Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

20/04/2019

Syrie : Le pourquoi de la campagne sur l’utilisation d’armes chimiques


Par Scarlett Haddad (Revue de presse : L’Orient- Le Jour- Médiarama – 4/9/13)*

Des sources diplomatiques des Brics l’émir Bandar ben Sultan, qui a supplanté les responsables qataris dans la lutte contre le régime syrien, avait mis au point un plan pour porter un coup fatal au régime via la capitale Damas. Une unité entraînée en Jordanie avait été préparée dans ce but. Les rumeurs véhiculées par la presse sur l’imminence de la bataille d’Alep n’étaient que de la poudre aux yeux, visant à détourner l’attention du régime syrien du véritable champ de l’offensive prévue. De même, l’attaque de l’opposition contre 13 villages de Lattaquié visait à obliger le régime à alléger son dispositif de sécurité autour de la capitale pour protéger son fief, Lattaquié. L’offensive contre la capitale devait avoir lieu sur deux fronts, celui du Nord et celui du Sud, et elle devait coïncider avec une large campagne médiatique, politique, psychologique et sur le terrain contre le Hezbollah pour le pousser à retirer ses troupes de Syrie et à se replier sur la scène interne libanaise.

Mais le régime syrien, selon la source, avait découvert ce plan et il avait lancé une contre-offensive, appelée «le bouclier de la capitale», destinée à élargir le périmètre de sécurité autour de Damas, autour du centre (Homs), jusqu’au littoral de Lattaquié, qui a été déclenchée le 20 août, dans une opération qualifiée de «préventive». Le régime syrien et ses alliés ont ainsi pris leurs adversaires de court et enregistré une véritable percée. C’est alors, ajoute la source du Brics, qu’a été brandie l’affaire de l’utilisation des armes chimiques à Ghouta dans le rif de Damas, dans le cadre d’une gigantesque opération médiatique, à l’aide d’images très fortes, d’enfants morts, destinées à mobiliser l’opinion publique internationale.

Cette campagne s’est accompagnée de l’envoi d’émissaires américains en Russie et en Iran. Le ton, précise la source diplomatique du Brics, utilisé par les émissaires des États-Unis était très ferme et le discours se résumait ainsi: «Soit vous faites des concessions en abandonnant le régime d’Assad, soit nous vous les arracherons par la force.» La source diplomatique précitée affirme que les Américains auraient été surpris par le calme des Russes, alors que les Iraniens n’auraient au départ pratiquement pas réagi. Seul le président Assad a déclaré qu’il ne ferait pas de concessions.

Les Américains auraient alors décidé de hausser encore plus le ton en envoyant leurs navires destroyers en Méditerranée et en décrétant la mobilisation dans leurs bases dans la région, pour montrer le sérieux de leurs propos. Ils croyaient ainsi avoir bien fait comprendre à leurs interlocuteurs que cette fois, ils ne plaisantaient pas. Le ministre russe des AE a alors eu cette phrase qui a induit l’Occident en erreur, lorsqu’il a dit que la Russie ne se laissera pas entraîner dans une guerre contre l’Occident. Les États-Unis auraient pris cela pour un feu vert tacite, un peu comme lorsque l’envoyée américaine à Bagdad April Glasby avait fait croire en 1991 à Saddam Hussein que les États-Unis ne réagiraient pas à une occupation du Koweït… En même temps, les sources militaires américaines ont dévoilé les cibles des frappes en Syrie, dans une tentative de convaincre les alliés du régime du sérieux de l’affaire.

Mais dans le camp adverse, les préparatifs allaient bon train. Une chambre d’opérations communes a été créée, entre la Russie, l’Iran, Damas et le Hezbollah. Les Russes ont mobilisé leurs navires devant les côtes méditerranéennes, les Iraniens ont décrété une mobilisation de leurs forces navales, aériennes et terrestres, alors que l’armée syrienne a mis en état d’alerte toutes les troupes gardées jusque-là en réserve. Les Russes et les Iraniens ont ensuite fait savoir aux Américains qu’à leurs yeux, il n’y a pas d’opération militaire limitée et ciblée et que toute attaque entraînera une riposte totale, jusqu’au détroit d’Ormuz et à celui de Bab el-Mendab. Les Iraniens ont aussi laissé entendre que la riposte ne sera pas limitée à la Syrie mais pourrait atteindre d’autres cibles dans la région. Vendredi et samedi, les Russes et les Iraniens n’ont cessé de hausser le ton pour montrer qu’ils sont prêts à tout et finalement, c’est le président américain Barak Obama qui s’est rétracté, soumettant sa décision à l’approbation des députés américains, après la défection des Britannique

