Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

Haniyeh : Il n’y aura pas de calme si l’agression de l’occupation à Jérusalem se poursuit


Le chef du bureau politique du mouvement de résistance islamique “Hamas”, Ismail Haniyeh, a affirmé que Jérusalem n’est pas seule dans cette confrontation et que Gaza est présente avec sa résistance vaillante, pour protéger notre peuple dans Jérusalem occupée.

Dans une interview en ligne, Haniyeh a déclaré : “Il n’y a pas de calme si l’entité sioniste poursuit cette politique agressive à Jérusalem”, réitérant : “Nous n’accepterons rien, sauf que ce soulèvement continue, et nous avons remporté ces derniers jours de nombreuses victoires”.

Il a souligné que la jeunesse de Jérusalem avait gagné en forçant les colons et la police d’occupation à quitter les places et les escaliers de la porte de Damas, en préservant l’état islamique de Jérusalem occupée.

Chapitres de l’accord du siècle
Haniyeh a souligné que ce qui se passe à Jérusalem n’est pas un soulèvement distinct du contexte général, dans lequel la ville vit, et qu’il s’inscrit dans le contexte de la lutte pour l’identité de Jérusalem.

“Nous sommes devant les chapitres du prétendu accord du siècle, qui vise à liquider la cause, à considérer Jérusalem comme capitale de l’entité et à laisser la main sioniste s’emparer des lieux saints et la Mosquée Al-Aqsa “, a-t-il poursuivi.

Haniyeh a ajouté : “Notre peuple se tenait à Jérusalem, à Gaza, en Cisjordanie et dans l’intérieur occupé en 1948 et dans les pays de refuge, et la nation libre, dans cette position. Faisons face à toutes ces dimensions dans le cadre d’une vision stratégique pour contrecarrer ce plan malveillant et changer l’identité de Jérusalem”.

L’échec des théories
Haniyeh a affirmé que ce qui s’est passé et se passe à Jérusalem a fait tomber plusieurs théories. La théorie de la normalisation est tombée sous les pieds des fidèles, soulignant que l’entité sioniste ne faisait pas partie de la solution, mais qu’elle était plutôt la racine du problème et qu’elle n’était pas un allié de la région. C’est un ennemi de la région, de notre peuple et de notre nation.

“Ensuite, nous avons fait tomber la théorie de Dayton, la théorie du nouveau Palestinien qui reconnaît l’entité et accepte la concession du droit au retour. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une génération post-Oslo et Dayton, une génération qui a été instruite dans les mosquées et dont les fidèles sont sortis en applaudissant l’hégémonie du projet de résistance sur le terrain. Par conséquent, cette théorie a été abandonnée sur la place Bab al-Amoud”, a-t-il assuré.

Haniyeh a souligné que “notre peuple à Jérusalem avait également mis en échec la théorie du pari sur les négociations. Les négociations, à partir d’une position de faiblesse, ont un résultat douloureux. Si vous voulez être forts en politique, vous devez être forts sur le terrain”.

Il a expliqué que ce que les colons ont fait récemment, en particulier à Bab al-Amud, est une tentative de contrôler la mosquée Al-Aqsa et d’isoler Jérusalem et Al-Aqsa de son environnement arabo-islamique.

Le dirigeant du Hamas a également averti que ce qui se passe à Jérusalem et dans ses rues est une extension de la politique de démolition de maisons et de la politique de division de la mosquée Al-Aqsa, au niveau spatial et temporel,  en privant notre peuple d’y accéder.

Il a appelé tous les peuples de la nation à adhérer à une stratégie de soutien et d’appui à Jérusalem, à une stratégie de participation à la défense et à la libération de la ville sainte et sa mosquée bénie.

Vision complète
Haniyeh a affirmé que la participation du Hamas aux élections s’inscrivait dans le cadre d’une vision complète basée sur l’organisation de la maison palestinienne, la restitution du système palestinien sur la base du partenariat, la reconstruction de l’OLP et la restauration du rôle central et pivot de notre peuple palestinien, en exil et à la diaspora, dans la construction d’institutions palestiniennes.

Il a souligné la nécessité de tenir des élections à Jérusalem ainsi qu’à Gaza et en Cisjordanie, appelant à ce que les élections à Jérusalem soient une bataille nationale et un affrontement politique avec l’ennemi usurpateur sioniste.

Partager

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Réactions en ligne
Voir tous les commentaires

Plus d’histoires deDémocratie

0
Nous aimerions avoir votre avis en commentaire.x
()
x