Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

18/09/2019

Kadhafi est devenu un trop grand danger pour le Sionistan- PARTIE I


International (LVO) : Lorsque le Guide libyen, Mouammar Kaddafi affirme haut et fort que les troubles qui touchent la Libye sont le fait d’AlQaida, la presse francophone dément catégoriquement et fait parler des soit disant experts que personne ne connait et qui affirment tous d’un même son de cloche que « Kadhafi ment ».

Nous savons depuis des années que AlQaida est une invention américaine visant à justifier ses nombreuses agressions contre le monde arabo-musulman et que malgré l’insistance grossière des agents de manipulation occidentaux à vouloir convaincre de l’existence de cette organisation, de moins en moins de personnes aujourd’hui croient à cette « nébuleuse » ainsi que l’a qualifiée le Président de la République française , Sarkozy, avant d’être élu par les français.

Curieusement, les médias qui ont sans cesse affiché l’épouvantail de « l’islamiste intégriste », depuis 2001 à nos jours, ne veulent surtout plus entendre parler d’AlQaida lorsqu’il s’agit de la Libye. Un revirement à 180 degrés « miraculeux ».

Mais aujourd’hui, des responsables Libyens affirment que l’organisation AlQaida serait en trains de tenter d’instaurer un « Emirat Islamique » dans  la région de l’Est  de la Libye et serait à l’origine des troubles dans le Pays. Les politiques et les médias européens ne veulent pas entendre cette version et mettent tous leurs moyens politiques et médiatiques en oeuvre afin de parvenir à faire chasser Kadhafi de la Libye. Nous assistons à une nouvelle instrumentalisation de la mythique Alqaida, mais cette fois, à l’envers.  Que Alqaida existe ou non, elle sert d’une manière ou d’une autre les intérêts des ennemis du monde arabo musulman habitués à ce genre de manipulation.

Kadhafi,  affirme que cette organisation serait à l’origine des troubles qui secouent la Libye alors qu’il y a quelques temps, il avait accordé une interview depuis Tripoli à RFI, lors de laquelle, il affirme que « Al-Qaïda au Maghreb islamique n’existe pas », il revient sur l’enlisement du processus de paix au Darfour et sur la situation en Somalie que n’arrange en rien, selon lui, la politique de l’union africaine. À quelques jours d’un sommet de cette organisation à Kampala (Ouganda), le dirigeant libyen se montre sévère à son égard et insiste sur son attachement à la création des États-Unis d’Afrique.

Extrait :

« Khalil Ibrahim n’est pas notre ‘‘protégé’’ »

La Libye abrite depuis quelques semaines Khalil Ibrahim, leader du Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM), un groupe rebelle actif au Darfour et qui refuse d’entrer dans le processus de négociations initié à Doha entre le gouvernement soudanais et les milices armées.

« Sa présence est embarrassante, et il est normal que le Tchad et le Soudan s’en préoccupent. Mais on lui a retiré ses papiers, il ne peut aller dans aucun autre pays étranger. Et nous lui avons interdit de diffuser tout message, sauf s’il s’agit d’un message de paix ou un appel à déposer les armes. (…) Il n’est pas notre ‘‘protégé’’, nous essayons seulement de conserver notre rôle, qui est celui de réconciliateur, d’intermédiaire régional. Il n’y a pas d’autre solution que le processus de Doha. »

Mouammar Kaddafi a réaffirmé qu’il ne reconnaissait pas la Cour pénale internationale (CPI) et donc le mandat d’arrêt émis contre le président Omar el-Béchir, indiquant qu’il serait prêt à recevoir son homologue soudanais en Libye. Il a qualifié la CPI d’« instrument au service du colonialisme et du terrorisme international ». « Avant de juger El-Béchir, il faudrait juger un certain nombre de dirigeants occidentaux et israéliens (…), tous ceux qui ont commis des génocides et qui continuent de le faire, en ne respectant pas la charte des Nations unies. »

« Pas d’autre solution que le référendum au Sahara occidental »

Selon le dirigeant libyen, le conflit entre l’Algérie et le Maroc au sujet du Sahara occidental ne pourra se régler que par une consultation populaire sur l’autodétermination des Sahraouis. « Il n’y a pas d’autre solution que le référendum ou le plébiscite. Le Maroc se montre hésitant mais Hassan II (roi du Maroc de 1961-1999) y était favorable, nous étions d’accord là-dessus. Évidemment, le Polisario récuse l’autonomie comme solution », a-t-il déclaré.

