Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

UKRAINE : Arrêtez toutes les attaques… Alors, vos soldats ne mourront pas


Le régime de Kiev se plaint lorsque ses troupes ou ses militants néo-nazis sont tués.

Il existe une solution très rapide qu’ils peuvent appliquer à tout moment :

Arrêtez d’attaquer les habitants de Donetsk et de Lougansk.

Cela vous semble simple ?
Ça l’est.

Ce n’est pas Kiev qui est attaqué. Depuis le printemps 2014, des unités militaires de l’ouest de l’Ukraine bombardent les deux villes ci-dessus situées dans le Donbass, à l’est de l’Ukraine.

Lorsqu’ils sont arrivés, ils ont installé leurs mortiers à l’extérieur de multiples villages et de villes et ont lancé des tirs de mortier sans distinction dans leur direction. Naturellement, les premiers bâtiments touchés ont été les plus hauts, les immeubles d’habitation, les hôpitaux et les écoles, et même un orphelinat a été touché. Si les obus de mortier n’atteignent pas l’un d’entre eux, ils frappent les demeures modestes des résidents civils ou atterrissent dans leurs rues et ruelles.

Une force d’autodéfense a été constituée à la hâte par des hommes et des femmes de la région. Des volontaires russes ex-militaires sont arrivés de manière volontaire pour renforcer leurs effectifs et le siège de Donetsk et Lugansk a commencé.

Depuis lors, les grands médias occidentaux ont exclusivement consacré leurs reportages à des histoires à faire pleurer sur les assaillants et ont totalement omis de parler de la grande proportion de morts parmi la population civile.

Plus de 13 000 personnes sont mortes depuis 2014, lorsque Kiev a envoyé des troupes dans une région où la population demandait l’autonomie pour préserver sa culture pro-russe et préserver son droit de parler russe. Au cours des mois d’hiver 2013-14, des responsables américains ont dirigé un coup d’État contre le président et le gouvernement légalement élus de l’Ukraine. Le sénateur John McCain, l’ambassadeur américain Geoff Pyatt et la secrétaire d’État adjointe Victoria Nuland ont marché parmi les manifestants les plus violents sur la place Maidan, McCain s’adressant même à ces derniers depuis une scène aux côtés du chef d’un parti d’extrême droite anciennement connu sous le nom de Parti social nationaliste. Le salut armé “Heil Hitler” était une forme usuelle de salutation au sein de son parti. Pourtant, McCain était là, à encourager ceux qui faisaient de leur mieux pour brûler jusqu’à la mort, avec des cocktails Molotov, de jeunes policiers légèrement armés, les tabasser à mort avec des battes ornées de clous, des lourdes chaînes en métal et des briques, ou encore les empoisonner avec des sprays toxiques.

Alors que tout cela se déroulait, que des bâtiments étaient incendiés et qu’au moins 18 policiers étaient assassinés, Barack Obama a averti les autorités ukrainiennes de l’époque de ne pas faire de mal aux “manifestants pacifiques”.

Ses paroles ont préparé le terrain pour tous les reportages qui allaient suivre jusqu’à aujourd’hui.

J’ai regardé attentivement l’Occident faire la louange des émeutiers armés, motivés par une haine virulente encouragée par Washington, qui ont renversé la démocratie en Ukraine.

J’ai été dégoûté par tous les détails de cette époque, alors que j’observais l’Occident s’ingérer à tous les niveaux pour amener l’Ukraine dans un état de chaos et d’effondrement. Et leur objectif principal, à savoir le démantèlement de la démocratie, a également été atteint. Les habitants de l’est de l’Ukraine ont perdu leurs droits démocratiques de participer au choix du président et du gouvernement qui les représenterait à ce moment-là. Trouvez n’importe quelle carte des résultats électoraux en Ukraine des années précédant ces événements et vous verrez à quel point l’Ukraine est divisée en termes d’allégeances. L’Ukraine occidentale a choisi des candidats pro-UE, l’Ukraine orientale des candidats pro-russes. Les États-Unis et l’UE ont fait fi de tout système démocratique décent en 2013-2014 et croire le contraire est un mensonge géopolitique flagrant.

