Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

24/04/2018

les commandements naval et terrestre d’AFRICOM s’installeront en Italie


Dans le silence général : les commandements naval et terrestre d’AFRICOM s’installeront en Italie

Voilà ce que l’on croyait savoir

Avec la naissance du Commandement Africa (Africom), c’est la planisphère géo-stratégique du Pentagone qui a changé depuis le mercredi 1er octobre 2008. Photo couverture : Emblème du commandement militaire américain pour l’Afrique. .

D’où la décision de constituer un commandement spécifique pour l’Afrique. Pour contrôler cette zone stratégique et quelques autres, comme la Corne d’Afrique à l’embouchure de la Mer Rouge (où, à Djibouti, est basée une task force étasunienne), le Pentagone a entraîné, dans le cadre du programme Acota, 45.000 soldats africains et formé 3.200 instructeurs africains. Cette tâche sera maintenant portée par le Commandement Africa, qui s’appuiera encore plus sur les élites militaires pour amener le plus grand nombre possible de pays africains dans la sphère d’influence étasunienne. La naissance du Commandement Africa a de notables implications aussi pour l’Italie, dans la mesure où l’AfriCom (dont le quartier général reste pour le moment à Stuttgart) sera supporté par les commandements et les bases étasuniennes en Italie. Confirmé par le fait que le 4 octobre, trois jours à peine après la création de l’AfriCom, arrivera d’Afrique du Sud le groupe d’attaque du porte-avions Theodore Roosevelt, avec à son bord 7.000 hommes, envoyé par le commandement des forces navales US en Europe, dont le QG est à Naples.

porte-avions Theodore Roosevelt - 28 ko

porte-avions Theodore Roosevelt

Il est prévisible aussi que la 17ème force aérienne Us, réactivée le 22 septembre à Ramstein pour être mise à la disposition de l’Africom, opérera non pas de la base allemande, mais des bases en Italie, comme Aviano et Sigonella. On peu également prévoir que les matériaux nécessaires à l’AfriCom seront fournies par la base étasunienne de Camp Darby (Province de Pise,). Particulièrement important, le rôle de la base aéronavale de Sigonella : c’est ici, depuis 2003, qu’opère la Joint Task Force Aztec Silence, la force spéciale qui mène en Afrique des missions d’espionnage, de surveillance et d’opérations sécrètes dans le cadre de la soi-disant « guerre mondiale contre le terrorisme ». Voilà ce que nous savions…à peu près. NDLR


Voilà maintenant ce qu’on nous apprend.

AUTEUR : Campo Antiimperialista

Dans le silence général, le gouvernement Berlusconi a autorisé l’installation de deux des structures d’Africom, le nouveau commandement des forces armées usaméricaines pour les interventions en Afrique, à Naples et à Vicence.

Pour être exact, la composante navale d’Africom sera installée à Naples, où elle peut compter sur les structures de Capodichino, Gricignano et Gaeta, et la composante terrestre utilisera les structures vicentines de Camp Ederle et Dal Molin, tandis que la composante aérienne restera à Stuttgart. En particulier, le choix de Naples permettra l’utilisation de l’aéroport de Capodichino, qui a été étendu pour permettre des escales aux avions de l’US Navy et de l’Air Force, alors que les ports de Naples et de Gaeta sont utilisés en permanence par des unités navales US.

En fin de compte,l’Italie l’a emporté sur l’Espagne, qui, dans un premier temps, semblait avoir été choisie (les Usaméricains choisissent, les Alliés acceptent, à Madrid comme à Rome) pour accueillir les commandements US sur la base navale US de Rota (Cadix).

Mais qu’est-ce qu’Africom ?

Le gouvernement italien, par la voix de M. Frattini, a essayé de présenter cette nouvelle structure comme si elle était consacrée à l’aide humanitaire aux peuples africains, passant allègrement sous silence la nature agressive de ce nouvel instrument de la politique impériale.

