Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

22/09/2019

La police égyptienne nous empêche de gagner Rafah


Brève traversée du Sinaï
La police égyptienne nous empêche de gagner Rafah

En dépit du cessez-le-feu (précaire) entré en vigueur dans la bande de Ghaza, l’Egypte, particulièrement le Sinaï qui donne directement sur la Palestine, est en état d’alerte maximum et y circuler devient une entreprise fort compliquée, truffée d’entraves. Nous l’avons appris à nos dépens ce jeudi 22 janvier en faisant la tentative de gagner la ville de Rafah, frontalière avec Ghaza.
Pourtant, le chauffeur de taxi — hâbleur comme la plupart des gens de son métier quand un bon client se présente — nous assurait qu’il nous emmènerait jusqu’à Rafah sans problème. A la station de taxis d’Al Mourj, située dans l’un des faubourgs chaotiques du Caire, station spécialisée dans la desserte des villes d’El Ariche et de Rafah, c’étaient les enchères entre « taxieurs » : « Moi, je vous emmène jusqu’au ‘‘manfad’’ (le point de passage) », renchérit un chauffeur de taxi carnassier en nous proposant la course à 350 LE (environ 5000 DA). Finalement, nous partirons dans un taxi Mercedes à neuf places avec, entre autres passagers, une famille palestinienne composée d’une vieille femme vêtue d’une « abaya » noire ainsi que deux jeunes filles et leurs enfants. « Nous allons à El Ariche. Nous avons de la famille à Ghaza. Plusieurs de nos proches ont été tués et leurs maisons détruites. Nous sommes en deuil. Hier encore (mercredi ndlr), nous avons enterré un proche, Istashhad (il est mort en martyr) », dit la vieille dame. « On ne peut malheureusement pas entrer à Ghaza et nos proches ne peuvent pas sortir. On se voit seulement de loin, de part et d’autre de la frontière qui sépare Rafah l’égyptienne de Rafah la palestinienne », se plaint-elle.

Le président égyptien, Hosni Moubarak (AP)
UNE DES  HONTES  DU MONDE ARABE

Le Sinaï : zone sensible

De forme triangulaire, elle est bordée au nord par la mer Méditerranée et enlacée par les deux bras de la mer Rouge. Sa partie nord-est fait frontière avec la bande de Ghaza. Vers le sud se trouvent les stations balnéaires de Sharm Al Cheikh et de Taba. Le caractère quasi-saharien du légendaire désert biblique tranche immédiatement avec les carrés verdoyants ayant poussé autour des lacs qui entourent le canal de Suez. Le paysage rappelle beaucoup celui de nos villes steppiques, en allant vers Djelfa, Laghouat ou Aïn Sefra. Une cinquantaine de kilomètres après avoir franchi le canal de Suez et à peine ayant traversé la ville de Bir El Abd et pénétré la province du nord-Sinaï, nous arrivons à la hauteur d’un important barrage de police planté dans un no man’s land au milieu de la vaste thébaïde. Là s’arrête notre course et pour cause : la police égyptienne assistée des « moukhabarate » juge notre présence encombrante. Un officier en civil muni d’un talkie-walkie bruyant donne aussitôt l’alerte. Il prend tous nos renseignements et nous signale à sa hiérarchie par téléphone. Au bout de quelques minutes, le verdict tombe. L’officier nous lance d’un ton affable : « Je suis navré, avec tout ce qui se passe, nous ne pouvons pas vous laisser continuer votre voyage. Ici, vous entrez en zone sensible. De toutes les manières, vous serez refoulé à Rafah, alors autant rebrousser chemin ici. » L’homme exhibe un modèle de l’autorisation que nous devions extirper des méandres de la bureaucratie sécuritaire cairote. Un journaliste japonais attendait à bord d’un 4X4 avec ses accompagnateurs égyptiens. Son attente sera de courte durée : il avait le fameux sésame. « Vous voyez, lui, il a l’autorisation, il est passé sans problème », argue l’officier, avant de détailler : « Il vous faut d’abord aller chercher le OK de votre ambassade, ensuite aller au centre de presse. Il nous faut aussi le visa de « amn adawla » (les moukhabarate, les services du général Omar Souleiman, le Toufik égyptien). » La famille palestinienne qui nous attendait dans le taxi nous jette un œil compatissant. Nous aurions compris l’attitude de la police égyptienne si elle nous avait intercepté aux frontières avec Ghaza. Or, là, nous n’étions même pas à El Ariche. A moins qu’il ne faille un visa particulier pour entrer dans le Sinaï et que celui qui nous avait été délivré n’était valable que pour Le Caire et l’Egypte touristique… Selon un communiqué du ministère des AE égyptiens paru dans Al Ahram de ce vendredi, on apprend que 115 journalistes ont pu accéder à Ghaza via Rafah. Curieusement, parmi eux, seuls un journaliste égyptien et un journaliste arabe dont la nationalité n’est pas précisée ont pu avoir cette « faveur ». Pour Manar Hussein, médecin humanitaire engagée dans les opérations d’acheminement des aides médicales vers Ghaza et qui a été à Rafah dès les premiers jours de l’agression israélienne, il ne fait aucun doute que ce n’est pas faute de volonté qu’il y a si peu de reporters arabes en provenance d’Egypte à Ghaza : « Normal, nos régimes ne veulent pas que les journalistes arabes parlent d’eux. Il est évidemment impensable qu’il n’y ait qu’un seul reporter égyptien à vouloir rentrer à Ghaza. Que les journalistes des pays étrangers écrivent, cela ne leur fait ni chaud ni froid, mais pas notre presse », dissèque-t-elle avant d’ajouter avec ironie : « Vous auriez dû leur dire que vous étiez Français, vous seriez passé sans problème. » Et de poursuivre : « Tout le monde veut partir et dans le corps médical aussi. Mais nous subissons les mêmes contraintes. Les autorités égyptiennes ont eu une attitude honteuse. Même au plus fort du massacre, ils ne nous laissaient pas entrer à Ghaza et ce n’est qu’à l’approche du cessez-le-feu qu’ils ont desserré relativement l’étau. »