« Ben Laden peut se comporter en responsable »

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ? « Il n’existe pas d’organisation de ce type. C’est de la rumeur, de la simple propagande. Il n’y a même pas d’Al-Qaïda. En réalité, il s’agit de petits groupes criminels, comme les Brigades rouges italiennes à l’époque. Même Ben Laden n’est pas responsable de leurs actes. Il peut se comporter comme quelqu’un de raisonnable, il a d’ailleurs proposé une trêve à l’Europe ». Selon Kaddafi, les attaques et les revendications d’Aqmi n’« ont rien à voir avec la religion, avec l’islam, et ces groupes n’ont aucun programme ».

« L’union pour la Méditerranée est un bébé mort-né »

« Je ne me suis jamais enthousiasmé pour l’union pour la Méditerranée, mais pour une union méditerranéenne, c’est-à-dire des pays – spécifiquement africains et européens – riverains de cette mer. Je suis contre une adhésion des États asiatiques, mais Nicolas Sarkozy a dû écouter la chancelière allemande (Angela Merkel) en ramenant toute l’Europe dans cette union. Alors j’ai proposé, pourquoi pas, de ramener toute l’Afrique. Mais cela n’a pas été accepté. L’UPM est un bébé mort-né ».

« La négociation est impossible avec les Shebab »

« Les Shebab n’écoutent personne. Avec eux, la négociation est impossible, ils n’ont même pas de dirigeants officiels. (…) La politique de l’union africaine en Somalie n’est pas la bonne, et l’envoi de troupes n’est qu’une formalité (l’Amisom, la force de paix des pays de l’UA, est présente en Somalie, NDLR). Il faudrait une véritable armée de l’union africaine avec plus d’un million de soldats si l’on voulait mater la rébellion. Et non des troupes burundaises, des troupes ougandaises dont les missions sont mal définies. (…) Il faut laisser les Somaliens régler leurs problèmes… »

« Il faut unir l’Afrique comme les Etats-Unis d’Amérique »

Pour régler les problèmes en Afrique, comme en Somalie par exemple, Mouammar Kaddafi estime qu’ « il faut d’abord unir l’Afrique ». Selon lui, les coups d’État, les putschs militaires révèlent l’échec des politiques des États, des élections nationales… « Après l’établissement de l’UA, rien n’a été réalisé. Ces pays sont encouragés à la division, afin que les puissances étrangères puissent asseoir leur domination ». « Il faut que l’Afrique s’unisse en un seul État comme les États-Unis d’Amérique, avec une seule armée, une seule économie, une seule monnaie. »

Fin de l’entretien

Mais que reproche-t-on à Kadhafi en réalité ?

Mouammar Kadhafi, Guide de la révolution libyenne, dérange trop l’establishment international mise en place par les psychopathes qui rêvent de voir la naissance de leur soit disant « Nouveau Gouvernement Mondiale » programmé initialement pour 2012 mais retardé par la résistance internationale.

Colonel pour les uns, frère pour les autres, il est un Guide respecté en Afrique. Les africains l’ont désigné « Amir Al-Mouminine » (Emir des Croyants) lui donnant une autorité à rendre jaloux les anciennes puissance coloniales qui s’évertuent à faire disparaitre leurs propres frontières et à en imposer d’autres en Afrique comme nous venons de le voir récemment.

