Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

2ème lettre de Haniyeh au Leader.


La première lettre du chef du bureau politique du Hamas à l’adresse du Leader de la Révolution islamique et commandant en chef des forces armées, l’Ayatollah Khamenei a précédé de 24 heures la première salve de missiles et roquettes de la Résistance contre le sud d’Israël, 237 en moins de 20 minutes très exactement ! Depuis, beaucoup d’eau ont coulé sous les ponts : le ciel israélien a été dépouillé totalement de son soi-disant bouclier anti-missile à la faveur d’une tactique de combat inouïe qui mélange roquettes aux missiles de précision et qui submerge les radars avant d’aller droit au but.

Évidemment la guerre électronique n’a pas été non plus absente, les batteries de missiles antimissiles que l’entité sioniste s’apprêtaient à vendre à ses amis golfiens, en lieu et place de défunt Patriot, faisant régulièrement l’objet des opérations de décodage et de recodage ; l’armée de terre sioniste, déjà anéanti en 2006 face au Hezbollah, n’a pas été non plus épargnée, les quatre premiers Merkava et Humvee ayant explosé sous les yeux ahuris de l’entité à coup de Kornet russe.

Cette guerre d’à peine 9 jours a aussi mis en quarantaine l’entité sioniste qui fidèle à sa nature de pirate de mer, de colon-voleur s’était payé le luxe de barrer la route au corridor anti-sanction naval Iran-Syrie, corridor destiné à alimenter l’État syrien, grand pilier de la Résistance, en essence et en pétrole. Mais ces 10 jours de combat qui ont valu à Israël la liquidation de 70 ans de mystification sioniste semble être entré dans une nouvelle phase depuis que les terminaux gaziers et les navires de guerre israéliens sont visés : pas d’aéroports sûrs, pas de ports sûrs, pas de casernes surs, pas de raffineries sûres, … bref pas d’Israël qui vaille d’être sauvé.

La première décade de l’opération de la Résistance est donc un franc succès quand on voit la cadence des manifs anti-Israël en France, en Allemagne, en Italie, en Belgique … bref dans cette Europe castrée par les fils de Sion. Ces dix jours de combats ont été un franc succès car Qods, Cisjordanie, Gaza unis sont revenus en force au devant de la scène sur fond des cris mort à Israël surgis du cœur même des pays normalisant et pas des moindres : l’Égypte, la Jordanie soit les deux premières armées arabes à avoir été “apprivoisées” vivent à l’heur d’anti-sionisme.

Or ce mardi, la Résistance palestinienne qui campe sur sa position qui rejette la médiation pusillanime égyptienne, les pétrodollars qataris et les vantardises du Sultan d’Erdogan vient d’envoyer une seconde lettre au Leader de la Révolution islamique. Est-ce le prélude à une nouvelle tempête? L’axe de la Résistance s’apprête-t-il à la bataille finale? 

Dans une nouvelle lettre adressée au Leader iranien, le chef du bureau politique du Hamas donne des éclaircissements sur les crimes israéliens à Qods, dans le quartier Cheikh Jarrah, la mosquée Al-Aqsa, à Gaza et dans d’autres territoires occupés et Il promet surtout des “réponses imminentes de la Résistance aux criminels israéliens”. Dans une nouvelle lettre adressée au Leader de la Révolution islamique, l’Ayatollah Ali Khamenei, le chef du bureau politique du Mouvement de la Résistance islamique palestinienne (Hamas), Ismaïl Haniyah, a donné des éclaircissements au sujet des crimes brutaux des occupants israéliens contre Qods, quartier Cheikh Jarrah, mosquée Al-Aqsa, Gaza et d’autres territoires occupés, a rapporté l’agence de presse Mehr News.

Haniyeh écrit  :

« L’escalade des agressions et des crimes commis par le régime d’occupation contre le peuple palestiniens toujours sous blocus , nous a poussés à  établir de nombreux contacts avec diverses parties pour leur demander d’empêcher l’intensification des crimes sionistes et la réalisation de ses desseins néfastes. Mais nous avons surtout souligné que ces crimes ne resteront point  sans réponse. Le peuple palestinien et la Résistance riposteront».