« Un pays très fliqué »

« L’Egypte est un pays très fliqué », s’indigne de son côté un confrère rencontré au Caire. Nous avons eu à le constater à une autre occasion. Le mercredi 21 janvier, il y avait une manifestation de femmes affiliées au puissant mouvement des « Ikhwan mouslimin », les frères musulmans, devant le siège du syndicat des journalistes. Elles revendiquaient la condamnation des responsables israéliens pour crimes de guerre. Les policiers formaient littéralement un mur d’uniformes noirs qui parquaient solidement les « sœurs musulmanes » contre le parvis du bâtiment pour empêcher tout débordement. En voulant couvrir la manif et à peine ayant pris quelques photos, qu’un officier est venu nous sommer de les effacer. « Cliquez sur delete s’il vous plaît, pas sur exit », intime-t-il en suivant de près l’opération de destruction des photos « compromettantes ». Puis, il examine d’un œil torve les photos restantes et son attention se trouve vite interpellée par une image représentant un panorama du Nil et sur laquelle on pouvait reconnaître entre autres, le siège du ministère égyptien des AE, celui du très controversé Ahmed Aboul Gheit. « Pourquoi prenez-vous la photo des AE ? Vous allez photographier toute l’Egypte ou quoi ? Qu’est-ce que vous comptez faire avec cette photo ? Dans quel but ? », questionne le jeune officier. Nous avons dû lui expliquer que nous n’avions nullement l’intention de faire un usage subversif de cette photo. S’il faisait montre d’un peu moins de zèle, il eut deviné sans peine qu’on n’attaque pas un pays avec un appareil photos et que les satellites américains et israéliens qui suivaient notre discussion devaient se bidonner dans le ciel du Caire en faisant de gros plans sur la bouille renfrognée du flic. En vérité, l’officier de police du Sinaï avait tout dit en parlant de « zone sensible ». Depuis les récits bibliques et les démêlés de Moussa avec le Pharaon, le Sinaï a toujours été un territoire problématique. En novembre 2008, il y eut encore un soulèvement armé des « bédouins » (c’est le nom des habitants du Sinaï) qui, se considérant comme les mal-aimés de l’Egypte officielle, ont souvent maille à partir avec le pouvoir central.

La colère des Bédouins

Un groupe de bédouins armés avait cette fois enlevé une vingtaine de policiers pour protester contre la mort d’un de leurs proches abattus par la police égyptienne près de Rafah. Il était soupçonné de contrebande aux frontières. Il convient également de rappeler le rush des Palestiniens de Ghaza sur Rafah et El Ariche. En janvier 2008, ils étaient des centaines de milliers à casser le mur qui sépare Ghaza de l’Egypte, une manière pour eux de briser le blocus qui leur était imposé depuis juin 2007. Après ces événements, le nord Sinaï était devenu quasiment une zone militaire. Il faut au surplus souligner la tension exacerbée par les attentats terroristes de Taba et de Sharm Al Cheikh qui ont ébranlé l’Egypte ces dernières années. Autant d’éléments qui renseignent sur le « background » de la police égyptienne et sa nervosité devant toute présence étrangère qui n’arborât pas l’étiquette « touriste ». Au barrage du nord Sinaï, les policiers égyptiens essayent de nous trouver une locomotion pour rentrer au Caire. Ce n’est pas évident. Le trafic est mou et tous les taxis qui passent sont bondés. Un homme d’un certain âge, un homme à tout faire, s’évertue à racheter l’hostilité de la flicaille et s’excuse presque du manque de coopération de la police de son pays : « J’ai honte qu’ils vous empêchent d’aller au ‘’qitaâ’’ (la bande de Ghaza). Je voudrais tellement faire quelque chose pour vous, pour le devoir », dit-il avec humilité. L’homme résume toute la générosité de l’Egyptien lambda. « Intou ahssen nass wi agda nass » (Les Algériens sont les meilleurs et les plus braves), ajoute-t-il avec une courtoisie sincère avant d’aller nous préparer du thé. Pendant ce temps, les préposés au barrage échangent charades et devinettes dans l’immense solitude du Sinaï. Un barbu à son collègue : « C’est quelque chose qui est blanc comme la neige, noir comme la nuit. Il est licite de le boire et illicite de le manger. L’homme le fait trois fois par jour et la femme une fois l’an. Qu’est-ce que c’est ? » Et ainsi passe le temps au Sinaï. « Nous sommes un peuple au tempérament guilleret et rigolard. Sans cela, on serait morts de peine », lance le vieil homme généreux au visage buriné par la misère et le soleil froid du Sinaï.

