Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

Les USA : Une belle nation, mais malade en phase terminale.


Il ne fait aucun doute que les États-Unis ont de nombreux atouts.

Je les ai visités six fois maintenant, en voyageant d’une côte à l’autre, en séjournant et en faisant le tour de la Floride en voiture, en passant deux semaines à New York, à San Francisco deux fois, en sillonnant les États de l’Arizona, de l’Utah, du Colorado et du Nevada, en visitant la Nouvelle-Orléans et en voyageant en voiture de Los Angeles à San Diego, en séjournant et en visitant des villes le long du chemin. Ces voyages ont eu lieu au cours des vingt-cinq dernières années et, bien qu’ils ne constituent en aucun cas une connaissance exhaustive du pays, je peux dire que j’en ai trouvé une grande partie très belle et, en général, très agréable à visiter.

En ce qui concerne les Américains, j’en ai rencontré un grand nombre au cours de ma vie et j’en ai rarement trouvé un qui n’était pas un individu au-dessus de la moyenne, avec une chaleur et une vitalité supérieures à la moyenne. D’après mon expérience, j’ai trouvé les Américains plutôt admirables de par leur grande ouverture d’esprit. Je les ai trouvés affables et compétents dans les arts de la communication et parfaitement capables, voire exemplaires, de s’engager dans une interaction sociale. Je sais qu’ils ont une grande part d’idéalisme et un sens de ce qui est juste, bon et acceptable, et une aversion à voir les autres souffrir de quelque manière que ce soit. Je peux dire en toute honnêteté que cela a été mon expérience.

Cependant, certains aspects de la vie, des styles de vie, des systèmes de gouvernance, des soins de santé, de l’éducation, de l’influence des industries de la défense, de celles de l’industrie pharmaceutique, des médias, des prisons privées et des secteurs financiers sont tout aussi négatifs que mon expérience avec le peuple américain est positive.

Il existe un noyau de domination dans l’élite américaine qui est tout à fait malsain.

Ce noyau rend la guerre, la mort et la destruction non seulement possibles, mais beaucoup plus probables que dans n’importe quelle autre nation. Cela vaut pour le pays lui-même et pour les agissements de l’État américain contre d’autres nations. L’industrie dite de la défense des États-Unis est de loin la plus importante au monde. Malgré cela, son budget augmente massivement chaque année qui s’écoule. Les politiciens passent par la porte tournante de leur bureau pour entrer directement dans le conseil d’administration des entreprises de défense dans un cycle éternel de soutien mutuel. Tandis que de nouvelles guerres sont trouvées pour expérimenter le dernier arsenal d’armes toujours plus coûteuses.

Il génère également des niveaux extrêmement élevés de maladies au sein de sa population, tant sur le plan physique que mental. Et ces maladies sont très souvent laissées sans traitement pour de nombreuses raisons, l’une des principales étant le facteur économique. Les aides sont très coûteuses pour les malades mentaux ou physiques en Amérique du Nord. Il arrive que l’on n’en percoive aucune ou que l’on fasse faillite. L’industrie pharmaceutique et la dépendance de la profession médicale à l’égard des produits médicamenteux contribuent à cette mauvaise santé généralisée. Associée à une alimentation généralement médiocre, cette dépendance génère un niveau catastrophique d’obésité et de maladies cardiaques, ainsi que de nombreuses autres complications.

Les prisons privées réalisent des bénéfices juteux grâce à l’arrivée massive de nouveaux prisonniers chaque mois, à la fois grâce aux fonds versés par l’État et à la main-d’œuvre bon marché dont elles disposent dans le nombre apparemment infini de prisons à construire. Le président actuel était le promoteur le plus enthousiaste de la loi sur la criminalité de 1994, qui a permis ce niveau industriel d’incarcération et d’exploitation humaine. La guerre contre la drogue était la principale toile de fond de cette loi et, bien que les lois concernant la marijuana soient en train d’être assouplies, les hommes noirs continuent d’aller en prison en grand nombre chaque mois. Ajoutez à cela que les recours contre les condamnations injustifiées sont devenus progressivement plus difficiles à mettre en œuvre, jusqu’à atteindre des niveaux intolérables depuis l’attentat d’Oklahoma City en 1995.