Il n’a eu de cesse, ces dernières années, que de travailler à la Création des « Etats Unis d’Afrique ».  L’Unité Africaine est une de ses priorités et il a organisé avec succès de nombreux événements et rencontres qui resteront gravées dans l’histoire.

Il a énormément œuvré pour la réconciliation des chefs d’états lors des conflits en Afrique comme par exemple le 25 Octobre 2007 au Tchad ou un accord de paix a été signé à Syrte (Libye) entre le gouvernement tchadien et les quatre principaux mouvements rebelles , l’uni0n des forces pour la démocratie et le développement (UFDD) du général Mahamat Nouri, de l’UFDD-Fondamentale (UFDD-F), du Rassemblement des forces pour le changement (RFC) de Timane Erdimi et de la Concorde nationale tchadienne (CNT) d’Hassan Saleh al-Djinédi. Cet accord de paix, signé en présence de Mouammar Kadhafi, du président tchadien Idriss Deby et soudanais Omar el-Béchir, prévoit un cessez-le-feu immédiat, le total respect de la constitution et la libération des prisonniers. pour ne citer qu’un seul exemple.

Les actions constructives de Kadhafi sont trop nombreuses pour être énumérées dans un seul article. Mais ce qui est certain, c’est que à cause de lui, les principaux architectes de la misère en Afrique perdent énormément d’argent et voient cette manne, que représente les ventes d’armes et de munitions, disparaitre de plus en plus.  Son projet d' »une seule armée, une seule économie et une seule monnaie dans un Etat Unis d’Afrique » représente un danger considérable pour l’occident habitué a piller les richesses de l’Afrique.

 Il est donc logique de voir leurs médias mobilisés pour mentir sur cet « élément incontrôlé et incontrôlable » que représente Mouammar Kadhafi, certains allant jusqu’à le faire passer pour fou.  Et pourtant, les plus fous sont certainement les dirigeants occidentaux qui considèrent que nous sommes trop nombreux sur cette planète et qui aimeraient que les maladies, les famines et les guerres se poursuivent et se multiplient afin de réduire la population mondiale au détriment des africains et des musulmans.

L’action la plus récente qui est reprochée à Kadhafi est cetainement d’avoir appellé les réfugiés palestiniens à défiler contre Israël ainsi que l’a fait savoir la presse le 14 février dernier sur le site internet WWW.IRIB.IR qui a publié un article disant que « Le numéro un libyen Mouamar Kadhafi a exhorté les réfugiés palestiniens à suivre l’exemple des révolutions tunisienne et égyptienne et à se masser aux frontières israéliennes jusqu’à ce que le régime sioniste se plie à leurs demandes.  « Nous vivons le temps des révolutions populaires dans le monde arabe, et cette vague de révolution ne doit pas épargner les Palestiniens, a affirmé Kadhafi. « Ce n’est pas une déclaration de guerre que je lance ici, mais un appel en faveur de la paix qui devra entraîner des foules de réfugiés palestiniens, résidant en Jordanie, au Liban en Libye et en Syrie vers les frontières d’Israël, les mobiliser là, jusqu’à ce qu’ils aient gain de cause, a-t-il expliqué à la télévision d’état. Le dirigeant libyen a proposé l’installation des camps près des frontières de l’entité sioniste, si ce dernier se refusait à s’incliner.

   Le Wall Street Journal (WSJ) a appelé mardi dernier les pays occidentaux à armer les manifestants libyens afin de « renverser le régime du colonel Kadhafi », tandis que le Washington Post suggérait de « déférer les dirigeants de Tripoli devant la justice internationale ».
Sous le titre « Libérer la Libye », le quotidien « des affaires » accuse Mouammar Kadhafi « d’assassiner son propre peuple, comme il l’a fait si souvent pendant son règne obscurantiste de 42 ans ».