« L’accent mis par les dirigeants criminels du régime sioniste à poursuivre leur agression contre le peuple palestinien, la terre et les valeurs sacrées exigeait une réponse décisive et légitime par la Résistance dans la bande de Gaza. L’ennemi criminel, équipé d’armes les plus meurtrières et interdites à l’échelle internationale, continue à commettre 24 heures sur 24 les crimes les plus barbares contre Gaza ainsi que les crimes les plus odieux contre les manifestants à Qods, en Cisjordanie et dans les territoires occupés en 1948. Or face à ces crimes incessants, nous appelons à la mobilisation immédiate des organisations islamiques et arabes ainsi que des instances internationales afin de prendre des positions décisives pour forcer l’ennemi sioniste à cesser ses crimes contre le peuple assiégé de Gaza, à arrêter toute agression contre les habitants de Qods et à profaner ses valeurs sacrées et à mettre un terme à toute agression contre la mosquée Al-Aqsa et les fidèles palestiniens qui s’y trouvent.

La semaine dernière, Haniyeh avait déclaré dans une lettre à l’adresse de l’Ayatollah Khamenei :

« Nous mettons en garde, au nom  du Hamas, contre l’agression et les crimes de l’ennemi israélien pendant le mois sacré du Ramadan et la situation tendue et dangereuse à Qods et dans la mosquée Al-Aqsa. Nous plaidons également pour la décision urgente des instances arabo-musulmanes et internationales de prendre une position ferme contre ces crimes et leurs efforts pour empêcher l’ennemi sioniste de continuer ses crimes barbares contre le peuple palestinien à Qods, dans la mosquée Al-Aqsa notamment dans la mosquée Al-Aqsa.

Cette mise en garde s’est traduite dans les faits à peine 24 heures après par un séisme géopolitique au Moyen Orient, celui qui consiste à prouver aux yeux du monde entier qu’Israël est plus fragile qu’une toile d’araignée et que le fait de miser sur lui, relève au mieux de cécité géostratégique au pire de pulsions suicidaires. La guerre de Gaza vient d’entrer en phase navale avec des frappes ciblant les infrastructures offshores. Les pertes massives ont été évitées puisque la Résistance sait “respecter la vie”. Mais il y a une phase qui a toute chance d’être ouverte d’ici les heures à venir et d’où l’armée de l’air sioniste ne sortira point intact. 

Les Russes semblent en avoir pressenti quelque chose, eux qui se moquent de cette DCA anti-drone israélien, Dôme laser :

“Le laser de combat israélien n’a été bon que sur le papier. Malgré le fait que l’année dernière, l’armée israélienne a fait état du test réussi d’un complexe de combat laser récemment développé contre divers types de cibles aériennes, il s’est avéré que pendant 8 jours de conflit armé entre les Palestiniens et les Israéliens, le complexe israélien Iron Ray ne pouvait pas abattre un seul missile tiré sur le territoire israélien – selon les analystes, il s’agit d’un fiasco complet pour ce type d’arme de Tsahal.”

Et d’ajouter :

” Malgré le fait que le complexe Iron Ray est conçu pour intercepter des cibles aériennes à des distances allant jusqu’à 7 kilomètres, et que des centaines d’obus avec une pareille portée ont été tirés à travers Israël, ce complexe ne peut strictement pas frapper un seul missile ou un missile tiré à partir du territoire de la bande de Gaza. Et pourtant la partie israélienne n’a cessé de vanter le systèmes Iron Ray comme un moyen très efficace et fiable pour éviter que les coups à la Ansarallah ne soient répétés en Israël, un système qu’il dit être efficace pour la défense aérienne et antimissile, mais en réalité, le complexe s’est avéré être juste un «tigre de papier»”, constate Avia.pro qui ajoute: 

“Si le laser militaire israélien ne peut tout simplement pas faire face à l’interception de roquettes conventionnelles, que pouvons-nous dire des missiles de croisière supersoniques et des ogives balistiques, dont l’interception ne peut être garantie même par des systèmes de défense aérienne et antimissile beaucoup plus modernes ? Si les systèmes de défense aérienne / de défense antimissile israéliens sont incapable de résister à 400 missiles palestiniens par jour, qu’en sera-t-il si l’Iran s’y met dans le coup et se met à tirer 20 000 missiles sur Israël en une heure? “, souligne le spécialiste d’Avia.pro.

 

Les colons se réfugient en Cisjordanie

 Alors que les attaques aux missiles et aux roquettes sans précédent et incessantes de la Résistance palestinienne contre les territoires occupés, les infrastructures et les installations pétrolières du régime sioniste se poursuivent, chaque jour de nouvelles dimensions de cette guerre émergent. À cet égard de nombreux colons sionistes par crainte d’être visés par les missiles de la Résistance palestinienne se sont échappés de Tel-Aviv, cherchant à se réfugier dans des zones plus sûres telles que la Cisjordanie.

