Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

Arabie saoudite : Assassinat du fidèle Savant, le CHEIKH NEMR BAQER NEMR par les Saoud


CHEIKH NEMR BAQER NEMR, le 7 octobre 2011 :

” Depuis notre naissance, nous sommes soumis à l’oppression, à l’intimidation, aux persécutions et à la terreur, au point que même les murs nous faisaient peur. Même les murs ! Y a-t-il quelqu’un qui n’a pas subi l’injustice et l’oppression dans ce pays ? J’ai plus de 50 ans, soit un demi-siècle. Depuis que je suis venu au monde, je ne me suis jamais senti en sûreté ou en sécurité dans ce pays, nulle part, depuis mon enfance. Nous sommes continuellement accusés, menacés et agressés de toutes parts… Nos poitrines resteront nues face à vos balles et nos mains resteront vides (sans arme), mais nos cœurs resteront emplis de foi… Nous n’avons qu’une alternative : vivre sur cette terre en hommes libres et dignes, ou y être enterrés avec les honneurs (après le martyre)… Nous ne cesserons de dénoncer votre oppression et de revendiquer nos droits. ”


 

[KGVID width=”600″ height=”452″]http://stcom.net/news/wp-content/uploads/2016/01/12456053_1541875582796359_1791840231_n.mp4[/KGVID]10580032_1666517013620345_1608871007198586619_n

 


Arabie saoudite: le cheikh al-Nimr exécuté parmi près de 50 personnes

Le royaume sunnite d’Arabie saoudite vient de décapiter 47 personnes condamnées pour terrorisme. Parmi elles : un dignitaire religieux chiite, Nimr Baqr al-Nimr, 56 ans. Le chiffre de ces exécutions est considérable, mais il ne constitue pas véritablement une surprise. En revanche, les conséquences de la mort du dignitaire chiite sont imprévisibles. Des dizaines de personnes ont manifesté à Bahreïn ce samedi.

Il y a plusieurs semaines, un journal proche du ministère saoudien de l’Intérieur avait annoncé l’exécution imminente d’une cinquantaine de terroristes. Cette annonce, qui était quasiment passée inaperçue, n’avait pas été suivie immédiatement d’effet comme on aurait pu s’y attendre. Elle s’inscrivait dans la campagne officiellement menée par le royaume contre al-Qaïda et le groupe Etat islamique, juste avant l’annonce, il y a quinze jours, d’une coalition de 34 pays sunnites contre le terrorisme. Mais beaucoup craignaient que le régime saoudien profite de ces exécutions pour éliminer des opposants chiites n’ayant rien à voir avec le jihadisme. Et c’est effectivement ce qui s’est produit avec la décapitation du cheikh Nimr Baqr al-Nimr.

Le risque d’une vive réaction dans l’est du royaume saoudien

En octobre 2014, Nimr al-Nimr, religieux chiite non violent et opposant virulent à la dynastie des al-Saoud, avait été condamné par un tribunal saoudien à la décapitation, suivie de crucifixion, pour sédition. Il avait été la figure de proue du mouvement de contestation qui avait éclaté en 2011 dans l’est de l’Arabie saoudite, où vit la majorité de la communauté chiite. Nimr al-Nimr demandait des élections libres, en ayant toujours soin de ne pas recourir à la violence. En 2012 il est arrêté, deux de ses partisans sont tués dans les manifestations qui suivent…

Son neveu Ali Mohammed al-Nimr, âgé de 17 ans seulement au moment des faits qui lui sont reprochés (participation à une manifestation), écopait de la même peine quelques mois plus tard. On attend désormais de voir comment réagiront les alliés occidentaux de l’Arabie saoudite, à commencer par la France et les Etats-Unis. Mais compte tenu de la très grande popularité du cheikh Nimr al-Nimr chez les chiites saoudiens, qui représentent 10 % de la population du royaume, il faut surtout s’attendre à de très vives réactions dans le pays lui-même, notamment dans la province orientale.

Le frère de Nimr al-Nimr s’exprime après la mort de ce dernier

L’exécution de Nimr Baqr al-Nimr risque de provoquer une poussée de « colère des jeunes » d’Arabie saoudite, a prévenu le frère du cheikh, Mohammed al-Nimr, auprès de l’Agence France-Presse. Ce dernier appelle au calme et « espère qu’il y aura un mouvement de protestation pacifique ». « Il y aura des réactions négatives à l’intérieur du royaume et à l’étranger, mais nous espérons qu’elles seront pacifiques », explique-t-il. « Nous rejetons la violence et l’affrontement avec les autorités tout comme le martyr cheikh. » Ce samedi, des dizaines de personnes ont d’ores et déjà manifesté à Bahreïn. Elles ont brandi des portraits du cheikh et se sont opposées aux forces de l’ordre dans le village chiite d’Abou Saïba, à l’ouest de la capitale Manama. La police locale a dû tirer des gaz lacrymogènes.

Les premiers commentaires viennent de Téhéran et de Beyrouth

L’Iran, grande puissance chiite, avait mis en garde l’Arabie saoudite contre les conséquences d’une exécution de Nimr al-Nimr. Et Téhéran n’a pas tardé à réagir à l’annonce de sa décapitation. « Le gouvernement saoudien soutient d’un côté les mouvements terroristes et extrémistes, et dans le même temps utilise le langage de la répression et la peine de mort contre ses opposants intérieurs », dénonce Hossein Jaber Ansari, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, qui assure que Riyad « paiera un prix élevé pour ces politiques ». Le Conseil suprême islamique chiite du Liban condamne également les faits, qualifiés d’erreur « grave ». « L’exécution du cheikh Nimr est la mise à mort de la raison, de la modération et du dialogue », écrit le cheikh Abdel Amir Kabalan, vice-président du Conseil, dans un communiqué.

 

[KGVID width=”600″ height=”338″]http://stcom.net/news/wp-content/uploads/2016/01/12495389_195188730828941_1886168168_n.mp4[/KGVID]

 

3062_1666763140262399_632041905972210612_n

” Appel à un Rassemblement devant l’Ambassade de l’Arabie Saoudite à Paris. Samedi 9 janvier 2016 à 15 heures.

Contre l’assassinat du CHEIKH NEMR BAQER NEMR, paix et salut sur son âme, par le régime wahhabite de l’Arabie Saoudite.

Le Collectif Français pour La Liberté Des Peuples appel à un rassemblement le samedi 09 janvier 2016 à partir de 15h devant l’Ambassade de l’Arabie Saoudite à Paris.

Non à la Barbarie wahhabite
Non au Terrorisme salafiste
Non à l’assassinat politique
Vive la lutte pacifique du Peuple du Hijaz en Arabie.

Venez nombreux pour dénoncer un régime criminel et féodal.

LIEUX : Place du Général Brocard 75008 Paris
Date et heure : Samedi 9 janvier 2016 de 15 à 18 heures.
Rassemblement autorisé par la Préfecture de Paris.

PARIS LE 5 JANVIER 2016
Collectif Français Pour La Liberté Des Peuples.”

Plus d’histoires deDémocratie