Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

27/05/2020

Ingérence américaine au Liban: Prélude au déploiement de la FINUL au nord?


Ingérence
américaine au Liban: Prélude au déploiement de la FINUL au nord?



30/04/2010


La scène politique libanaise est perturbée à la suite de la révélation
de la visite sécuritaire américaine à la frontière libano-syrienne.

Des sources sécuritaires sous couvert de l’anonymat ont raconté à la chaine télévisée AlManar que la délégation sécuritaire américaine était escortée par l’armée
libanaise. Selon elles, "la délégation a franchi le passage au début,
et avait le feu vert d’entrer au territoire syrien sans que personne
n’ose l’arrêter. Elle a ensuite effectué une tournée autour du passage,
et s’est renseignée sur l’enregistrement des par la
sureté générale et le passage des voitures par les douanes.



Cette délégation est restée sur place pendant trois heures et demie,
elle a convoqué tous les officiers, les lieutenants et les soldats de
la sureté générale, des douanes et de la police militaire".



"L’un des officiers a été interrogé pendant 45 minutes sur les moindres
détails de son travail, dont entre autre son emploi du temps! Les deux
officiers américains ont par ailleurs visité les chambres à coucher des
militaires, et y sont restés pendant deux heures et demie sans qu’aucun
officier n’appelle ses responsables pour les informer!".

Sur le plan gouvernemental, les ministres
se sont lancé les accusations. Alors que le ministre de l’intérieur a
qualifié la visite de "normale", il a affirmé que la sureté générale
n’était pas incluse dans l’affaire.

Le ministère des Affaires étrangères a lui aussi démenti avoir été informé de cette visite.

Pour leur part, l’armée libanaise et la gendarmerie ont toutes les deux démenti tout lien dans l’affaire.


Bref, en attendant de savoir qui est la partie qui a donné
l’autorisation à cette visite, une chose est sûre: cette visite n’est
pas du tout innocente, ni dans son timing, ni dans ses objectifs, au
moment où les Etats-Unis accusent la Syrie de fournir des missiles Scud
au Hezbollah.

La résolution 1701 serait-elle prochainement
modifiée? Verrions-nous des forces de la FINUL à la frontière
libano-syrienne pour contrôler le soi-disant trafic d’armes?

Pour
le général à la retraite Amine Houteit, "c’est un crime de faire passer
sous silence la visite de la délégation sécuritaire américaine".

www.almanar.com.ib

Plus d’histoires de

About