Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

Les miasmes de l’illusion, de l’exclusion et de la confusion… et enfin, un peu de clarté


Si nous observons le monde occidental depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, nous pouvons voir une scène de tourbillon de changements de croyances, d’identités et de mouvements.

Certains groupements ont été identifiés par certains comme négatifs, d’autres comme positifs, des émotions ont été suscitées, des myriades de peurs ont émergé, l’anxiété a augmenté de manière générale et le pouvoir, tant des élites que des mouvements de masse, s’est finalement métamorphosé jusqu’à aujourd’hui.

Je soutiendrai que nous avons vécu dans un miasme où aucun groupe ne détenait la vérité sur un autre et qu’au fil des années, les positions ont en fait radicalement changé en Occident, le plaçant dans une position inconfortable. Pendant ce temps, l’Orient n’a pas traversé cette crise de l’esprit, a essentiellement conservé ses mentalités traditionnelles et s’est généralement maintenu dans ses cultures, enracinées dans un ensemble plus stable de valeurs raisonnablement constantes.

Si nous considérons que le système de valeurs oriental (dans la mesure où il peut être généralisé) est conservateur par nature, je pense que cela apportera finalement un degré significatif de clarté à la situation actuelle dans la confusion libérale qu’est l’Occident.

Après la Seconde Guerre mondiale, le monde occidental en général a connu des changements radicaux. Les États-Unis sont devenus de loin la force la plus dominante et dominatrice. Après une période initiale très difficile en Europe, les années 1950 ont été marquées par des améliorations significatives du bien-être, des modes de vie et des opportunités de vie. Ces avantages ont lentement percolé tout au long des années 1950 pour atteindre un niveau de plus en plus élevé. Puis, dans les années 1960, un sentiment général de bien-être a commencé à s’installer. C’est alors, au milieu et à la fin des années 1960, que les miasmes des croyances et des mouvements ont commencé à déferler. Une proportion importante de jeunes a commencé à se rebeller contre les valeurs de leurs parents.

Une grande partie de la rébellion observée à la fin des années 1960 était parfaitement motivée. La guerre américaine au Vietnam a été vigoureusement contestée. En France, on a tenté de renverser les méthodologies statiques et établies dans l’éducation et d’élargir la révolte aux domaines de l’industrie en intégrant les travailleurs dans le mouvement de protestation. Les communautés hippies et anarchistes se sont développées à partir du milieu des années 60, avec la ferme conviction que le vieux monde devait être renversé et qu’un nouveau devait être créé.

C’est à cette époque, à mon avis, que le premier grand mirage de la croyance s’est installé. Ce que les hippies et les anarchistes combattaient, c’était en grande partie la majorité conservatrice qui, selon eux, avait laissé tomber toute l’humanité et menait inexorablement le monde vers un désastre toujours plus grand.

Je faisais partie de ceux qui croyaient cela et qui pensaient qu’emprunter une voie alternative à celles traditionnellement empruntées était la solution. Abandonner les méthodes abrutissantes du passé, rejeter la main morte de la tradition et créer un nouveau monde de valeurs meilleures, plus créatives et anti-guerre qui rejetteraient et éjecteraient tous les hommes et femmes “droits” qui dirigeaient les choses et qui ont toujours espéré diriger les choses.

La tradition, le conservatisme, le soutien à la guerre, le port du costume, les hétéros étaient le problème. Nous étions la solution.

Selon l’expression de l’époque, si vous ne faisiez pas partie de la solution, vous faisiez partie du problème.

Tout cela semblait si clair, si évident et nous y croyions totalement.

Nos parents ne pouvaient rien nous apprendre. Tout devait être renversé et remplacé par du neuf, du passionnant, de l’ouvert et du libre. Nous ne pouvions plus être liés par les choses que nous étions “censés” penser ou la façon dont nous étions “censés” être.

Au fond, nous ne voyions rien de bon dans ce qui avait précédé.

Mais nous étions, selon un autre dicton bien connu, en train de jeter le bébé avec l’eau du bain.

Nos parents avaient traversé une guerre mondiale. Ils connaissaient les avantages de certaines traditions, d’être un bon citoyen, d’apprendre un métier, de travailler dur, de fonder une famille et d’être une personne respectueuse des lois au sein d’une société d’individus faisant de même.

Nous avions mal identifié notre cible. Nous ne savions pas qui et ce que nous devions cibler comme “ennemi”. Cet ennemi n’était pas en vérité nos parents ou les traditions qui les avaient bien servis. Ce n’était pas le conservatisme que nous trouvions limitatif et contre lequel il nous était plus commode de nous rebeller. Il s’agissait cependant de cibles faciles et évidentes. Les véritables cibles étaient en grande partie hors de vue et hors de portée.

Ceux qui déclenchaient les guerres, engendrant une insistance aveugle sur la consommation, le marketing et la croissance économique au détriment de la majorité, étaient et sont encore une infime partie de la population mondiale. Cependant, la richesse croissante de l’Occident a permis à un grand nombre d’entre nous de concrétiser nos désirs d'”autre chose”, quelque chose de différent de ce qui s’était passé auparavant et contre lequel nous réagissions, que nous percevions comme nous entourant, nous inhibant et nous opprimant.

