MAUVAISE DIRECTION, MANIPULATION ET DIABOLISATION


LA DIABOLISATION

Les jeux auxquels les sournois jouent sont nombreux et loin d’être un phénomène moderne. La brigade des sales tours a une longue et tristement célèbre histoire où l’attention est détournée de leurs crimes et dirigée vers les crimes des autres qui chez eux sont inexistants ou moindres. Ils utilisent des astuces de sociopathes pour confondre, diviser et dénigrer, toujours avec un œil sur le moindre prétexte afin de promouvoir leurs propres intérêts.

Avant la guerre en Irak, nous avons vu d’innombrables tentatives pour manipuler le public occidental afin de sanctionner l’ultraviolence en diabolisant un ennemi choisi et en suscitant simultanément la peur de «l’autre».

Il est dit que la première victime de la guerre est la vérité. Mais il est plus exact de dire que la vérité meurt lorsqu’une nation souhaite faire la guerre à une autre. Les mensonges commencent dès la préparation de cette guerre pour ôter les barrières ou les problèmes de relations publiques dans le processus de réalisation des crimes qui ont été planifiés.
Les élites occidentales élaborent leurs plans puis cherchent à créer une voie pour les réaliser. Leurs populations sont considérées comme des bêtes stupides qui doivent être traitées comme ayant une mentalité de troupeau ignorant.  » Que savent ces plèbes ? Nous avons toutes les données nécessaires pour prendre une décision. Pourquoi une idée folle de la démocratie devrait-elle interrompre nos plans soigneusement élaborés ? »

Le grand public a droit à des généralisations plutôt qu’à de véritables informations. Un exemple typique est ce que Tony Blair a dit à la Grande-Bretagne par rapport à ce qui figurait dans le rapport compilé sur l’Irak lorsque le seul objectif de Blair était d’amener la Grande-Bretagne à soutenir les États-Unis dans la guerre qu’elle désirait. Tous les termes tels que «peut-être», «nous pensons», «à notre avis» et ainsi de suite ont été supprimés par lui et à la place, il a livré au Parlement britannique des déclarations affirmatives dénuées de tout doute.

«L’Irak possède des armes de destruction massive qui peuvent être prêtes à être tirées en 45 minutes.»

C’était le genre même de déclaration généralisée et alarmiste conçue pour instiller la plus grande peur dans l’esprit de la population britannique qui est un classique du genre. C’est une déclaration de manipulation flagrante basée sur une affirmation totalement infondée. Pas de «si», «mais» ou «quand ». Aucune possibilité à un quelconque «peut-être» ou aucun qualificatif ne permettant le moindre doute. Un mensonge gratuit, un coup de bluff. Et ça a marché. Ça a fait les gros titres le lendemain, car il était calculé que Blair et ses cohortes travaillaient sur son discours. Et dans de nombreux esprits plutôt mal informés, il était supposé que cela signifiait que les missiles pouvaient frapper la Grande-Bretagne, point d’exclamation. Ceux qui savent parfaitement à quel point l’Iraq est éloigné savaient que ce n’était pas le cas … mais aucune précision n’a bien sûr été donnée.

En fin de compte, bien entendu, Il a été établi seulement bien plus tard que l’Iraq était en réalité dépourvu d’armes de destruction massive. Le fait que plusieurs centaines de milliers de personnes soient mortes à cause d’un paquet de mensonges et d’un enthousiasme absolu pour aller à la guerre ne crée guère d’indignation. Une commission d’enquête est venue et est repartie … avec une petite bribe d’inquiétude exprimée à propos de ceci et de cela et a été rapidement oubliée par la plupart et ignorée par ceux qui avaient déclenché la guerre. Personne n’est allé en prison. Personne ne s’est excusé. En effet, Tony Blair n’arrêtait pas de dire: «Nous avons fait ce qu’il fallait». Et depuis, ils font la «bonne» chose. La Libye était la prochaine. Puis la guerre par procuration en Syrie.

Chaque dirigeant que l’Occident veut destituer reçoit le même traitement. La diabolisation. Même quand il y a des images de dirigeants occidentaux serrant la main ou les serrant dans leurs bras par le le passé, cela n’empêche pas la transformation du jour au lendemain du divin au démon.

