La mauvaise influence des États-Unis en Ukraine


La véritable « mauvaise influence  » ?

Comment l’Amérique a contribué à détruire la démocratie et à transformer le rêve de Maidan en un cauchemar pour la population ukrainienne.

L’arrestation de Viktor Medvedchuk, le chef du plus grand parti d’opposition de Kiev, montre que l’ingérence des États-Unis en Ukraine ne vise qu’à gagner un bras de fer avec la Russie et n’a rien à voir avec la promotion de la démocratie ou des droits de l’homme.

L’Amérique aime souvent insister sur le fait que son approche de la politique étrangère consiste à défendre la liberté et à vaincre l’autoritarisme. Dans l’esprit de nombreux responsables de Washington, l’hégémonie américaine est synonyme de la cause de la démocratie libérale. Ils ont fait un excellent travail en présentant la crise ukrainienne sous cet angle – mais est-ce bien ancré dans la réalité ?

Selon les commentateurs et les politiciens occidentaux, les aspirations de Kiev à la démocratie et à la liberté l’amènent à se tourner vers l’UE et les États-Unis, mais elles sont continuellement sapées par la belligérance de Moscou et son désir d’affirmer un contrôle de type impérial sur la nation. L’Occident, censé être motivé par les seules valeurs altruistes de la démocratie et des droits de l’homme, « soutient le pays contre l’agresseur russe ».

Une fois que le public croit à cette prémisse, les reportages sur tous les événements de la région finissent par être vus sous ce seul angle. Toutefois, dans quelle mesure les États-Unis soutiennent-ils réellement l’Ukraine ? Washington est allé à chaque fois à l’encontre de la volonté démocratique et de l’intérêt de ses citoyens, laissant le pays profondément divisé, la surveillance américaine n’accordant de légitimité politique qu’à un certain groupe d’Ukrainiens.

La révolution orange

Après l’effondrement de l’Union soviétique, l’Ukraine a adopté une double approche en matière de politique étrangère, coopérant à la fois avec l’Occident et la Russie. Le bon sens voulait que Kiev ne puisse assurer l’unité nationale et la prospérité économique qu’en se positionnant comme un pont entre la Russie, son colossal voisin, et l’Occident. Cependant, avec l’expansion de l’OTAN, la pression s’est accrue pour que le pays choisisse un camp plutôt que l’autre, qu’il fasse partie de la « nouvelle Europe » ou qu’il s’en écarte avec la Russie. Les efforts visant à faire entrer le pays dans le bloc militaire dirigé par les États-Unis pour le « protéger » de Moscou ne reflétaient pas la volonté démocratique de son peuple, mais constituaient plutôt un ultimatum efficace.

En 2004, des manifestations anti-corruption contre le système politique criblé de pots-de-vin ont balayé Kiev. Les États occidentaux sont intervenus, soutenant les protestations, et ont détourné l’ordre du jour en liant la démocratie, les droits de l’homme et un gouvernement correct à l’adhésion à la sphère de l’OTAN/UE. Cependant, seule une petite minorité d’Ukrainiens soutenait réellement l’adhésion au bloc à ce moment-là.

Ainsi, sans soutien démocratique, les États-Unis ont poursuivi leurs ambitions géopolitiques en créant un sentiment artificiel de « pouvoir du peuple ». Les « organisations non gouvernementales » américaines, financées par l’État américain et composées d’anciens fonctionnaires, ont pris une part active à la « révolution orange » de 2004. Par exemple, Freedom House était l’un des principaux sponsors du soulèvement et était présidée par l’ancien directeur de la CIA, James Woolsey. Pourtant, le récit dominant n’en était pas moins que les agences de renseignement américaines étaient devenues des organisations humanitaires soutenant simplement la volonté du peuple.

