Libye : Des gardiens abattent six migrants dans un centre de détention


Les forces de sécurité libyennes ont détenu plus de 5 000 migrants, réfugiés et demandeurs d’asile au cours de la semaine écoulée.

Des gardes ont tiré et tué six migrants dans un centre de détention de Tripoli vendredi, a déclaré le chef de la mission de l’agence des Nations unies pour les migrations en Libye, ajoutant que de nombreux migrants se sont échappés dans la pannique.

« Des tirs ont éclaté et six migrants ont été tués au total. Ils ont été abattus par les gardes », a déclaré à l’AFP Federico Soda, chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Libye.

« Nous ne savons pas ce qui a déclenché l’incident d’aujourd’hui mais c’est lié à la surpopulation et à la situation terrible, très tendue » dans le centre Al-Mabani de la capitale, a-t-il dit.

Il a ajouté qu’au moins 20 autres migrants ont été blessés.

Selon M. Soda, les forces de sécurité de Tripoli ont arrêté au moins 900 migrants vendredi, dont probablement un grand nombre de ceux qui avaient fui le centre de détention.

La surpopulation du centre de détention, situé dans le quartier de Ghout al-Shaal, a provoqué le chaos parmi les gens qui dormaient à la belle étoile alors que les forces de sécurité étaient présentes.

Deux habitants de Tripoli ont déclaré à Reuters qu’ils avaient vu un grand nombre de migrants courir dans les rues du quartier.

Les forces de sécurité libyennes ont arrêté plus de 5 000 migrants, réfugiés et demandeurs d’asile, pour la plupart originaires d’Afrique subsaharienne, lors d’une série de raids à grande échelle au cours de la semaine dernière, les hébergeant dans des centres de détention surpeuplés et insalubres, a déclaré l’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Les autorités libyennes ont déclaré la semaine dernière que Tripoli avait mené une « opération de sécurité majeure » dans la capitale contre des criminels présumés, des trafiquants d’alcool et de drogue et des immigrés clandestins, et arrêté des centaines de migrants dans le cadre de cette opération.

« De nombreux auteurs de crimes » ont été arrêtés et « des centaines d’immigrants illégaux ont été transférés dans des centres d’hébergement », a déclaré le procureur général dans un communiqué.

Plus tôt vendredi, le HCR a déclaré qu’il était de plus en plus alarmé par la situation des migrants et des réfugiés en Libye après la répression, ajoutant que les raids ont également impliqué la démolition de bâtiments inachevés et de maisons de fortune qui ont créé une panique et une peur généralisées à Tripoli.

« Nous continuons d’appeler les autorités à respecter à tout moment les droits de l’homme et la dignité des demandeurs d’asile et des réfugiés, à mettre fin à leurs arrestations et à libérer les personnes détenues », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

L’agence a également appelé à la reprise des vols humanitaires au départ de la Libye, suspendus depuis près d’un an, selon elle.

Les migrants sont connus pour se rendre par voie terrestre en Libye, où ils prévoient d’entamer leur traversée de la Méditerranée en direction de l’Italie.

Certains sont retenus par les gardes-frontières à leur entrée dans le pays, tandis que d’autres sont arrêtés par les garde-côtes libyens alors qu’ils entament leur voyage.

Selon l’OIM, au moins 1 146 personnes sont mortes en mer en tentant de rejoindre l’Europe au cours du premier semestre 2021.

Lundi, les enquêteurs de l’ONU ont déclaré que les abus contre les migrants et les réfugiés en Libye étaient « à grande échelle… avec un haut niveau d’organisation et avec l’encouragement de l’État… suggérant des crimes contre l’humanité ».

Partager
0
Nous aimerions avoir votre avis en commentaire.x
()
x