Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

Entourés de décombres, les Azerbaïdjanais pleurent leurs pertes (Al Jazeera)


La deuxième ville de Ganja a été touchée trois fois dans la guerre du Haut-Karabakh, tuant au moins 26 personnes, dont une fillette de 10 mois.

En haut à gauche: Teymur Asgarov tient la robe de sa nièce;
En haut à droite: Rovshan Asgarov fait un geste pour montrer le site de l’attaque;
En bas à gauche: Ramiz Agadev récupère les objets en bon état des débris;
En bas à droite: les habitants ont rassemblé quelques produits alimentaires de la scène [Seymur Kazimov / Al Jazeera]

Ganja, Azerbaïdjan – C’est dimanche, le soleil de l’après-midi est brillant et Rovshan Asgarov, 41 ans, se tient dans les vestiges de son quartier.

Il est entouré de gravats. Des briques, des fils, du bois et du métal qui maintenaient autrefois sa maison sont entassés autour de lui.

Sur fond gris recouvert d’une couche de poussière, il y a un objet rose – un jouet abandonné, une petite voiture en plastique qui aurait apporté à un jeune enfant des joies infinies.

Le 17 octobre vers 1 h du matin, son quartier du centre de Ganja, la deuxième ville d’Azerbaïdjan, a été bombardé.

«Tous les membres de notre famille ont été piégés dans les décombres, moi y compris», a-t-il déclaré à Al Jazeera. «J’ai crié fort pour que n’importe qui puisse entendre ma voix. Ils ont aidé, je suis sorti.

À l’époque, huit des proches d’Asgarov étaient chez eux.

Cinq sont morts : son père Suliddin; frère cadet Bakhtiyar; sa sœur Sevil et sa fille Narin, âgée de 10 mois, et une autre nièce, Nigar, la fille de sa sœur aînée.

Heureusement, sa femme et son plus jeune fils n’étaient pas à la maison. Mais son fils aîné était Amin, 15 ans.

«Je peux encore entendre mon fils dire: « Père, aide-moi ». Mon fils a été blessé et est actuellement hospitalisé.

«Ma mère Silduz a également été libérée de l’hôpital. Ma mère et mon fils (Amin) ne sont toujours pas au courant de nos pertes. L’état de santé de ma mère est critique et nous ne savons pas comment lui annoncer la mauvaise nouvelle. »

Selon le politicien de Ganja Mushfig Jafarov, 15 personnes ont été tuées et plus de 50 ont été blessées dans l’attaque, que l’Azerbaïdjan attribue aux forces soutenues par l’Arménie.

Comme il est de coutume dans l’islam, les proches d’Asgarov ont été enterrés le jour même de leur martyre.

Teymur, le frère d’Asgarov, tenait fermement Narin, 10 mois, avant qu’elle ne soit descendue dans une tombe.

Il pleura en serrant dans ses bras son petit corps, couvert d’un drap blanc, une dernière fois. Une photo du moment a été largement diffusée, symbole du coût humain de la guerre.

«Nous avons enterré la mère et l’enfant dans la même tombe. L’autre fille que nous avons perdue dans notre famille était la fille de ma sœur aînée, Nigar. Elle aurait eu 15 ans le 18 octobre. Nous l’avons également enterrée ce jour-là », a déclaré Teymur à Al Jazeera.

Teymur vit avec sa famille dans un autre quartier de Ganja.

« Même si nous étions loin de la scène, mon fils, un élève de sixième, a été traumatisé par le bruit d’une roquette tirée par des Arméniens, et maintenant il a un problème d’élocution.

Depuis le 27 septembre, l’Azerbaïdjan et l’Arménie se disputent le Haut-Karabakh, une région internationalement reconnue comme territoire azerbaïdjanais mais contrôlée par des Arméniens d’origine.

Deux tentatives de trêve, négociées par la Russie, avaient échouées à faire cesser les affrontements. Un troisième, négocié par les États-Unis, a été annoncé dimanche soir et est entré en vigueur lundi matin. Comme les deux précédents, on a signalé que le cessez-le-feu avait été rompu presque aussitôt après avoir débuté.

Le bureau du procureur général azerbaïdjanais a ouvert une procédure pénale contre les dirigeants militaro-politiques arméniens dans le cadre de l’attaque du 17 octobre, rapporte l’agence de presse azerbaïdjanaise APA.

Ramin Gahramanov a perdu sa fille adolescente, sa sœur et ses deux enfants dans l’attaque [Seymur Kazimov / Al Jazeera]

Jusqu’à présent ce mois-ci, trois agressions contre la ville ont tué au moins 26 personnes, dont six enfants et 10 femmes.

Ramin Gahramanov, 41 ans, a perdu quatre membres de sa famille le 17 octobre – sa fille Laman, sa sœur et ses deux enfants.

Laman espérait aller à l’université cette année après avoir gagné sa place, mais elle n’a pas pu profiter de la vie d’étudiante avant de mourir.

« La roquette Scud a frappé directement notre maison », a déclaré Gahramanov.

Ses proches ont été extraits des décombres un jour après l’attaque. Les corps, dit-il, étaient méconnaissables.

Certains survivants sont retournés sur le site pour récupérer tous les effets personnels qui ont échappé aux dommages – les articles essentiels et ceux qui gardent des souvenirs de leurs proches décédés.

Ramiz Agayev, 45 ans, a perdu son père.

«Mon père est tombé sur moi du deuxième étage, j’étais en bas», a-t-il déclaré à Al Jazeera.

Ramiz vient dans sa maison en ruine depuis plusieurs jours maintenant.

«Nous prenons généralement les vêtements d’hiver des enfants, si nous pouvons en trouver. Mais tout est dans un état inutilisable, même ma voiture. J’ai demandé à un parent d’utiliser sa voiture pour récupérer ce qui restait ici.

Le gouvernement azerbaïdjanais a promis de nouveaux logements aux victimes, une initiative bienvenue. Ils ont dit au journaliste qu’ils étaient rassurés de recevoir des appartements neufs de haute qualité. Mais personne, ont-ils dit, ne peut remplacer les membres de leur famille.

Source : Al Jazeera

 

Laisser un commentaire

Plus d’histoires deAzerbaïdjan