Aller à…

La Voix Des Opprimés

Le journal des incorruptibles

RSS Feed

Libye : Le nouveau retour des criminels de guerre


International (LVO) : Les États-Unis et leurs alliés se sont lancé dans une nouvelle opération de changement de régime. Avant, de lancer leurs attaques contre les Libyens, ils ont ironiquement predit qu’il y aurait des pertes civiles.  Ils prétendent agir pour sauver des populations civiles, mais ces dernières seront tués de leur mains.

"Le Premier ministre Stephen Harper a déclaré que cette action représente un « acte de guerre essentiel pour éliminer Mouammar Kadhafi du pouvoir avant qu’il ne massacre encore plus son propre peuple », selon le Journal Edmonton. [1] Il a également ajouté: "Le Premier ministre a reconnu que l’opération militaire sera complexe et pourrait entraîner des victimes parmi les civils que les nations sont en train d’essayer de protéger, et peut-être aussi parmi le personnel militaire envoyé en Libye." [2]

Quelques heures après les attentats, les sources en Libye ont rapporté que trois établissements médicaux ont été bombardés. [3] Deux d’entre eux étaient des hôpitaux et une clinique médicale. [4]  Il s’agit d’installations civiles.

L’Hôpital Al-Tajura a été touchée ainsi que l’Hôpital Saladin à Aïn Zara. La clinique qui a été bombardé se trouvait également dans les environs de Tripoli, la capitale libyenne. [5]  Non seulement ce sont des structures civiles, mais elles sont  aussi toutes situées loin de la zone de combat.

Les installations civiles aéronautiques à travers la Libye ont été attaquées. [6]  Des sources libyennes ont également déclaré que toutes les académies militaires libyennes ont également été détruites. [7] Il s’agit d’un moyen d’empêcher la Libye de former des officiers et de se défendre.

Les mêmes sources ont également indiqué que toutes les bases militaires libyennes ont été attaquées, même celles qui ne sont pas concernées par la fameuse "no fly zone" cette zone d’interdiction de vol. Les bases aériennes libyennes, les bases navales, et les bases terrestres ont été attaquées par la nouvelle coalition internationale du même modele de celle d’Irak en 1991. Par ailleurs, un blocus naval le long des côtes libyennes a maintenant été imposées par les États-Unis et ses alliés.

Selon des sources libyennes internes (non confirmée), deux jets français ont également été abattu par l’armée libyenne près de Janzour (Janzur / Zanzur). [7]  Selon la même source, un autre jet militaire français a été abattu par des Libyens près de Anjile. [8]   Les habitants de Benghazi ont également fui la ville, en raison de la guerre. [9]  Syrte et Misratah ont également été attaqués par les Français, les États-Unis, les Britanniques et leurs alliés de la coalition. [10]

Les États-Unis et leurs alliés sont maintenant ceux qui créent une véritable catastrophe humanitaire. Ils parlent de la paix alors qu’ils apuyent les rebelles de l’opposition fondée à Benghazi par la junte militaire égyptienne, qui est autant un client militaire que son prédécesseur dit civile. [11]  C’est aussi une violation de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies, que les USA et leurs alliés ont signé, qui stipule qu’aucune arme ne doit être envoyés en Libye.

Hillary Clinton s’est rendu en Tunisie et en Egypte concernant des opérations dirigées contre la Libye. Tant le régime de Tunis et la junte militaire au Caire ont ouvertement et secrètement soutenu la guerre contre la Libye. Les autocrates du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont également indiqué qu’ils vont envoyer des forces militaires attaquer la Libye.

Depuis le début de la guerre civile en Libye, les principaux médias ont donné une image partiale et déformée de ce qui se passe sur le terrain en Libye. À cet égard, les médias grand public, plutôt que d’informer l’opinion publique, oeuvrent à servir l’agenda de la guerre.

Le gouvernement français a nié que l’un de ses avions militaires a été abattus pendant leurs attaques. Paris a sensuré à la source ces nouvelles pour éviter une flambée de protestations du public français demandant de se retirer de la guerre en Libye. 

Les sources internes libyenne ont déclaré (non confirmé) avoir capturé à 15:40 un navire et son personnel militaire italien, qui ont été arettés. Le gouvernement libyen a également fourni à la population libyenne des rations alimentaires, des produits médicaux et des armes pour se défendre.

Vers 18h20, des sources libyennes ont déclaré (non confirmée) que des jets de soutien à la coalition ont été abattus. Deux de ces avions militaires ont été identifiés comme étant des avions militaires du Qatar.

Dans un cas évident de deux poids deux mesures, le Qatar et le Golfe, qui sont impliqués chez eux dans la repression contre des civiles qui revendiquent leurs droits à la démocratie, sont maintenant des partenaires dans la guerre contre la Libye.

Selon des sources libyennes (non confirmé), un total de cinq avions français ont été abattus. Trois de ces jets d’attaque français ont été, selon les rapports, abattu à Tripoli. Les deux autres avions militaires français ont été abattus lors de l’attaque de Syrte.

Toujours selon des sources libyennes, le peuple libyen est prêts pour une longue guerre pour défendre son pays contre les attaques de la coalition.

NOTES

[1] Mark Kennedy, le Canada se joint à l’ONU pour les missions aériennes de la coalition sur la Libye », Journal Edmonton 19 Mars 2011.
[2] Ibid.
[3] Sources de l’intérieur de la Libye.
[4] Ibid. ; Sans doute il y aura des rapports faits par les États-Unis, le Canada et l’Union européenne qui prétendront que Kadhafi, comme le fait Israël avec les palestiniens, rassemblera des moyens militaires à proximité des écoles et des hôpitaux afin de justifier les attaques contre ces structures civiles.
[5] Ibid.
[6] Ibid.
[7] Ibid.
[8] Ibid ;. Aussi s’il vous plaît notez l’orthographe de cet emplacement dans l’alphabet latin peut être différente de la translittération officielle
[9] Ibid.
[10] Ibid.
[11] Giles Elgood, " Le Wall Street Journal rapporte que l’Egypte arme les rebelles en Libye, ", ed. Roche Andrew, Reuters 18 Mars 2011.

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Plus d’histoires deAfrique