Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

25/06/2017

L’armée poursuit partout les bandes à Damas


Vendredi soir, outre Midane, les autorités ont repris le contrôle du quartier de Barzeh, dans le nord de Damas, les rebelles confirmant leur « repli tactique » de ces deux quartiers. Toujours dans le nord de l’agglomération, Qaboun serait pratiquement libéré des bandes. Au sud de l’agglomération, le faubourg d’al-Kadam, contigu à celui d’al-Tadamone, aurait lui aussi été purgé de toute force rebelle constituée. Une source sécuritaire a affirmé à l‘AFP que les combats avaient cessé à Tadamone, base de départ des rebelles à Damas..

On signalait des combats dans le quartier Ruken Al-Din, ainsi qu »à Jobar (nord-est) où l’armée semble progresser assez vite, et à Daraya. L’armée progressait ausi dans le quartier (nord-ouest) de Kafar Soussé. Autre zone d’affrontement, les « Champs de Mezzeh », aux approches sud-ouest de la capitale. Systématiquement, les militaires multiplient les points de contrôle aux limites des quartiers afin d’empêcher les bandes décimées d’ »exporter » le chaos dans le secteur voisin.

Sinon, une forte explosion à signaler dans le tunnel d’Al-Amwyeen, qui aurait occasionné d’ importants dégâts matériels. Ce pourrait être l’explosion qu’a entendu la correspondante de Russian Today, Maria Finoshina.

Pour autant la sécurité n’est pas totalement rétablie : le journaliste Mohamed Aisa’id de la télévision syrienne a été kidnappé à Jdaidet Artouz (Damas) vendredi ; ses amis et collègues ont lancé une mise en garde, demandant de « ne pas croire aux informations qui seront lues par ce journaliste tant que l’annonce de sa libération des mains de ses ravisseurs n’aura pas été faite officiellement sur les médias syriens ».

Premier bilan de la « bataille » de Damas

Reste qu’au soir du cinquième jour de ce que l’ASL présentait comme la bataille décisive pour la « libération » de Damas et la chute ou la fuite de Bachar, il semble bien que les groupes armés ne livrent plus que des combats d’arrière-garde, prélude à un « repli tactique » cette fois global. Il se peut que certains puissent se cacher, en attendant « des jours meilleurs », dans des secteurs où la population est plus favorable – relativement au reste de la ville – à l’opposition. Mais on imagine que les autorités vont tout faire pour ne laisser aucun insurgé se refaire une santé ailleurs. Cette bataille de Damas est pour le pouvoir une chance de « casser », militairement et moralement, une partie appréciable de l’insurrection.

Celle-ci, en revanche, peut au moins se vanter d’avoir apporté une atmosphère de guerre et de chaos dans la capitale du pays, jusque-là largement épargnée, si l’on excepte les attentats à la voiture piégée et les combats dans le secteur de Douma (nord-est de l’agglomération), par les violences de l’ASL. Mais ce succès médiatique et psychologique ponctuel lui aura certainement coûté très cher. Accessoirement, les Damascènes dans leur grande majorité risquent de développer un puissant sentiment de « plus jamais ça » et de resserrer les rangs autour du régime. Du reste, l’AFP reconnait, ce samedi 21 juillet, que les manifestations d’opposants du vendredi ont été « de faible ampleur » et n’en signale qu’à Damas et Deraa.

Les postes-frontières repris

Dans le reste du pays, le gouvernement a marqué également des points. S’appuyant sur des sources officielles tant syriennes qu’irakiennes, la chaîne d’information al-Mayadine – lancée récemment par des dissidents d’al-Jazeera pour contrer la désinformation de cette dernière – a confirmé vendredi après-midi la reprise du poste frontalier (vers la Turquie) de Bab al-Hawa, dans le nord d’Idleb. Mais aussi de Boukamal (ou al-Bukamal), la ville frontalière avec l’Irak, située sur l’Euphrate. Mais peut-être s’agit-il plus exactement du poste-frontière et non de la vile elle-même.