Comme nous le savons tous, les meurtres par la police de jeunes hommes noirs ont fait la une des journaux ces derniers temps. La mort de George Floyd a été la dernière d’une longue série de périodes désastreuses d’agitation sociale. Les États-Unis ont la réputation d’être l’endroit où il faut aller pour faire fortune. Mais dans quelle mesure cela est-il vrai aujourd’hui ? Dans quelle mesure le soi-disant “rêve américain” a-t-il résisté à l’épreuve du temps ? Les salaires stagnent depuis des décennies. Pour payer leur loyer, leurs dépenses quotidiennes et leur assurance maladie, beaucoup vivent aujourd’hui de salaire en salaire, sans pouvoir épargner le moindre centime en cas d’urgence. Cela demande souvent de cumuler plusieurs emplois et, s’il s’agit d’une famille, les deux parents travaillent et les enfants sont souvent seuls à la maison. Les villes de tentes abondent et, même si vous trouvez un emploi, vous pouvez vous retrouver à vivre dans votre voiture sur un parking fermé, sans pouvoir vous offrir une maison, quelle qu’elle soit.

L’éthique primaire des États-Unis est que vous vous tenez sur vos deux pieds et que vous rechignez à donner quoi que ce soit à l’État. Mais cette philosophie, selon laquelle ceux qui passent entre les mailles du filet sont jugés trop sévèrement, a laissé une société qui se déchire peu à peu aux coutures. La cohésion semble très difficile à trouver et c’est souvent la loi de la jungle qui prévaut. Si vous perdez les moyens de subvenir à vos besoins, vous pouvez tomber très bas. Le sans-abrisme est un problème énorme aux États-Unis, étroitement lié aux problèmes de santé mentale et à la hausse de la criminalité. Ajoutez à cela la misère d’une approche totalement désordonnée et chaotique de la pandémie de Covid-19 et vous avez l’étoffe d’un futur effondrement sociétal dans le pays.

Le secteur des entreprises aux États-Unis agit trop souvent comme un prédateur financier hors de contrôle et une machine enragée, motivée par l’avidité, où seul le bénéfice net, et jamais le bien-être des citoyens, compte avant tout. Les droits sont réduits au minimum, les congés sont de courte durée, les exigences sont lourdes et les avantages faibles. L’assurance maladie est largement liée à l’emploi et est pointée comme un pistolet sur la tempe des employés qui ne veulent pas former ou rejoindre un syndicat. Perdez votre travail à une époque où les emplois sont rares et vous pourriez facilement tout perdre… et ne jamais le récupérer. Et qui peut dire à quand remonte la dernière fois où les emplois n’étaient pas rares, en particulier les emplois offrant un salaire décent et viable ?

Les réseaux de médias grand public américains, extrêmement puissants, fournissent un plus grand nombre de chaînes avec des programmes de moin bonne qualité que pratiquement partout ailleurs dans le monde. Très rentables et omniprésents à l’échelle nationale, leur contenu culturel est aussi moins riche que partout ailleurs, leurs informations méritent à peine d’être mentionnées, les opinions, les spéculations et les affirmations sont prédominantes et l’accent est mis sur un climat constant de drame hystérique et de propagation de la peur, avec peu de tentatives d’analyse véritablement proffonde. Les déclarations du gouvernement sont répétées à l’infini, infectant et conditionnant l’esprit des Américains pour qu’ils ne remettent pas en question leurs supérieurs, mais obéissent et soutiennent sans réfléchir à la politique ou la guerre prônée par le lobby des grands groupes.