« Les Etats-Unis et l’Europe doivent faire beaucoup plus pour aider le peuple libyen à mettre un terme à la dictature de Kadhafi », ajoute le WSJ, qui préconise de menacer l’armée de l’air libyenne de bombarder ses bases aériennes si elle continue à réprimer les manifestations. Ensuite, la presse sioniste nous a fait part de soit disant « désertions de pilotes de l’aire libyens » afin d’inciter les pilotes de l’armée libyenne à abandonner la défense nationale.

Oubliant que partout dans le monde, des hommes armées ne sont pas des manifestants pacifiques, dans un demi aveu de l’implication américaine dans les troubles en Libye, le Wal Street Journal a déclaré : « On ne doit pas non plus exclure d’armer les manifestants » (…) « le pire serait d’encourager les contestataires sans leur donner les moyens de l’emporter ».

Tentant de faire oublier les massacres américano-sionistes en Irak , en Afghanistan et en Palestine, le journal rappel les différents attentats anti-américains dont les sionistes ont accusé le régime libyen depuis les années 1980, le quotidien prétend que le colonel Kadhafi  » a plus de sang américain sur les mains que quiconque, à part Oussama ben Laden ». (sic) Il a oublié Bush and co.

Le Washington Post estime que les exactions en cours en Libye « exigent non seulement une condamnation mais aussi des actes de la part du reste du monde », sans apporter de preuve sur les réels commanditaires de ces exactions.

Dénonçant « des crimes contre l’humanité », le quotidien de la capitale propose que les Etats-Unis doivent « appeler publiquement à un changement de régime » à Tripoli. (Un régime marionnette de Washington de préférence : NDLR)

La chaîne satellitaire libyenne a diffusé un certain nombre de confessions d’agents criminels qui ont avoué à la télévision « participer à une opération de destabilisation contre le peuple libyen moyenant finances étrangères »

Selon une source en Lybie, « un gang accompagné de ressortissants étrangers a été arretté, ils avaient en leur possession des grenades à main ».

   Pour dissuader les libyens de se défendre contre les agents armés et formés par les USA, le journal a ajouté que les « Européens et Américains doivent avertir le régime libyen que « s’il parvient à se maintenir par la violence, il sera confronté à des sanctions étendues, y compris contre son industrie pétrolière ». ( Nous y voila donc, le mot magique , le « pétrole » : NDLR)

La menace contre les pays arabes et musulmans qui seraient parfaitement informés de la manipulation en cours et auraient à l’idée de s’opposer à cette dernière, monte d’un cran lorsque le journal précise « qu’ils parviennent ou non à se maintenir au pouvoir, les Kadhafi (père et fils) doivent être traduits en justice pour l’effusion de sang qu’ils ont provoquée ».(…) »Les régimes arabes autoritaires et les dictatures du monde entier doivent savoir qu’ils ne peuvent massacrer leurs peuples en toute impunité ».

Pour ceux qui n’ont pas les infos et ne sont pas habitués à décoder ce type de langage, cela signifie que les américano sionistes qui ont mis en place et soutenu les dictateurs becs et ongles dans le passé, ont en leur possession des dossiers et des plans pour tout « régime » qui se montrerais défaillant à la mise en place du nouveau gouvernement mondial prévu prochainement.   La carte politique internationale est déjà dessinée et l’enjeu pour les partisans du nouvel ordre mondial est capital. Ils ne toléreront donc aucune défaillance de la part de quiconque !

DRIS pour toute l’Humanité

28 février 2011    11:30

Lire aussi :

A lire aussi
Kadhafi est devenu un trop grand danger pour le Sionistan – Part V
 International (LVO) : L’Université d'Oxford est une des plus connues au monde. Tony Blair, ancien premier ministre de Grande-Bretagne, Margaret Thatcher ou encore Bill Clinton, sont sortis de cette université.. L'université d'Oxford était déjà ...
Lire la suite...
Kadhafi est devenu un trop grand danger pour

Mots clés: , , , ,

Plus d’histoires deAfghanistan

About LVO