Ronald Spogli - 21.3 ko

Ronald Spogli
 

Pour le financer, le Congrès US a déjà alloué 226 millions de dollars, et ses objectifs ont été bien décrits par l’Ambassadeur US en Italie, Ronald Spogli : « Les objectifs des nouveaux commandements Africom visent à la sécurité et à l’augmentation de l’aide humanitaire par le biais de quatre activités : la prévention des conflits, la promotion de la croissance économique, le contrôle des flux migratoires et la prévention du terrorisme. »

Ces quatre volets peuvent facilement être traduits par « nous ferons tout pour affirmer nos intérêts économiques et géopolitiques en Afrique » Sans aucun doute Africom est né du désir de parvenir à une présence plus forte et à une politique de contrôle au moins dans les zones stratégiques de l’Afrique, avec trois objectifs centraux : combattre les mouvements de libération et les gouvernements qui ne sont pas asservis, contrer la pénétration des autres puissances (notamment la Chine) dans des pays importants comme le Congo, le Soudan, l’ Angola, pour assurer le contrôle des matières premières (si le brut africain ne représentait en 2001 que 10% des importations usaméricaines, il est maintenant à 15% et devrait atteindre 25% en 2015).

La nature impérialiste de cet instrument est tout à fait claire, mais face à cela et aussi face au fait que l’Italie devient l’avant-poste des opérations militaires contre l’Afrique, la gauche est silencieuse. Quelle meilleure confirmation d’une servilité bipartite maintenant sans frontières ? D’ailleurs, le même Spogli a voulu mettre en valeur les relations italo-américaines (dans le cadre du G8) pour la formation des forces de « maintien de la paix » et le responsable des interventions de « maintien de la paix" de l’ONU en Afrique n’est autre que l’ancien Premier ministre, Romano Prodi …. Les mensonges du gouvernement italien sont vraiment gros, mais presque personne ne lui demande de comptes.

Le général William « Kip » Ward, est à la tête de l’Africom.(Photo : Africom) - 39.8 ko

Le général William « Kip » Ward, est à la tête de l’Africom.(Photo : Africom)
 

Il y a quelque temps, le général William "Kip" Ward, commandant de l’Africom et ancien chef des troupes usaméricaines en Bosnie, avait déclaré : « La base d’Africom sera installée sur le sol africain. » Mais la conviction que les pays africains allaient se battre pour avoir la base sur leur sol de base s’est rapidement envolée, l’Afrique du Sud, l’Algérie, la Libye et le Nigeria ont dit non. Tout comme ont dit non la Southern Africa Development community (organisation des pays de l’Afrique australe), aussi bien que la Cen-Sad (Communaué des États sahélo-sahariens), ou encore la Cedao-Ecowas (Communauté économique de l’Afrique ocidentale). Le seul pays à annoncer sa disponibilité avait été l’insignifiant Libéria.

Eh bien, dans ce contexte, le ministre Frattini a eu le culot de dire « en avoir informé (de la décision italienne d’accueillir le commandement US, NDLR) même les pays africains qui ont exprimé un grand soutien à cette décision » Culot sans limite, mais prix politique zéro, puisque la prétendue opposition parlementaire a l’intention de discuter (en se livrant à des performances grotesques) sur des questions autrement plus "stratégiques" comme la TVA sur Sky. Et vu que l’ancienne gauche arc-en-ciel, tout en étant encore dans un état de confusion, est aussi atteinte du syndrome de l’obamisme et nous savons qu’Obama appuie pleinement le choix d’Africom.

Sous prétexte d’aider l’Afrique, les États-Unis et l’Europe la pillent à qui mieux mieux - 468.8 ko

Sous prétexte d’aider l’Afrique, les États-Unis et l’Europe la pillent à qui mieux mieux

C’est Bush qui avait mis en évidence la vraie mission d’Africom, en disant qu’il servirait à renforcer la coopération contre les forces islamiques. Et pour que tout le monde comprenne, il avait mentionné à cet égard, l’aide offerte à l’Éthiopie contre les tribunaux islamiques en Somalie. Aide qui, il y a deux ans, a permis une occupation qui de toute évidence s’essouffle aujourd’hui face à la force de la guérilla islamique. Ces concepts ont été repris par le général Ward (Adnkronos 26 Novembre), qui a fait savoir que les USA sont prêts à intervenir dans la lutte contre la piraterie le long des côtes somaliennes.

Hier, il y avait les États voyous, les armes de destruction massive, les terroristes plus ou moins islamiques ; voilà maintenant qu’on nous sort un nouvel ennemi nécessaire pour justifier de nouvelles entreprises militaires : les pirates.