À en croire l’OSDH – et donc les médias français – une nouvelle « bataille » majeure s’est ouverte vendredi à Alep, la deuxième ville de Syrie, mais l’officine londonienne pro-ASL ne donne guère de détails à ce sujet : l’OSDH a une fâcheuse tendance à inventer des « violents combats » là où il y a de simples échanges de tirs. Mais attendons d’en savoir plus…

 

Source : InfoSyrie 

A lire aussi
Syrie: Attaque contre le complexe de la Sécurité nationale, attentat ou frappe de missile ?
Un très puissant attentat à l’explosif vient de viser le bâtiment ultra-sécurisé de la sécurité nationale, tuant quatre très hauts responsables syriens et causant des blessures à une dizaine d’autres. D’autres ...
Lire la suite...
Le Docteur Shakir acceuilli dans la ville de Bani Walid le 5 fevrier 2012
Libyan Free Press : "Juste reçu via Youtube/mailing/system privé : nous ne pouvons pas confirmer ces nouvelles, mais la source est fiable." - (1) Une flotte composée de onze avions de ...
Lire la suite...
Syrie : Les coulisses parisiennes du conclave de Doha ! par Nasser Charara
IRIB-La Conférence de Doha sur la Syrie, courant Novembre 2012,.... .. a comporté un versant obscur qui a consisté en l’élaboration d’un plan destiné à modifier la réalité militaire ...
Lire la suite...
Nouvelles preuves des mensonges et crimes des rebelles de l'OTAN
Dispute entre chef rebelle Misurati et porte-parole militaire du CTN Dispute lors d'une conversation téléphonique entre un chef rebelle Misurati et le porte-parole militaire du CTN, le colonel Ahmed Bani, mettant à ...
Lire la suite...
Derrière l’enjeu malien : la France coloniale cherche à punir l’Algérie, par Laid Seraghni
Note de LVO : Nous publions cette analyse de Laid Seraghni car elle contient certains faits réels, mais nous avertissons nos lecteurs qu'elle contient aussi des passages avec lesquels nous ...
Lire la suite...
Scandale à l’ambassade américaine Alger: Le chef de la CIA drogue et viole deux Algériennes
Scandale à l'ambassade américaine à Alger: Le chef de la CIA drogue et viole deux Algériennes  L'ex-chef de la CIA à Alger, Andrew Warren, est soupçonné par la justice américaine d'avoir ...
Lire la suite...
Réponse de Smaïn Bédrouni à Eric Zemmour qui réclame «sa part» du pétrole algérien
Un guignol français réclame «sa part» du pétrole algérien  Le journaliste français Eric Zemmour a estimé sur un plateau de télévision que «l’Algérie ne mérite pas que la France lui présente ...
Lire la suite...
Kadhafi est devenu un trop grand danger pour le Sionistan – PARTIE IV
Kadhafi est devenu un trop grand danger pour le Sionistan - PARTIE IVInternational (LVO) : Dans le précédent article, nous avons porté à votre connaissance trois messages écrits par le ...
Lire la suite...
L’incroyable détournement du mot liberté
La liberté est un mot qui est aujourd'hui beaucoup utilisé dans les couloirs de Londres et de Washington, alors qu'ils se préparent pour la guerre avec l'Iran et tentent de ...
Lire la suite...
Gbagbo: Criminel ou démocrate ? A la Haye, les vrais criminels ne sont pas jugés
Attention, publication exceptionnelle. Les liens renvoient à des articles écrits par des Ivoiriens eux-mêmes parfois au péril de leur vie (Ch D). Justice de vainqueurs, quand les rôles sont inversés Par Chantal Dupille   Un journal français (Marianne), ...
Lire la suite...
Syrie: Attaque contre le complexe de la Sécurité
Front de Libération Libyen – Nouvelles du front
Syrie : Les coulisses parisiennes du conclave de
Nouvelles preuves des mensonges et crimes des rebelles
Derrière l’enjeu malien : la France coloniale cherche
Scandale à l’ambassade américaine Alger: Le chef de
Réponse de Smaïn Bédrouni à Eric Zemmour qui
Kadhafi est devenu un trop grand danger pour
L’incroyable détournement du mot liberté
Gbagbo: Criminel ou démocrate ? A la Haye,

Mots clés: , , , , , , , , , ,

Plus d’histoires deDémocratie

About LVO