande sahélienne doit ainsi ne plus faire l’objet de sentiments nationalistes étroits ni de concessions de nature à compromettre des stratégies coûteuses, élaborées dans la douleur.

Souleiman

Le 19 Mars 2010 

A lire aussi
Emir du Qatar : Les habitants du Sud ont levé la tête des Arabes par leur victoi
Emir du Qatar : Les habitants du Sud ont levé la tête des Arabes par leur victoire31/07/2010   Au lendemain de sa visite au Liban, l'Emir du Qatar cheikh Hamad ben ...
Lire la suite...
Erdogan: »Le Liban vaincra Israël dans toute guerre prochaine »
Erdogan: ''Le Liban vaincra Israël dans toute guerre prochaine''  25/11/2010  Le Premier ministre turc Recep Tayyep Erdogan a affirmé que le Liban l’a emporté sur Israël dans la guerre de ...
Lire la suite...
Coupe du monde: Une excellente caisse de résonnance
Coupe du monde Une excellente caisse de résonnance Auteur: Souleiman (LVO) Le monde sportif, footballistique notamment, attend fiévreusement le mois de juin, mois d’affrontement des grands ténors de ce monde du ballon rond. Les tenants ...
Lire la suite...
Frangié à Kissinger: dites à Israël que nous allons le déraciner de nos terres !
Frangié à Kissinger: dites à Israël que nous allons le déraciner de nos terres ! ...
Lire la suite...
QU’EST-CE QUI FAIT COURIR SARKOZY AU SAHEL ?
NON A LA PÉNÉTRATION ÉTRANGÈRE AU SAHEL ! Auteur: Souleiman (LVO) Les pays de la région du Sahel qui, en principe, ont souscrit à des engagements concrets suite aux diverses réunions ...
Lire la suite...
Abdallah, Assad, Hamad et Ahmadinejad, tous invités du Liban
Abdallah, Assad, Hamad et Ahmadinejad, tous invités du LibanLeila Mazboudi28/07/2010 C’est adjugé : ce sont le roi saoudien Abdallah, le président syrien Bachar ElAssad, l’émir du Qatar, cheikh Hamad Al-Thâni et ...
Lire la suite...
Kissinger:  » Le Liban est une erreur, vous n’êtes pas une nation » !
Kissinger: " Le Liban est une erreur, vous n'êtes pas une nation" !Les déclarations de l'ancien secrétaire d'état américain Henri Kissinger, révélées par le quotidien libanais AnNahar et rapportée par ...
Lire la suite...
Le déchainement incompréhensible  des pouvoirs publics français contre  les Roms
SARKOZY, WOERTH , HORTEFEUX, BESSON ET LES ……………………………………….........ROMS Auteur : Souleiman (LVO) L’épisode du feuilleton à retentissements WOERTH-BETTENCOURT a été écourté momentanément et aura connu une brève accalmie car la diversion de Sarkozy ...
Lire la suite...
CRIMINALISER LE COLONIALISME
CRIMINALISER LE COLONIALISMEET LES ………………........CRIMINELS Auteur : Souleiman (LVO) Photo : Marcel BIGEARD, redoutable tortionnaire, chantre de la torture et criminel de guerre hors pair Les relations algéro-françaises connaissent de temps à autre une détérioration, ...
Lire la suite...
Emir du Qatar : Les habitants du Sud
Erdogan: »Le Liban vaincra Israël dans toute guerre prochaine »
Coupe du monde: Une excellente caisse de résonnance
Frangié à Kissinger: dites à Israël que nous
QU’EST-CE QUI FAIT COURIR SARKOZY AU SAHEL ?
Abdallah, Assad, Hamad et Ahmadinejad, tous invités du
Kissinger:  » Le Liban est une erreur, vous
Le déchainement incompréhensible des pouvoirs publics français
CRIMINALISER LE COLONIALISME

Mots clés: , , , , , , , , ,

Plus d’histoires deMonde

About SOULEIMAN