Ensuite, nous avons le système politique des États-Unis qui, au fil des ans, a de plus en plus ressemblé à une guerre entre deux armées de plus en plus agressives. À une époque, ces deux armées pouvaient être identifiées beaucoup plus facilement. Les Républicains étaient le parti du secteur privé, réduisant les impôts qu’ils devaient payer, allégeant les réglementations auxquelles ils devaient obéir et se tenant prêts à déclencher les guerres dont ils pouvaient tirer profit. Les démocrates étaient considérés comme le parti des moins bien lotis et des opprimés. Ils étaient le parti des défavorisés, des laissés-pour-compte, de ceux qui avaient besoin d’un coup de pouce ou d’un coup de main. Mais au cours de la dernière décennie, les démocrates ont commencé à basculer rapidement vers la droite, en acceptant une part toujours plus grande des dons des entreprises et en modifiant leurs politiques en conséquence. Aujourd’hui, ils sont les plus enthousiastes des deux en ce qui concerne les guerres de changement de régime, l’emprisonnement des lanceurs d’alerte et la censure en général. De plus en plus, le public américain les soutient et les déteste à parts égales, tandis que ceux qui se trouvent hors champ sont victimes de folles théories du complot qui ajoutent encore une autre dimension d’insolubilité à l’ensemble de l’entreprise politique et sociale.

Il est déprimant de constater combien de bénéfices pourraient être tirés d’une nation qui possède un potentiel aussi incroyable, une telle expertise, une telle capacité d’innovation et une telle énergie, mais qui semble s’obstiner à demeurer dans les conflits internes et la maladie, dans le dysfonctionnement criminel et mental, dans la toxicomanie pour une partie, l’obésité pour une autre, le déséquilibre mental et le bellicisme au plus haut niveau. Elle est devenue le plus grand danger pour l’humanité plutôt que son bienfaiteur le plus prometteur. Le fait que cette situation semble destinée à s’aggraver à un moment où le monde est confronté au plus grand défi de son histoire, le changement climatique, constitue une tragédie aux proportions énormes.

Ce beau pays, avec ses paysages magnifiques, ses parcs nationaux superbement entretenus, ses bâtiments impressionnants, ses excellents réseaux de transport, son passé d’entrepreneurs éclairés qui ont construit certaines des entreprises les plus célèbres du monde d’aujourd’hui et son programme spatial sans égal, devrait vraiment faire bien des jaloux. Ses habitants ont généralement bon cœur, ils ont une nature chaleureuse, des personnalités communicatives et amicales, ils sont presque toujours prêts à aider quelqu’un en difficulté et, d’après ce que j’ai pu constater, ce sont des gens dignes de confiance qui savent se faire de bons amis pour la vie.

Mais il y a quelque chose de détraqué au sommet de l’Amérique, quelque chose de très déréglé qui nécessite un ajustement qui ne semble jamais advenir. La nature fixe de ces facteurs dominants et hautement négatifs semble être profondément ancrée dans la psyché de l’élite américaine et semble résister à tous les efforts visant à les améliorer. Ils sont endurcis au plus profond de cette psyché d’élite, refusant obstinément de changer ou même d’envisager la possibilité qu’ils puissent avoir besoin de changer. Ils se considèrent comme exceptionnels malgré toutes les raisons évidentes d’en douter. Cette croyance inébranlable en leur propre bien-pensance d’élite, issue d’une mythologie de la supériorité universelle, génère le concept selon lequel il n’y a même pas la possibilité qu’ils aient tort ou qu’ils commettent des actes répréhensibles.

Ce sont là quelques-uns des éléments qui engendrent le paradoxe que sont les États-Unis d’Amérique.

Grandeur d’esprit et décadence morale. Liberté revendiquée et esclavage moderne subi. Justice sacralisée et incarcération massive. Vaste richesse pour une minorité et grande pauvreté pour le plus grand nombre. Une presse et des médias libres avec un conformisme quasi total. Une industrie pharmaceutique massive et des problèmes de santé tout aussi massifs.

Les années qui passent montrent que les points négatifs dépassent les points positifs en Amérique du Nord.

Les politiciens sont moins appréciés que jamais. Les gens sont plus malades que jamais. L’espérance de vie des Américains diminue. Les problèmes psychologiques augmentent. L’infrastructure se dégrade. Les emplois disparaissent. Le coût de la vie augmente.

Alors que les élites américaines gagnent toujours plus de milliards.

Malgré les vertus qui leur restent, mais qui s’amenuisent, les États-Unis donnent l’impression d’être une nation très belle, mais en phase terminale.

 

Source : https://russianplatform.blogspot.com/2021/04/the-usa-beautiful-but-terminally-sick.html

Partager

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Réactions en ligne
Voir tous les commentaires

Plus d’histoires deAnalyse

0
Nous aimerions avoir votre avis en commentaire.x
()
x