Après l’installation du président Viktor Iouchtchenko à la tête du nouveau gouvernement pro-occidental et anti-russe de Kiev, le pays est devenu plus fragmenté et les tensions avec Moscou ont rapidement augmenté. Pourtant, les sondages révèlent régulièrement qu’environ 20 % seulement de la population souhaite adhérer à l’OTAN et que l’opinion sur la Russie reste positive. Néanmoins, l’Occident a insisté sur le fait qu’il défendait l’Ukraine et, en 2008, l’OTAN a promis qu’elle « deviendra » membre du bloc. Ce « soutien » ne correspondait pas à la réalité intérieure, un sondage de l’époque révélant que 58 % des Ukrainiens étaient opposés à l’adhésion et seulement 23,6 % y étaient favorables.

En outre, seuls 15 % des Ukrainiens considéraient que l’OTAN leur offrirait effectivement une « protection », tandis que 43 % jugeaient que le bloc constituait une « menace ».

Vers la fin de son mandat, Newsweek a désigné le président Iouchtchenko comme le dirigeant le plus impopulaire du monde en raison de sa remarquable cote de popularité de 2,7 %. Lors de l’élection suivante, en 2010, les Ukrainiens ont élu Viktor Ianoukovitch à la présidence dans ce que l’OSCE a défini comme une élection libre et équitable. Pourtant, il n’a jamais bénéficié d’une légitimité démocratique appropriée de la part de l’Occident en raison de son manque d’ambition à s’aligner sur leur « club démocratique » et à y adhérer. Sous le régime de Ianoukovitch, Kiev a rétabli son statut de nation neutre en ne cherchant pas à rejoindre un quelconque bloc militaire. Pendant cette période, le gouvernement a recherché l’unité nationale en respectant les droits des russophones. Il s’agissait d’une version de la démocratie ukrainienne dont l’Occident ne voulait tout simplement pas.

 

La révolution Maidan

La stratégie de Kiev, qui consistait alors à s’équilibrer entre la Russie et l’Europe occidentale, a échoué en 2013 après que l’UE a présenté à l’Ukraine un schéma d’intégration à somme nulle. À peine 37 % des Ukrainiens étaient même intéressés par une adhésion à l’union géopolitique, mais aux yeux de Bruxelles et de Washington, Ianoukovitch avait trahi son mandat démocratique en n’acceptant pas l’accord d’association de l’UE. Les puissances occidentales ont soutenu les manifestations et les émeutes, même si elles n’avaient pas le soutien de la majorité des Ukrainiens. Elles sont encore moins nombreuses à soutenir un coup d’État pur et simple.

M. Ianoukovitch a finalement accepté la mise en place d’un gouvernement d’unité pour mettre fin au conflit, que les États occidentaux ont signé en tant que garants. Lorsqu’il a été renversé peu après, les mêmes États occidentaux ont envoyé leurs hauts fonctionnaires à Kiev pour renforcer la légitimité du coup d’État, ou de la « révolution démocratique », comme ils l’ont appelé, plutôt que de respecter leurs engagements envers le gouvernement d’union.

Les dirigeants du nouveau gouvernement ukrainien n’ont été une surprise pour personne, car une fuite d’un appel téléphonique entre des responsables américains, Victoria Nuland et Geoffrey Pyatt, pendant les manifestations, a révélé qu’ils avaient déjà mis en place un gouvernement post-coup d’État et discuté de plans pour s’assurer qu’il apparaisse légitime.

Au cours des années suivantes, la promotion des droits de l’homme et de la démocratie en Ukraine a été assimilée à la limitation de l’influence russe, et donc à la suppression des voix russophones intérieures. L’insistance de Washington sur la démocratie et les droits de l’homme, interprétée même à travers son propre prisme, devient de moins en moins importante, tant qu’il s’agit de consolider le pouvoir dans le pays. Le massacre sanglant d’Odessa, perpétré par des nationalistes pro-Maidan, et l' »opération antiterroriste » sanglante de Kiev contre les Ukrainiens de l’Est en sont la preuve la plus évidente. Les droits culturels et linguistiques ont été bafoués, les partis politiques ont été purgés et les médias censurés. Toute apparence d’élections équitables disparait alors que les Ukrainiens résidant à l’Ouest sont autorisés à participer aux élections, tandis que des millions de citoyens ukrainiens résidant en Russie ne peuvent pas voter.

