Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

La guerre de l’Occident contre la Russie et la Chine et ses soit-disant libertés


La guerre de l’Occident contre la Russie et la Chine est en partie idéologique et en partie économique. Jusqu’à présent, elle a été menée par divers moyens non militaires, essentiellement par le biais de déclarations politiques, de couverture médiatique et de sanctions économiques.

En Russie et en Chine, cela a eu pour effet de mettre l’accent sur l’autosuffisance, de sensibiliser davantage les populations à la fin de leur vulnérabilité quant aux attaques occidentales, de créer de nouveaux partenariats et d’adopter une position globale de plus en plus ferme.

Du côté occidental, le coût de l’équation se situe essentiellement au niveau de la base éthique et morale de ses mythologies politiques et médiatiques et de sa réputation, ainsi qu’au niveau des dommages économiques en Europe.

Quelles peuvent être les raisons de l’attitude actuelle des élites occidentales à l’égard de la Russie et de la Chine ?

Bien que l’on se concentre presque exclusivement sur la base idéologique des centres d’antagonisme occidentaux, en partant du principe que ce que vous entendez des politiciens occidentaux a peu de chances d’être factuel, je pense que la véritable base de la guerre actuelle est largement économique.

La Russie a récemment annoncé que ses réserves d’or sont maintenant à un niveau tel que la totalité de sa dette nationale pourrait être remboursée. La Chine est bien connue pour sa croissance économique exponentielle au cours des dernières décennies et possède sans aucun doute un excédent massif de réserves.

Qu’en est-il des nations occidentales ?

Les États-Unis possèdent de loin la plus grande dette nationale de tous les pays. Aucune nation occidentale n’est exempte de dette, ou même proche de l’être. Cela place la Russie et la Chine en pole position pour mener le monde dans un renouveau post-covide. Les nations occidentales, quant à elles, devront lutter contre les conséquences de la pandémie pendant des décennies.

Bien sûr, la guerre contre la Russie et la Chine est antérieure à la pandémie de plusieurs années. C’est parce que la Chine est une puissance économique que les élites occidentales la considèrent avant tout comme un ennemi, et non en raison de son mode de gouvernance, bien que ce dernier facteur soit la façon dont l’inimitié continuera d’être présentée.

Cette tromperie, qui consiste à présenter un facteur comme la raison de la discorde et des griefs alors qu’il s’agit en réalité d’un autre facteur, caractérise l’Occident depuis un certain temps déjà, notamment dans ses choix de guerres pour un changement de régime.

On nous fait croire qu’il y a une liberté politique et de la presse en Occident, mais nous pouvons facilement voir que ces deux affirmations sont maintenant exposées comme étant fausses, au moins quand il s’agit de facteurs géopolitiques.

La guerre contre la Russie, en particulier, a révélé la position intenable des élites occidentales selon laquelle rien de bon ne pourrait jamais venir de la Russie ou d’une bonne relation avec elle. Aucun politicien soucieux de rester dans le giron et d’avoir des perspectives de carrière à peu près correctes ne peut dire le contraire. C’est particulièrement vrai après la débâcle de Donald J. Trump, un homme d’affaires décrit par l’opposition comme un sociopathe devenu politicien. Il n’y a pas de liberté de dire ce que l’on pense sans conséquences sur la Russie en Occident si vous êtes un politicien avec des ambitions. En ce qui concerne la liberté politique, sur le sujet de la Russie, elle est inexistante. Cela devient rapidement le cas pour la Chine également.

En ce qui concerne les médias grand public et la liberté de la presse, il existe une éthique très semblable. Les nouvelles positives concernant la Russie sont du domaine de l’interdit, une voie vers des attaques virulentes contre l’intégrité, l’intelligence et la loyauté d’une personne. Tout commentateur, observateur ou journaliste faisant même vaguement allusion au fait que la politique du gouvernement russe n’est peut-être pas si mauvaise sait à quoi s’attendre. Transmettre au rédacteur en chef de n’importe quel journal important un article positif sur la Russie est reconnu comme un acte totalement futile. Ainsi, la soi-disant liberté de la presse peut être ajoutée à la soi-disant liberté politique de l’Occident comme inexistante dans un contexte géopolitique. Vous comprenez donc pourquoi, par exemple, certains sites internet d’informations alternatives sont parfois attaqués par les grands médias ou les petites associations minables et incompétentes, sans aucune utilité publique, mais soutenues et appuyées sous la table par certains hommes politiques ou quelques manipulateurs qui les chargent de les “descendre” en inventant à leur sujet de grossières histoires cousues de fil blanc.

La Chine principalement, avec la Russie comme partenaire proche, est prête à étendre sa portée économique et son influence géopolitique. Cela va inévitablement créer un cercle vertueux où l’un renforce l’autre. C’est ce que les élites occidentales craignent plus que tout. Leurs nations sont profondément endettées et les prix de toutes choses ne cessent d’augmenter. Les populations occidentales exigent constamment une amélioration de leurs conditions de vie, des services, des produits, des technologies et des infrastructures toujours meilleurs. Pour rembourser leurs dettes et fournir tout ce qui est demandé, les nations occidentales doivent être compétitives et générer des revenus supplémentaires. Et ce, alors que la Chine et la Russie menacent d’étendre la commercialisation de leurs propres produits et services, réduisant ainsi de plus en plus les profits que l’Occident a si désespérément besoin de maintenir et d’augmenter.

Les facteurs ci-dessus, plutôt que des raisons idéologiques de premier ordre intégrant des campagnes sur de prétendues violations des droits de l’homme, constituent à mon avis la véritable base de la guerre que l’Occident mène actuellement.

Dans leur désespoir de résoudre le cauchemar économique, l’implosion, le désastre ou toute autre qualification que vous souhaitez lui donner, les élites occidentales ont recours à toutes les armes qu’elles peuvent trouver.

Comme vous l’aurez constaté, la diplomatie est presque devenue un art perdu. La rencontre Biden-Poutine débouchera sans doute sur des extraits sonores encourageants, mais rien de plus. Les élites occidentales considèrent que les choses sont allées trop loin pour cela et que la diplomatie elle-même est désormais une arme, un détournement complet de son véritable objectif.

Cette guerre va sans aucun doute se poursuivre jusqu’à ce qu’un camp ou l’autre soit le vainqueur incontestable. Actuellement, je ne vois aucune chance que l’Occident lourdement endetté, avec tous ses prix en constante hausse, la gagne. Mais ses élites ne voient pas d’autre option que de continuer à la livrer. L’alternative est de voir ses populations avoir des vies de plus en plus dégradées et de perdre ensuite la foi en leurs élites. Si ces élites étaient tentées d’être réalistes, elles pourraient constater que la Russie et la Chine sont toutes deux réellement intéressées par des partenariats plutôt que par le rôle de protagonistes d’une guerre éternelle. Mais un tel réalisme semble plus éloigné aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été.

Nous nous retrouvons donc dans une situation de guerre perpétuelle, avec une élite occidentale tout entière en mode guerre, un mode guerre qui semble presque entièrement futile, avec une conséquence inévitable qui les regarde quotidiennement en face. La montée de la Chine est imparable et celle de la Russie apparaît de plus en plus imparable également. Les élites occidentales conduisent leurs populations dans un marigot, en termes de succès économique, de mentalité de ses élites et de corruption de ses soi-disant libertés.

Partager

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Réactions en ligne
Voir tous les commentaires

Plus d’histoires deAnalyse

0
Nous aimerions avoir votre avis en commentaire.x
()
x