*Source : Médiarama(4/9/13)

http://gallery.mailchimp.com/fdeacba4fa4c5ec4d8ce5787c/files/Mediarama_414

A lire aussi
La guerre pour le pétrole détruit l’Occident
Les décisions des autorités de l'Argentine et la Hongrie, de renforcer leur souveraineté nationale a une incidence négative sur la domination absolue de l'Occident. Depuis quelques jours, le monde a été ...
Lire la suite...
1200 prisonniers palestiniens entament une grève de la faim illimitée contre le traitement carcéral inhumain réservé par Israël aux prisonniers politiques
Ce 17 avril, 3 500 prisonniers ont refusé les plats servis par l'administration pénitentiaire israélienne. 1 200 d'entre eux sont entrés dans une grève de la faim illimitée. Plus d'un millier ...
Lire la suite...
MEMENTO pour la PALESTINE (1) Les textes de ce "Memento" n'ont pas la prétention d'être exhaustifs sur la dramatique histoire du peuple palestinien. Ils sont seulement le résultat des recherches d'un citoyen ...
Lire la suite...
Solidarité avec Noam Gur et Alon Gurman, deux jeunes israéliens qui refusent d’accomplir leur service militaire « Nous refusons de servir une armée d’occupation et d’apartheid »
  Noam Gur et Alon Gurman se présenteront, lundi 16 avril, au bureau de recrutement de la base militaire de Tel Hashomer, où ils vont affirmer leur refus de servir dans ...
Lire la suite...
The Signs, l’arrivé du Dajjal à Al Quods
Asalam 3ala man taba3a l'houda.Composé de 50 épisodes, cette série lève le voile sur des sujets tel que les sociétés secrètes, l'existence de dieu, l'existence du diable, les extra terrestres, ...
Lire la suite...
Arme chimique: pourquoi fait-on chanter Assad ?
IRIB- Selon les analystes politiques, l'accusation d'usage d'arme chimique invoquée à nouveau contre Assad et son armée vise à pousser cette dernière à stopper net ses opérations extrêmement performantes dans ...
Lire la suite...
Gaza: « on n’en veut pas des larmes des Arabes, mais leurs chars »
Le ministre de l’Intérieur du gouvernement de Gaza, Fethi Hamad, a appelé mercredi à la nécessité de débloquer les fonds arabes qui dorment dans les banques américaines et européennes, pour ...
Lire la suite...
Des rituels sataniques de banquiers exposés aux USA
Des rituels sataniques organisés par des banquiers US se tiendraient régulièrement à Denver, d'après un certain Stew Webb, qui a été marié à une femme de ce sérail, et qui ...
Lire la suite...
Bachar El Assad à Der Spiegel :  » A la fin, un mensonge reste un mensonge » . Entretien avec Bachar al-Assad (Der Spiegel)
« Nous n’avons pas employé d’armes chimiques. C’est une affirmation incorrecte. Tout comme l’image que vous donnez de moi, d’un homme qui tue son propre peuple. Qui n’est pas contre moi ? ...
Lire la suite...
Le grand Moufti de La Mecque, Zayni Dahlan, déclare mécréants les wahabites (+ 10 Vidéos)
Parmi les plus grands savants qui ont écrit au sujet de la secte wahhabite et qui ont dévoilé leur sombre histoire, il y a le Shaykh Ahmad Ibnou Zayni Dahlan, ...
Lire la suite...
La guerre pour le pétrole détruit l’Occident
1200 prisonniers palestiniens entament une grève de la
RUDI BARNET : LE GENOCIDE NAZI N’EST PAS
Solidarité avec Noam Gur et Alon Gurman, deux
The Signs, l’arrivé du Dajjal à Al Quods
Arme chimique: pourquoi fait-on chanter Assad ?
Gaza: « on n’en veut pas des larmes des
Des rituels sataniques de banquiers exposés aux USA
Bachar El Assad à Der Spiegel :  »
Le grand Moufti de La Mecque, Zayni Dahlan,

Mots clés: , , , , , , , ,

Plus d’histoires deAfrique

About LVO