Avant les élections de 2018, le président Porochenko ne bénéficiait de la confiance que de 16 % de la population, tandis qu’un nombre impressionnant de 78 % estimait que le pays allait dans la mauvaise direction.

Zelensky : son ascension en tant que russophone, et sa chute en tant que russophobe.

L’ancien comédien de télévision Volodymyr Zelensky a remporté l’élection présidentielle de 2019 haut la main, en mettant en avant une position nouvelle et nuancée et une promesse de réconciliation avec l’Est russophone. Cependant, il est depuis devenu dépendant du soutien des nationalistes et des États-Unis, et est devenu de plus en plus belliqueux de ce fait. En conséquence, le nouveau dirigeant a vu sa base de soutien électoral commencer à s’effriter rapidement.

Un sondage réalisé en décembre 2020 a révélé que 42 % des Ukrainiens considèrent Zelensky comme la plus grande déception de l’année. Après son énorme popularité initiale, l’ancienne star des médias a dégringolé à un taux d’approbation d’environ 19 % seulement. Fait accablant, 67 % des Ukrainiens pensent désormais que l’Ukraine va dans la mauvaise direction.

Comme Zelensky a embrassé la russophobie dans sa tentative de s’assurer le soutien des nationalistes, un vide a été ouvert pour que les voix russophones puissent capter l’électorat qu’il a abandonné. Le moment semblait venu pour Medvedchuk et son parti, la Plateforme de l’opposition – Pour la vie. Les références du député avaient été renforcées par son rôle dans la négociation d’échanges de prisonniers avec ses compatriotes ukrainiens dans le Donbass, et par le maintien de relations cordiales avec Moscou.

M. Zelensky a d’abord réagi en sanctionnant le chef de l’opposition et en saisissant ses biens, prétendument au motif qu’il finançait le terrorisme. Aujourd’hui, Medvedchuk a été arrêté et accusé de haute trahison, avec des justifications douteuses jusqu’à présent. En outre, M. Zelensky ferme les plateformes médiatiques nationales qui ne s’alignent pas sur le discours du gouvernement, insistant sur le fait qu’elles ne sont que des porte-parole du Kremlin, même si elles produisent leur contenu en Ukraine et reflètent les points de vue des Ukrainiens russophones. Comment les États-Unis ont-ils réagi à la répression des médias du pays ? En la soutenant, bien sûr, en l’applaudissant comme une réponse audacieuse pour contrer « l’influence russe ».

De même, la classe politique et médiatique occidentale a répondu au basculement dans l’autocratie par un silence et une indifférence totale. Leur soutien tacite contraste fortement avec l’hystérie suscitée par Alexey Navalny, figure de l’opposition russe emprisonnée, qui n’a jamais bénéficié d’un soutien aussi large que celui de Medvedchuk et qui est pourtant présenté comme un messie en Occident. Il est choquant de constater que les voix dominantes de l’establishment semblent tout simplement ne pas s’en soucier, sauf si cela convient à leur récit.

Il semble qu’il s’agisse d’une preuve concluante que la démocratie et les droits de l’homme sont devenus de simples instruments de pouvoir géopolitique – des outils dans l’arsenal de l’Occident dans son bras de fer avec la Russie. Medvedchuk lui-même a affirmé dans une interview à RT que les politiciens de Washington sont « habitués à créer l’image qu’ils sont le parangon de la démocratie, mais ce sont leurs autorités qui ont imposé une gouvernance externe et qui dirigent maintenant l’Ukraine comme leur colonie ». Avec de tels amis, qui a besoin d’ennemis ?

 

 

 

 

Partager