Il s’appelle Hassan et il est l’avant-coureur des essaims de drones à venir


En Palestine occupée, les aveux d’échec face aux drones du Hezbollah se multiplient ; les médias parlent de nouveaux défis qui se profilent à l’horizon pour une armée de l’air israélienne qui voit sa soi-disant suprématie voler en éclat. Sommes-nous témoins de la naissance d’une armée de l’air asymétrique de la Résistance capable d’essaims de drones qui envahiront le ciel israélien de partout ?

En réaction à la récente démonstration de force du mouvement de résistance libanais Hezbollah, le site d’information israélien Walla a prétendu que le drone « Hassan » étant entré vendredi dans le ciel de la Palestine occupée depuis le Liban faisait partie d’un plan confidentiel signé Iran-Hezbollah de créer une « Armée de l’air » composée entre autres d’une vaste gamme d’avions sans pilote qui devraient être utilisés le « jour promis de règlements de comptes » contre les installations sensibles répandues sur tout Israël, « portant des coups durs à la supériorité aérienne de Tel-Aviv ».

L’article se réfère au rapport publié par un centre d’études sur les crises sécuritaires pour dire que « les arsenaux de drones du Hezbollah contiennent quelque 2000 avions sans pilote, à quoi s’ajoutent des dizaines d’hélicoptères chinois utilisés pour les missions d’assaut, d’imagerie et de collecte d’information ».

« La puissance du Hezbollah ne dépend donc plus des ressources financières ; le pouvoir du Hezbollah vient plutôt d’une richissime industrie militaire », écrit le média israélien.

Parmi les drones les plus importants du Hezbollah, centre d’études sur les crises sécuritaires cite « le drone Ayoub, fabriqué en s’inspirant du Hermes-450 qui s’est écrasé en 2006 à Beyrouth, ou encore le drone Mersad-2 construit à l’image du drone iranien Mohajer. Le drone Ababil, dévoilé en 2006, est, lui aussi, l’un des drones importants du Hezbollah qui a d’ailleurs subi plusieurs étapes d’amélioration, sans oublier le drone Rami-1, une version du drone iranien Raad-1 ».

« Non seulement la puissance militaire du Hezbollah n’a pas diminué, mais tout au contraire, elle a augmenté au cours de ces dernières années », a déclaré au site d’information Walla le directeur de ce centre d’études sur les crises sécuritaires. L’expert de sécurité consulté par Walla estime que la dernière décennie a été marquée par les efforts du Hezbollah afin d’acquérir et puis, augmenter sa puissance militaire avec des armes conventionnelles avancées dans le domaine des drones, de la défense antiaérienne, des missiles à haute précision, etc.

Citant des sources concordantes, le média israélien a écrit dimanche 20 février que l’infiltration du drone Hassan dans l’espace aérien israélien et son retour sans difficulté au Liban montre que l’armée israélienne fait face à de nouveaux défis.

« L’entrée du drone Hassan dans le ciel israélien, après avoir échappé l’attaque des chasseurs et hélicoptères israéliens et alors que les sonnettes d’alarme ont été tirées à deux reprises avec l’activation du Dôme de fer, a semé la panique au nord », a pour sa part écrit le journal Yediot Aharanot.

L’armée israélienne a confirmé vendredi 18 février les rapports des sources d’information sur l’entrée d’un drone du type Hassan de la Résistance libanaise dans le ciel israélien, suite à quoi le système de défense antiaérienne Dôme de fer a été activé. L’armée israélienne a pris quelques heures pour avouer que malgré l’utilisation de divers moyens d’interception (avion de chasse, hélicoptère et le fameux Dôme de fer), elle n’a pas réussi à intercepter cet avion sans pilote qui est, par conséquent, retourné indemne au Liban.

Source PressTV

Partager
0
Commentez cette publication.x
()
x