Ce genre de pratique a une longue histoire. Lorsque le roi d’Angleterre, Richard Cœur de Lion, faisait marcher son armée à travers l’Europe lors des croisades, il cherchait à y ajouter des forces au fur et à mesure. En arrivant aux avant-postes en cours de route, lui ou son peuple répandait une certaine histoire parmi la population et les chevaliers locaux. L’histoire qui était racontée disait que les Arabes de Jérusalem aimaient boire le sang frais et chaud des bébés chrétiens nouveaux nés. Vous pouvez imaginer la réponse des gens qui craignent Dieu, sachant peu ou rien de ce qui s’est passé dans des endroits aussi éloignés et croyant naïvement ce qu’on leur a dit. La soif de sang nécessaire qui servirait bien Le Coeur de Lion a été créée.

LA MAUVAISE DIRECTION

La mauvaise direction est un sujet connexe, parfois appelé fake news de nos jours. De fausses histoires conçues pour créer une réponse émotionnelle qui transmettra les plans de ceux qui la créent.
Prenez le nom du Groenland et de l’Islande par exemple. Il a été dit que la personne qui les nommait souhaitait détourner l’attention des spéculateurs. Il a nommé l’île la plus verte Islande pour dissuader les spéculateurs d’y regarder. Le Groenland est presque totalement recouvert de glace et c’est là qu’il a voulu détourner leur attention.

Dans le domaine de la géopolitique, nous trouvons la propagande et l’ensemencement de mensonges crédibles.
Il a été admis par Paul Wolfowitz, l’un des néoconservateurs les plus actifs qui exhortaient à de multiples guerres de changement de régime, que c’était ce qu’il fallait pour créer l’influence nécessaire pour initier une vague de soutien aux guerres qu’ils voulaient mener. Dans leur manifeste, «Le nouveau siècle américain», les néoconservateurs ont déclaré que l’Amérique avait besoin d’un nouvel événement de Pearl Harbor pour motiver les gens à désirer la guerre. Ils ont eu le 11 septembre.

Lorsque les États-Unis avaient besoin d’une raison suffisante pour intensifier considérablement leur implication au Vietnam, l’incident du golfe du Tonkin a été utilisé comme excuse bien commode :

L’incident du golfe du Tonkin a été présenté au Congrès américain le 5 août 1964, comme deux attaques sans provocation par des torpilleurs nord-vietnamiens sur les destroyers Maddox et Turner Joy de la septième flotte américaine et qui ont conduit à la résolution du golfe du Tonkin, qui a permis au président Lyndon B. Johnson d’intensifier considérablement l’implication militaire américaine dans la guerre du Vietnam. (Encyclopedie Britannique)

En 2005, une étude historique interne de la National Security Agency a été déclassifiée; elle a conclu que Maddox avait engagé la marine nord-vietnamienne le 2 août, mais qu’aucun navire de la marine nord-vietnamienne n’était présent lors de l’incident du 4 août. Le rapport indiquait, concernant le premier incident du 2 août :

 » À 1500G, le capitaine Herrick a ordonné aux équipes d’artillerie d’Ogier d’ouvrir le feu si les bateaux s’approchaient à moins de dix mille verges (9150 m). À environ 1505G, Maddox a tiré trois coups pour avertir les bateaux communistes [nord-vietnamiens]. Cette action initiale n’a jamais été rapportée par l’administration Johnson, qui a insisté sur le fait que les bateaux vietnamiens tiraient en premier. » (Wikipedia)

En ce qui concerne la Libye, l’excuse était une menace inexistante de tuer 6000 rebelles inexistants fuyant vers la ville de Benghazi :

La guerre contre la Libye est fondée sur la fraude. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté deux résolutions contre la Libye sur la base d’affirmations non prouvées, en particulier que le colonel Mouammar Kadhafi tuait son propre peuple à Benghazi. L’affirmation dans sa forme exacte était que Kadhafi avait ordonné aux forces libyennes de tuer 6 000 personnes à Benghazi. Ces affirmations ont été largement diffusées, mais toujours vaguement expliquées. C’est sur la base de cette affirmation que la Libye a été renvoyée devant le Conseil de sécurité de l’ONU au siège de l’ONU à New York et expulsée du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève.