De nombreux sionistes par crainte d’être ciblés des missiles de la Résistance palestinienne ont quitté leurs maisons à Tel-Aviv et se sont rendus en masse dans les colonies sionistes en Cisjordanie.

À cet égard un grand nombre de sionistes ont loué des maisons dans les colonies de Beit Horun et Givat Zeev en Cisjordanie afin qu’ils y vivent pour le moment.

Des sources bien informées ont déclaré qu’en raison de la peur des missiles de la Résistance palestinienne, le processus de migration avait commencé il y a quelques jours et que l’atmosphère de panique avait envahi Tel-Aviv.

Les groupes de la Résistance palestiniens, en particulier les Brigades Al-Qassam (branche militaire du Hamas) et des Brigades al-Qods (aile armée du Jihad islamique de la Palestine), en réponse à l’agression israélienne, ont tiré des milliers de missiles et de roquettes sur les villes palestiniennes occupées.

Les tensions entre la Résistance et le régime sioniste se sont intensifiées à partir de lundi de la semaine dernière lorsque l’ultimatum de la Résistance palestinienne sur la nécessité de mettre fin à l’agression à la noble ville de Qods et à la mosquée Al-Aqsa a pris fin.

Jusqu’à présent, plus de 3 000 missiles et roquettes ont été tirés sur la Palestine occupée et la faiblesse du Dôme de fer dans l’interception et la destruction des missiles de la Résistance palestinienne a entraîné de graves dommages financiers et humains dans les villes et les colonies sionistes.

Selon l’estimation fiscale du régime sioniste, le coût des quatre premiers jours de la guerre actuelle avec la Résistance palestinienne est la moitié de celui de la guerre des 51 jours en 2014 qui a coûté à Tel-Aviv environ 4 milliards de dollars.

Israël: deux bases militaires frappées

La Résistance palestinienne a pilonné deux bases militaires israéliennes, l’une dans le désert du Néguev et l’autre dans le sud des territoires occupés. 

Les Brigades d’al-Qassam ont annoncé, mardi 18 mai, dans un communiqué, avoir pilonné la base stratégique de Mishmar-Hanegev, au nord du désert du Néguev, et la base militaire de Taslim, au sud des territoires occupés.

Michael Armstrong, professeur associé à l’Université de Brock, a écrit dans le magazine britannique Conversation que les progrès technologiques des roquettes dont disposait Gaza représentaient un défi pour les systèmes antiaériens d’Israël.

« En tant qu’analyste qui a déjà travaillé sur les systèmes antiaériens d’Israël, j’ai pensé au début que ce conflit israélo-palestinien ressemblait à celui de 2014, mais au fur et à mesure j’ai constaté comment les groupes de Gaza ont promu la technologie de leurs roquettes. La situation actuelle me rappelle de l’année 2008 où Israël faisait preuve d’une importante vulnérabilité face aux roquettes. »

Selon Armstrong, « le changement qui saute aux yeux le plus se résume dans le nombre de roquettes tirées depuis Gaza ».

« Pendant les premières 24 heures après le début du conflit, les groupes déployés à Gaza ont tiré 470 roquettes et ils tirent, en moyenne, 408 roquettes par jour. Ces chiffres battent tout simplement le record des années 2012 et 2014 où 316 et 192 roquettes étaient respectivement tirées par jour. »

L’analyste a ajouté que les tirs de roquettes étaient devenus plus coordonnés. « Au lieu de lancer plusieurs petites attaques tout au long de la journée, ils tirent quelque 137 roquettes en cinq minutes ».

Le professeur de l’Université de Brock a souligné que la précision des roquettes des groupes de résistance avait été nettement améliorée.

« Près de la moitié des roquettes tirées depuis Gaza ont touché les régions urbaines. Ce chiffre de 50 % est 22 % de plus par rapport au chiffre en 2012 et 18 % de plus par rapport à l’année 2014 ».

L’analyste a précisé que « le nombre de roquettes qui s’abattent sur les zones inhabitées, après avoir manqué leur cible, a connu une baisse ».

Partager

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Réactions en ligne
Voir tous les commentaires

Plus d’histoires deAnalyse

0
Nous aimerions avoir votre avis en commentaire.x
()
x