Par Mustapha Benfodil

http://www.elwatan.com/Breve-traversee-du-Sinai

A lire aussi
Internet  (LVO) : Alors que la France est engagée politiquement et militairement dans une agression illégale contre la Grande Jamahirya, la Libye, sous prétexte absurde et ridicule d'instaurer sa démocratie en voulant ...
Lire la suite...
Les témoignages dénoncent le montage international contre la Libye
    Les ruines des bâtiments du "Commité Populaire Général" (Symbole du pouvoir populaire en démocratie) à Tripoli victimes de deux attentats terroristes de l'OTAN -  Smaïn Bédrouni qui nous a envoyé la photo ci ...
Lire la suite...
Un cargo qatari a déposé hier soir des armes et autres munitions, dont des chars et engins militaires dans le port de Zarzis. Ces armes sont toujours posées sur le quai. Les ...
Lire la suite...
Un autre charnier découvert à Lattaqué en Syrie !
International (LVO) : Des sources syriennes ont rapporté la découverte d'une fosse commune dans l'un des villages de la banlieue de Lattaquié. Ce sont, au total, une vingtaine de corps ...
Lire la suite...
Pétition internationale : Non au terrorisme du régime sioniste qui se fait appeler « Etat d’Israël »
Monsieur le Secrétaire général des Nation-Unies Messieurs les Chefs d’États membres du Conseil de sécurité, Je condamne le terrorisme, y compris sa forme d’État. Non au terrorisme de l’État d’Israël contre ...
Lire la suite...
L'Iran célèbre le 30ème anniversaire de la victoire de la Révolution Islamique 31/01/2009   Les dirigeants iraniens ont rendu hommage, ce samedi, à l'ayatollah sayed Rouhollah Khomeiny lors d'une cérémonie dans son ...
Lire la suite...
Paris : Rassemblement pour dénoncer les massacres de Bani Walid (+ 2 Videos + PHOTOS )
Dimanche 28 octobre 2012 à 15 heures Devant la Fontaine des Innocents Place des Innocents PARIS - LES HALLES Voir le plan d’accès en fin d'article    La situation désespérée de la ville libyenne de Bani ...
Lire la suite...
Les partisans armés de la Jamahiriya et les civiles ripostent à Benghazi
International (LVO) : Après la libération de Bani Walid,  d'intenses affrontements ont eu lieu à Benghazi et à Tripoli. Dans la vidéo ci-dessous vous pouvez voir le drapeau vert porté par ...
Lire la suite...
Combien nous coûte l’Otan de la « défense intelligente » (Il Manifesto)
Tommaso DI FRANCESCO, Manlio DINUCCI Les 21-22 mai se tient à Chicago le Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Otan. Parmi les diverse questions à l’ordre du jour, de ...
Lire la suite...
Lutte antiterroriste en France: cherchez l’erreur
Bahar Kimyongür, 27 décembre 2012.  En France, on peut appeler à armer les rebelles terroristes en Syrie, diffuser leur propagande, maquiller ou justifier leurs crimes, organiser des collectes pour leur ...
Lire la suite...
LA SOCIETE LIBYENNE, LES CONGRES POPULAIRES, LES DIFFERENTS
Les témoignages dénoncent le montage international contre la
Quelques nouvelles récentes et alarmantes de Tunisie
Un autre charnier découvert à Lattaqué en Syrie
Pétition internationale : Non au terrorisme du régime
L’Iran célèbre le 30ème anniversaire de la victoire
Paris : Rassemblement pour dénoncer les massacres de
Les partisans armés de la Jamahiriya et les
Combien nous coûte l’Otan de la « défense
Lutte antiterroriste en France: cherchez l’erreur

Plus d’histoires deMonde

About SOULEIMAN