J’ai ensuite vu les habitants de Crimée, qui avaient vu leur système démocratique partir en fumée sur la place Maidan de Kiev, décider qu’ils ne seraient pas les prochains à être brûlés. (Ceux qui scandent ” Les Russes au couteau “) lorsqu’ils défilent par dizaines de milliers chaque année à Lviv, le font la nuit en portant une torche enflammée dans chaque main.

La Crimée a rejoint sa mère patrie historique et culturelle, la Russie, et s’est libérée, malgré les menaces de la horde de néonazis de Kiev, qui leur a fait savoir qu’ils seraient annihilés dans le cas où ils le feraient.

Mon attention s’est ensuite portée sur Donetsk et Lugansk, où une deuxième tentative a été faite pour échapper aux conséquences de la chute de la démocratie à Kiev et de l’imposition d’un président et d’un régime sanctionnés par les États-Unis et l’Union européenne.

Donetsk, Lugansk ont été assiégés par l’armée de Kiev et les milices néo-nazies. Contrairement aux grands médias occidentaux, j’ai rendu compte des attaques contre la population civile. J’ai vu les images des morts, des civils pour la plupart, des hommes et des femmes âgés, des femmes au foyer faisant leurs courses ou tuées dans ce qu’elles pensaient être la sécurité de leur maison. Il y avait aussi des corps d’enfants. Je les ai toutes postées sur Twitter.

Rien de tout cela n’a été vu dans les grands médias occidentaux. Rien du tout.

Alors qu’un jet ukrainien mitraillait une rue de la ville de Lougansk le 4 juin 2014, tuant cinq femmes et trois hommes, la BBC a fait état d’une “explosion”, affirmant que leur reporter basé à Kiev avait été informé par un responsable du régime qu'”une unité de climatisation” avait explosé.

C’est ainsi que les choses se passaient et continuent jusqu’à présent dans l’est de l’Ukraine.

Il s’agit d’une chambre à vide médiatique et d’une zone de mort où seules les données favorables au régime émergent, généralement la même histoire larmoyante sur la mort de certains de ceux qui entourent et bombardent constamment les banlieues de Donetsk et de Lougansk.

Ces médias mentionnent de temps en temps le nombre total de morts, laissant les téléspectateurs et les lecteurs se demander comment tant de civils sont morts. Ils n’osent jamais dire que cela ne serait jamais arrivé si les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne n’avaient pas manipulé les émeutiers de la place Maidan, financé leurs actions, formé leurs dirigeants et comploté pour le renversement de leur président et de leur gouvernement, mettant ainsi en branle tout ce qui allait suivre.

Ce sont Donetsk et Lugansk qui sont assiégés, pas Kiev. Ce sont les militaires ukrainiens et les milices néo-nazies qui attaquent ces régions, tuent des civils et terrorisent tous les autres.

Si ces agresseurs rangeaient leurs armes et retournaient auprès de leurs maris et de leurs femmes, pas une seule personne de plus ne mourrait.

C’est la solution à l’appel à l’autosuffisance, à l’autonomie et à la préservation d’une culture, et non une nouvelle agression de la part de Kiev et de l’Occident, et certainement pas la campagne de l’OTAN proposée aujourd’hui, qui risque fort de déclencher une nouvelle escalade après celle amorcée ces dernières semaines par Kiev.

C’est la solution que l’Occident ne mettra pas en œuvre, car il est déterminé à poursuivre sa campagne de domination mondiale, initiée par le 11 septembre.

L’Ukraine n’est qu’un pion dans leur jeu final visant à obtenir le contrôle total de notre planète entière.

Mon message est donc simple, bien que vain :

UKRAINE : ARRÊTEZ TOUTES LES ATTAQUES… ALORS VOS TROUPES NE MOURRONT PAS.
Partager

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Réactions en ligne
Voir tous les commentaires

Plus d’histoires deAnalyse

0
Nous aimerions avoir votre avis en commentaire.x
()
x