Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

15/06/2019

L’OTAN et le terrorisme US redoutable à l’œuvre et à pied d’œuvre.


HALTE AU MASSACRE PERPETRE A L’ENCONTRE DE LA POPULATION CIVILE AFGHANE

 

Note de la Redaction: Ces innocentes victimes n’ont pas connu les après-midi ensoleillés au parc de jeu pour enfant, ni les gouters entre camarades, Ils n’ont jamais eu de cadeau les jours de fêtes… Ils n’ont rien connu d’autre que la guerre…  Allah Irham Ashouhadas wa HasbounAllah Houwa Na’m Al Wakeel

Nous ne visons que des cibles militaires et des camps d’entraînement de terroristes" (dixit Colin Powell). L’intervention armée US en Afghanistan et ses émules qui y ont activement participé a un prix exorbitant et les stratèges qui ont peaufiné les plans d’attaque et d’invasion de ce pays devront l’assumer à part entière. La tragédie qui se déroule au vu et au su de tout le monde ne doit pas nous laisser insensible au sort réservé aux enfants et aux personnes civiles innocentes qui sont pris pour cible par l’aviation US. Cette tragédie ne doit pas nous laisser indifférent face aux velléités de domination et aux visées impérialistes qui ont mis à feu et à sang plusieurs pays musulmans dont l’Afghanistan. Très peu de voix s’élèvent et montent au créneau pour dénoncer la barbarie de l’OTAN et les cruautés US auxquelles se livrent les occidentaux et la mainmise impérialiste dans le pays de Djamel Eddine El Afghani et ou les prédateurs et les militaires cupides ont fait main basse face à une ONU impassible et qui ne sait gérer que le fait accompli. Halte au massacre de la population Afghane, tel devra être le mot d’ordre, telle une déclaration solennelle visant à exiger de toutes les forces étrangères de l’Afghanistan qu’elles se retirent sans condition, après avoir exporté dans ce pays le terrorisme et la désolation. Changement de stratégie ou l’armée US semble avoir privilégié et opté irrémédiablement pour un changement de tactique en s’en prenant directement à la population civile. Cette « stratégie » va précipiter les forces de la coalition dans un échec consommé et sera susceptible de transmuer l’hyperpuisance en une force destructrice prépondérante incontrôlable dans un déclin qui a commencé depuis que Washington s’est forgé le mythe d’une nation suprême et d’un leadership indétronable qu’elle s’est conférée unilatéralement en usant de moyens indignes et peu recommandables, dont le terrorisme pour faire avancer plus rapidement ses pions dans un monde qu’elle veut faconner conformément à ses "valeurs (?)" judéo-chrétiennes".

Les performances inégalables et avérées de la capacité de nuisance des forces de la coalition ont été telles qu’elles auront réussi à décimer une partie de la population civile innocente qui n’aspire qu’à vivre en paix, et sans pour autant neutraliser le noyau dur de la résistance afghane qui a porté des coups fatals à l’armée U qui se targue d’avoir restauré la sécurité et d’avoir éliminé les Talibans alors que la situation endémique sur le terrain nous prouve le contraire. L’armée « civilisée » n’a pas hésité à bombarder une cérémonie de mariage ou grand nombre de civils ont péri y compris des enfants, une armée qui a détruit la quasi majorité des infrastructures et dont la reconstruction du pays demeure le cadet de ses soucis.

Les renforts qui ont été acheminés sur place afin de juguler les activités guerrières des combattants afghans n’auront jamais réussi à mettre un terme radical aux coups implacables portés par la résistance à l’OTAN et aux militaires américains qui sont déboussolés et dont leur troupes et logistique s’enlisent profondément en Afghanistan. Devant un tel scénario totalement imprévisible par les forces de la coalition, les médias relativisent le nombre de victimes qui ont péri dans des embuscades et à des tirs nourris de la part de guérilla afghane.

En dépit des renforts supplémentaires envoyés par l’administration BUSH et le président Sarkozy qui montre son alignement sur les néocons, la situation déjà confuse n’a fait que se détériorer et il serait illusoire de songer un seul instant que la coalition soit pétri de valeurs humanitaires et qu’elle réponde en priorité à un objectif primordiale, à savoir reconstruire ce que l’intervention armée US a détruit dans ce pays. Bien au contraire, depuis le renforcement du dispositif militaire mis en place par les militaires US et occidentaux, l’observateur n’a jamais assisté à un tel degré de barbarie ou l’aviation US a bombardé délibérément des enfants et un nombre d’habitants ayant assisté à une cérémonie de mariage, les mariés et les convives ayant sûrement péri dans cette tragédie que la Maison Blanche justifiera par des dommages collatéraux ou en affirmant cyniquement que des combattants d’EL-Qaeda s’y trouvaient à proximité. Aucun progrès en matière de sécurité n’a été enregistré depuis l’invasion de ce pays par les prédateurs US devant une parodie de démocratie ayant visé à l’installation du président fantoche Hamid KARZAI aux ordres de la CIA.