Ces jours-là, la pensée était simpliste. Le bien et le mal étaient des valeurs, des apparences et des comportements clairement définis. Nous nous identifiions comme une armée exclusive de “l’autre”, les éveillés, les branchés, pleins de conviction selon laquelle nous étions meilleurs, plus conscients et beaucoup plus sages que ceux “d’en face”. Cependant, bien que cette croyance ait apporté du plaisir à beaucoup d’entre nous et que nous ayons vécu de nombreux moments excitants, des aventures de l’esprit et du corps vécues ensemble… en fin de compte, rien n’a changé de manière significative. Les élites qui dirigeaient les choses avant que nous nous levions en tant que force ostensiblement hostile, ont continué à exercer leur autorité. Peu à peu, la majorité d’entre nous a réalisé que nous n’allions pas créer un monde alternatif et a rejoint la majorité de la race humaine, a trouvé un emploi, s’est mariée et n’a affiché son ” drapeau de tarés ” qu’en de plus en plus rares occasions et surtout en privé.

Nous avions perçu les choses à un niveau superficiel et émotionnel. Nous avions complètement renié les valeurs de nos parents, de nos grands-parents et de ceux qui nous avaient précédés. Encouragés à l’irresponsabilité par la nouvelle richesse des années 1960, nous nous étions simplement livrés à un hédonisme de l’esprit, du corps, du comportement et de l’âme dont nous aurions su auparavant qu’il était totalement irréaliste, sauf pour quelques rares personnes.

Au milieu des années 1970, les dommages causés par des mouvements de protestation mal dirigés ont été perçus comme dépassant largement les avantages obtenus. L’agitation a commencé à affecter les opportunités de vie d’une part de plus en plus importante de la population, en particulier en Grande-Bretagne, ce qui a porté au pouvoir ceux que les conservateurs et les traditionalistes considéraient à tort comme leurs sauveurs. En fait, il s’agissait des mêmes élites qui avaient déclenché les guerres et perpétué les politiques insoutenables de consommation matérialiste qui menaçaient le monde.

Le miasme tourbillonnant de confusion qui allait être le destin permanent de l’Occident se métamorphosait pour entrer dans une autre phase. Les mouvements de rébellion des années 1960 sont devenus un lointain souvenir, tandis que le consumérisme s’est installé et qu’une industrie du divertissement futile, ainsi qu’une industrie de la désinformation, ont émergé. Les méandres de la pensée et des croyances en Occident ont atteint de nouveaux seuils de confusion, rendant la clarté presque impossible, sauf pour les rares personnes qui parvenaient à regarder plus loin en se demandant si elles voyaient réellement ce qui se passait.

Les croyances se présentaient sous la forme de systèmes illimités dépendant uniquement de la théorie particulière qui vous attirait le plus. La plupart des théories tournaient autour du nouveau phénomène des médias sociaux. Les faits concrets n’étaient plus nécessaires. Seule une certaine paranoïa conduisait à la recherche d’une “réponse” qui, d’une certaine manière, pouvait libérer l’âme et fournir une motivation.

Pendant ce temps, les mêmes élites faisaient la même chose que leurs prédécesseurs en Occident, agissant comme des dictateurs mondiaux, préservant et étendant égoïstement leur propre influence, incitant ouvertement et secrètement à la déstabilisation, diabolisant et modelant l’opinion par le biais de leurs pairs dans les médias de masse.

Nous n’avons pas de problème concernant les cibles, si ce n’est de les voir clairement, de les identifier précisément et de savoir exactement quoi faire pour les éliminer. Mais ces problèmes ont été insurmontables jusqu’à présent en Occident et, à mon avis, le restent.

Aux États-Unis et au Royaume-Uni, les deux principaux partis se reflètent dans leur rhétorique belliqueuse. Chaque parti reflète la croyance dans l’élitisme, dans le consumérisme et la croissance économique à tout prix, ainsi que dans la subversion et la domination des nations montantes de l’Est, la Russie et la Chine. Il n’y a plus de partis d’opposition puissants en Occident. Toutes les protestations des années 60 et 70 n’ont pas réussi à apporter le moindre changement au sommet. L’échec a été total. La croyance selon laquelle nous allions créer un monde nouveau nous a laissé avec le même vieux monde qu’il y a toujours eu en Occident, celui qui abuse de son pouvoir et invite ses populations à profiter des avantages de celui-ci.

Pour revenir au point de clarté dans ce miasme confus de croyances stridentes et de faibles réalisations, les gens de l’Est, qui n’ont pas eu la chance de connaître la richesse soudaine de l’Ouest et dont la vie est beaucoup plus solidement fondée sur les réalités et la tradition, ont continué à suivre les anciennes méthodes de leurs parents et de leurs ancêtres. La “folie” qui a affligé tant de personnes en Occident ne les a pas touchés.

C’est ainsi qu’aujourd’hui, ce qui précède reste largement vrai.

Tandis qu’en Occident, les “bénédictions” de l’abondance continuent d’engendrer une forme particulière de folie où se perpétuent des myriades de formes de licences auto-attribuées, des mouvements de grands changements et un mécontentement grondant (apparent) à l’égard de presque tous les aspects de la société. Et tout cela sans toucher à aucun aspect du système de pouvoir qui continue à modeler et à manipuler d’en haut, en instiguant la guerre et en subvertissant les autres comme il l’a toujours fait par intérêt personnel total.

On peut se demander si le miasme de la confusion, de la quête continuelle de changement, des tendances paranoïaques, des croyances délirantes et du soi-disant individualisme est un avantage net et un atout pour ceux qui sont si rarement ciblés et qui continuent d’une génération à l’autre en Occident avec leur objectif d’hégémonie mondiale intact ?

Si vous cherchez la clarté, je vous conseille donc de regarder vers l’Est. Bien au-delà des miasmes tourbillonnants de l’Occident.

Source : https://russianplatform.blogspot.com/2021/05/the-miasma-of-delusion-exclusion.html

Partager

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Réactions en ligne
Voir tous les commentaires

Plus d’histoires deAnalyse

0
Nous aimerions avoir votre avis en commentaire.x
()
x