De fausses déclarations sur les armées de mercenaires africains en Libye et sur des attaques d’avions à réaction contre des civils ont également été utilisées dans une vaste campagne médiatique contre la Libye. Ces deux revendications ont été mises de côté et sont devenues de plus en plus obscures. Les allégations de massacre, cependant, ont été utilisées dans un cadre juridique, diplomatique et militaire pour justifier la guerre de l’OTAN contre les Libyens. (Wikispooks)

Ces techniques suivent le même modèle à chaque fois.

Regardez ici.
Soyez choqués.
Soutenez-nous.
Soutenez la guerre.

LA MANIPULATION

Comme Noam Chomsky l’a écrit, tout est question de consentement fabriqué.

Les élites veulent certaines choses. Ils savent que la plupart des gens sont au mieux mal informés et pour la plupart complètement non informés. Ils savent également que les médias grand public agiront comme un service sténographique pour transmettre le message requis. Par conséquent, l’attention est dirigée là où elle est souhaitée. Le consentement requis est obtenu et les élites mettent en œuvre leurs plans.

Une fois la guerre commencée, un système de rapports unilatéral prend effet. Des militants, par exemple en Ukraine, en Syrie, en Russie, en Iran, en Irak, en Afghanistan, au Venezuela ou ailleurs, se mettent au travail pour créer les «nouvelles» qui seront fidèlement transmises au public occidental. Les politiciens occidentaux les ramasseront et les répéteront et ainsi une matrice de conditionnement imprègne chaque oreille, chaque œil et chaque cerveau d’un récit incessant qui répand le concept souhaité voulant que nous combattons le mal et que tous les moyens possibles sont nécessaires. Le silence radio est l’approche de ceux contre qui les élites occidentales font la guerre. La vision de George Orwell d’une société totalitaire où les nouvelles sont modifiées en permanence pour répondre aux besoins de ceux qui contrôlent se reflète très fidèlement dans la société occidentale actuelle en matière de changement de régime.

Les Casques blancs en Syrie sont l’un des exemples les plus notoires et les plus évidents de mécanisme de soutien au changement de régime. L’entité est assez ingénieuse et incorpore de multiples éléments très efficaces pour duper les non-informés en appuyant sur leurs boutons émotionnels. Des escouades de sauvetage apparemment héroïques sauvent les petits enfants des maisons dévastées, bombardées par l’armée syrienne et russe au sadisme maléfique. Quoi de mieux ? Fournissez-leur un équipement vidéo de premier ordre, les finances, la logistique et les connexions avec les médias occidentaux grand public et vous disposez d’une arme incroyablement puissante pour appuyer le soutien à la guerre en Syrie. Pendant ce temps, bloquez toutes les communications de l’autre côté avec tous les moyens possibles.

Les tactiques de mauvaise direction, de manipulation et de diabolisation sont nombreuses. Regardez n’importe quel conflit où les élites occidentales ont un intérêt et vous les trouverez. La CIA et ses équipes psychologiques créent des documents et des histoires contrefaits pour nourrir des «journalistes» volontaires et / ou sans méfiance, le MI6 fait de même, une pléthore d’ONG telles que le «National Endowment for Democracy (NED)» qui achemine des millions de dollars vers des militants du monde entier y compris à Hong Kong, au Xinjiang et partout où la subversion des objectifs de changement de régime a besoin d’un coup de main. Il y a des dizaines de milliers d’employés à travers le monde occidental et également répartis dans les pays cibles qui travaillent nuit et jour en utilisant tous les moyens jugés nécessaires sans aucune référence à ce qui est moral ou éthique.

Ce sont les agents du chaos que vous voyez à l’œuvre maintenant.

Vous vous demandez pourquoi il n’y a plus de diplomatie ? Pourquoi le dialogue et les tentatives pour trouver des accords sur des problèmes épineux appartiennent-ils au passé ? Pourquoi tout ce que les élites occidentales font, c’est attribuer le blâme, attaquer et menacer plutôt que chercher la discussion et un moyen de parvenir à un compromis ?

Les artisans de la paix et les diplomates occidentaux ont été soit limogés, rétrogradés, rejetés ou simplement abandonnés après le 11 septembre.

L’Occident est en guerre depuis lors, reste maintenant en guerre et le restera jusqu’à ce qu’il soit mis en quarantaine par l’effondrement de leurs économies et la montée en puissance d’autres.

Jusque-là, attendez-vous à toujours plus de fausse direction, de manipulation et de diabolisation alors que cette guerre atteint son apogée ultime et inévitable.

Partager