Les Talibans vont construire un gazoduc avec l’aide de la Russie


L’envoyé des Talibans à Moscou déclare que l’Afghanistan est prêt à construire le gazoduc TAPI

Les autorités de l’Afghanistan, qui est sous le contrôle du mouvement des Talibans depuis août dernier, sont prêtes à tout mettre en œuvre pour poursuivre la construction du gazoduc TAPI qui devrait passer par leur territoire. Jamal Nasir Garval, chargé d’affaires de l’Afghanistan à Moscou, a fait cette déclaration dans une interview accordée à RIA Novosti.

Selon lui, la mise en œuvre du projet n’est plus menacée et Kaboul est très désireuse de continuer à coopérer avec la Russie sur cette question. M. Garval a souligné qu’à l’heure actuelle, de nombreuses personnalités souhaitent prendre part au projet.

L’envoyé a également déclaré que les pays négocient dans le domaine des affaires et de la finance. Parmi les domaines spécifiques, il a mentionné l’achat de gaz naturel par l’Afghanistan, dont le pays a cruellement besoin. M. Garval a toutefois souligné que les talibans avaient l’intention de signer des accords spécifiques avec Moscou et qu’ils souhaitaient des investissements plutôt que des prêts à titre d’aide.

Le gazoduc TAPI (Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde) a commencé à être construit en décembre 2015, après quoi sa date de lancement a été reportée à plusieurs reprises. La longueur totale du tracé est de 1 814 kilomètres et sa capacité est d’environ 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an. La section afghane de l’oléoduc a toujours été considérée comme la plus problématique en raison de l’instabilité interne, notamment du fait que certaines parties du pays sont contrôlées par les Talibans.

En juillet 2021, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, a affirmé que Moscou souhaitait participer à l’achèvement du TAPI. En août, peu après la prise du pouvoir, les talibans ont réitéré leur intérêt pour le projet.

La question de la fourniture de gaz aux Talibans devient plus urgente pour la Russie en raison de la crise des relations avec l’Union européenne. La région s’efforce de réduire la consommation d’énergie en provenance de Russie en raison de la situation en Ukraine. En outre, en raison de la guerre des sanctions, la capacité d’acheminement des fournitures est considérablement réduite. Par exemple, le pipeline Yamal-Europe a été complètement fermé cette semaine.

Partager
0
Commentez cette publication.x
()
x