Les médias, toujours si prompts à relayer la propagande du Pentagone et des « informations » formatées pour les besoins de la guerre ou pour s’exprimer sur le moral des troupes en IRAK, AFGHANISTAN sont aux abonnés absents ou sont muselés car ils ne donnent pratiquement aucune information quantifiée et vérifiable sur les attentats fomentés par les résistants Afghans ou l’on assiste à un regain de violence contre les forces de la coalition.

Ces mêmes médias inféodés sont en opposition avec les attaques que la résistance assène de plein fouet aux forces d’occupation et d’invasion puisqu’ils relativisent l’ampleur des coups portés par les insurgés Afghans et revalorisent tout au contraire la mission de la coalition. Pas plus qu’aucun chiffre n’est fourni par les agences de presse occidentales sur les pertes considérables enregistrées dans les rangs de l’OTAN et de l’armée US ou alors pour des raisons psychologiques, ces médias avancent des chiffres erronées ne correspondant nullement à la réalité, excepté quand il s’agit d’un bombardement aérien meurtrier US, ils sont aux premières loges pour faire les louanges aux coalisés en donnant des chiffres reflétant la boucherie. Il demeure patent de constater que le « musellement de la presse », la « censure de l’information » et l’ « outil du terrorisme » demeurent l’apanage exclusive des néocons et par extension du haut Commandement des forces américaines basées à Kaboul qui l’ont considérés comme des armes de guerre stratégiques.

Ceci dit, les médias tentent de nous brosser un tableau élogieux et reluisant des opérations militaires effectuées par la coalition en Afghanistan et concomitamment avec un bilan positif réalisé par le potentiel destructeur US, appuyé par l’OTAN qui est loin d’être conforme à la réalité ou les victimes américaines et les militaires de l’OTAN s’accroissent de jour en jour.

Devant une telle défaite camouflée, la coalition a opté pour une autre stratégie consistant à cibler la population Afghane et à provoquer de véritables boucheries chez les mômes et les civils qui n’aspirent qu’à vivre en paix, une paix qui sera possible qu’avec le retrait de toutes les forces étrangères présents sur le sol afghan. Bref, la population Afghane a été prise en otage car la coalition est très loin d’avoir atteint ses objectifs escomptés et avec un décombre macabre qui ne cesse de s’allonger de jour en jour face à la détermination des Talibans et des combattants afghans qui ne cherchent qu’à libérer le pays du joug colonial et impérial.

Jamais, depuis l’invasion de l’Afghanistan, la coalition n’a opté pour un degré supplémentaire dans la barbarie en terrorisant le peuple, car faute de n’avoir pas éradiqué les poches de résistance et des kamikazes qui se lancent contre les concentrations de l’OTAN et l’armée US, le bouc émissaire est tout désigné et pris d’assaut. Il est clair que la maison Blanche réalise avec une profonde amertume que tous ses objectifs n’ont pas été atteint et que l’épée de Damoclès qui se trouve sur la tête de BUSH l’obligera à mentir à l’opinion publique ou à jeter les jalons d’un retrait forcé s’il ne veut pas voir les morts US qui ne vont que crescendo être exhibés devant les caméras du monde entier.
 

 

– POUR UN RETRAIT TOTAL DES FORCES TERRORISTES ETRANGERES OPERANT EN AFGHANISTAN SOUS LE LEITMOTIV DE LA "LUTTE ANTITERRORISTE" SOUS FAUSSE BANNIERE


Neuf soldats de l’OTAN ont été tués et il ne se passe pas une seule journée sans que les forces américaines enregistent des pertes humaines et que la recrudescence des attaques anti-américaines soient salutaires pour le devenir du pays afin qu’il recouvre sa souverraineté bafouée et afin que les hordes criminelles qui ont mis le pays à feu et à sang sachent le lourd tribut qu’ils devront payer même en envisageant un retrait, ce qui est très probable. La preuve est que les forces de la coalition n’ont jamais éradiqué les poches de résistance et que leur inaction "déconcertante" pour les occidentaux qui espéraient des victoires fulgurantes croient avoir trouvé la boîte de pandore en ayant intensifié leurs attaques sur une population, désormais prise en otage ou 47 civils participant à un mariage avaient été tués le 6 juillet dans un bombardement de la coalition sous commandement américain dans l’Est de l’Afghanistan.

 

"Les victimes étaient toutes des civils et elles n’avaient aucun lien avec les talibans ou al-Qaïda", a souligné un notable de la ville, avant de préciser que les familles des victimes leur avaient montré leurs vêtements maculés de sang, a déclaré à l’AFP le responsable de la commission et vice-président du Sénat, Burhanullah Shinwari.