Depuis deux jours, nous savons que ces entreprises vers l’Afrique partiront d’Italie, de quoi donner une nouvelle jeunesse au colonialisme tricolore.

Le gouvernement est d’accord, l’opposition aussi, le Parlement n’en discutera peut-être même pas. Ainsi vont les choses dans l’Italie bipolaire.


Traduit par Fausto Giudice

Fausto Giudice est membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d’en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

Sources : en italien et en français
A lire aussi
MESSAGE A l’EMIR DU QATAR ET LES BEDOINS DU GOLF (+ 2 videos)
Hymne National Complet (Chant + Texte) Hymne National Algérien : Traduction en français Par les foudres qui anéantissent, Par les flots de sang pure et sans tache, Par les drapeaux flottants qui flottent Sur les hauts ...
Lire la suite...
La justice française confirme l’inculpation du diplomate algérien
AFFAIRE MECILI: La justice française confirme l'inculpation du diplomate algérienRebondissement dans l’affaire Mecili. La cour d'appel de Paris a confirmé hier l'inculpation pour «complicité d'assassinat» de Mohammed Ziane Hasseni, responsable ...
Lire la suite...
Gaza: « on n’en veut pas des larmes des Arabes, mais leurs chars »
Le ministre de l’Intérieur du gouvernement de Gaza, Fethi Hamad, a appelé mercredi à la nécessité de débloquer les fonds arabes qui dorment dans les banques américaines et européennes, pour ...
Lire la suite...
L'OTAN et les rebelles n'y croient plus
Les pilotes de l'OTAN auraient dit que certains d’entre eux ne sont pas certain de faire une bonne chose en bombardements en Libye, et auraient également exprimé leur réticence à ...
Lire la suite...
Nouvelles de Libye [11-10-2011]
Plus de 500 mercenaires tués et blessés à Syrte La chute d’un commando parachutiste à syrte Préserver l'histoire  ...
Lire la suite...
LES VRAIES RAISONS DE LA GUERRE EN LIBYE
Jean-Paul Pougala   (*) Jean-Paul Pougala est un Ecrivain Camerounais, Directeur de l’Institut d’Etudes Géostratégiques et Professeur de Sociologie et de Géopolitique à la Geneva School of Diplomacy de Genève en ...
Lire la suite...
Téhéran: un scientifique iranien lié au programme nucléaire assassiné dans un attentat
Téhéran: un scientifique iranien lié au programme nucléaire assassiné dans un attentat Téhéran: un policier se poste devant les lieux présumés de l'attaque contre le scientifique iranien. REUTERS/IIPA/Sajad Safari Par RFI Un attentat à ...
Lire la suite...
Le Drapeau Vert National flotte de nouveau sur Bani Walid
NOUVEAUX RAPPORTS : BANI WALID libérée des mercenaires de l'OTAN International (LVO) : Ainsi que le confirment de nouveaux rapports, les combattants de la résistance et les partisans de la Jamahiriya ...
Lire la suite...
Libye : Le nouveau retour des criminels de guerre
International (LVO) : Les États-Unis et leurs alliés se sont lancé dans une nouvelle opération de changement de régime. Avant, de lancer leurs attaques contre les Libyens, ils ont ironiquement predit ...
Lire la suite...
Un ex-agent de la CIA affirme que les Pasdaran ont infiltré l’armée US
International (LVO) : C'est l'histoire d'un ex-espion de la CIA, d'origine iranienne, qui visiblement n'ayant jamais pu accéder au Top du Top au cours de sa carrière et qui, pour ...
Lire la suite...
MESSAGE A l’EMIR DU QATAR ET LES BEDOINS
La justice française confirme l’inculpation du diplomate algérien
Gaza: « on n’en veut pas des larmes des
L'OTAN et les rebelles n'y croient plus
Nouvelles de Libye [11-10-2011]
LES VRAIES RAISONS DE LA GUERRE EN LIBYE
Téhéran: un scientifique iranien lié au programme nucléaire
Le Drapeau Vert National flotte de nouveau sur
Libye : Le nouveau retour des criminels de
Un ex-agent de la CIA affirme que les

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Plus d’histoires deAfrique

About