Les derniers rebondissements sanglants qui ont eu lieu en Afghanistan illustrent à quel point la déroute des forces de la coalition est engagée, qui, faute de n’avoir pas pu mettre un “terme radical” à l’insurrection des Talibans en pleine recomposition a préféré jeter l’opprobre et son dévolu sur une population sans défense. L’armée US qui escomptait sur une reddition des combattants afghans dont la priorité était de libérer le pays du joug des oppresseurs identifiés et identifiables a du déchanter vu le regain des attaques contre les troupes de la coalition par des insurgés rompus aux techniques d’harcèlement et de guérilla. L’armée US et l’OTAN en pleine déroute ont décidé de prendre en otage une population apeurée et sans défense, notamment en s’illustrant par des actes barbares contraires aux conventions de Genève.

Devant l’indifférence de la communauté internationale, les représentants de la Croix-Rouge et des Nations Unies contribuent également à percer quelque peu le mur de silence et de mensonge qui entoure la situation réelle de la population afghane soumise aux bombardements, notamment aux festivités entrant dans le cadre des cérémonies de mariage.

 

En date 8 mars 2004 , l’organisation Human Rights a dénoncé du bout des lèvres les crimes de guerre américains en Afghanistan, les assassinats, les tortures et les détentions arbitraires pour ensuite se rebiffer, faire profil bas et ranger aux calendes grecques le drame afghan.

Les derniers développements gravissimes qui ont eu pour théâtre l’Afghanistan sont-ils l’expression de la débâcle non avouée des forces de la coalition ou la censure des médias, considérée comme une arme stratégique qui ne peuvent pourtant pas occulter une situation des plus pathétiques qui doivent, pour des raisons de déontologie professionnelle faire état de revers cuisants subis par les forces américaines qui ont enregistrés des morts en cascade. Un tournant sans précédent vient d’être franchi par les forces de la coalition empêtrés dans une voie sans issue et dont la France en Afghanistan ont livré la population afghane à un déluge de feu. Les armées “civilisées” prétexteront comme à l’accoutumée qu’il s’agit de victimes collatérales qui se trouvaient là, au mauvais moment et à une heure inopportune. Les dérapages sanglants volontaires de l’armée terroriste étrangère qui opère en toute impunité se livre allégrement à une sorte de vendetta à l’encontre de la population civile. Toutes ces rodomontades ne peuvent s’expliquer que par la liste de morts qui ne fait que s’allonger dans les rangs de l’armée américaine et de l’OTAN et qui dans la conscience de ces nouveaux assassins ont l’impression de compenser les pertes qu’ils subissent dans leurs rangs en faisant des carnages dans la population. Faute d’avoir gagné cette guerre ou les combatants afghans plus présents que jamais sur le terrain, la stratégie a changé de cap ou la population est devenu une cible systématique pour l’aviation de la coalition qui n’hésite pas à bombarder des habitants venus assister à une cérémonie de marriage, des enfants en bas âge et ce, dans l’arbitraire et dans l’impunité absolue. Une population entière est prise en otage par les forces de la coalition qui n’arrivent plus à gérer cette crise dont eux seuls connaissent les tenants et aboutissants et ne cachent pas en catimini les perspectives d’un retrait force et d’une retraite conséquente.

La guerre d’Algérie est toujours là et présente dans tous les esprits avec son lot de tortionnaires colonisateurs de tous acabits assistés par la sinistre OAS qui ont perpétré un génocide dans la population civile. Les forces coloniales ont du rebrousser chemin et battre en retraite face à des résistants convaincus dont le seul mot d’ordre était de débarrasser le pays de la présence étrangère, laissant derrière eux un pays exsangue. C’est grâce à des combatants dont les prouesses sont attestées que les troupes françaises ont été contraintes d’anticiper sur leur calendrier de retrait après avoir essuyé de lourdes pertes et des revers cuisants dans leurs forces face aux résistants de l’ALN qui les ont fait déguerpir illico-presto. BUSH, ses vassaux devraient prendre exemple sur la guerre d’Algérie car ses jours en Afghanistan sont comptés et personne ne peut préjuger dans quelles conditions, le retrait forcé des forces de la coalition pourra s’amorcer et s’achever.

En dépit de la présence de 70 000 soldats internationaux dans ce pays dévasté par la guerre, les insurrections dirigées par les talibans se poursuivent et continuent à augmenter avec davantage d’embuscades et d’attentats, faisant des deux mois passés une période catastrophique pour les soldats étrangers. Les médias viennent d’annoncer le départ des troupes de combat qui auraient quitté l’IRAK et on pense aussitôt à un début de concession qu’aurait fait BUSH alors que la réalité aurait contraint le président américain à envisager sérieusement un début de retrait de ses forces qui sont pris systématiquement dans l’engrenage et pour cible par la résistance irakienne. Lorsque l’engagement en IRAK de l’armée US qui est très impopulaire aux Etats-Unis, on comprend mieux l’attitude de BUSH afin qu’il évite une hécatombe de ses forces ou plusieurs GI’S meurent chaque jour et qui puisse justifier un calendrier de retrait de l’armée US conjuguée à une retraite forcée.


Souleiman

Le 19 Juillet 2008





Mots clés: , ,

Plus d’histoires deMonde

About SOULEIMAN